« Mama Zina » Redouane tuée dans les règles !

En France, il n'y a pas de violences policières, il n'y a pas de racisme dans la police non plus, il n'y a que des accidents qui respectent les préconisations et les procédures en vigueur dans la police nationale.

Ce 1er décembre 2018, « Mama Zina », Zineb Redouane, âgée de 80 ans, fermait ses volets au 4e étage d’un petit immeuble quelconque de Marseille, près du Vieux-Port, il était tard, elle voulait se protéger du vacarme de la rue où se déroulait une manifestation de gilets jaunes, se protéger aussi des émanations de gaz qui remontaient du sol.

Mama Zina reçut une grenade lacrymogène tirée par la police en plein visage, elle est morte sur une table d’opération de l’hôpital de la Conception le lendemain matin.

« L’arme a été utilisée selon les préconisations et les procédures d’emploi en vigueur dans la police nationale », conclut un rapport d’expertise de 73 pages après un an et demi d’investigations et d’analyses balistiques.

Le tir qui a tué cette femme était « accidentel » explique l’expert.

Fermer le ban !

La famille de madame Redouane, sa fille notamment, avait déposé plainte en avril 2019 pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». 

Entre un tir accidentel ayant entrainé la mort et une violence volontaire ayant entrainé la mort sans intention de la donner il y a beaucoup plus qu’une nuance puisque grâce à ce rapport la police est « innocentée », elle n’est coupable de rien, responsable de rien.

Une « nuance » …

Ce rapport d’expertise balistique prouve, une fois de plus, que les violences policières n’existent pas en France, c’est un fantasme pour gauchistes attardés.

Dans leurs conclusions, les experts blanchissent le CRS auteur du tir. Ils constatent que le policier a bien tiré dans la direction de l'immeuble de la victime : « la grenade de type MP7 lancée par l'arme de type Cougar a atteint la victime de manière totalement accidentelle, au cours de la progression ascensionnelle du projectile ».

Résumons : le tireur est identifié ; son arme pointait bien l’immeuble où se trouvait la victime ; Mama Zina a reçu le projectile tiré par cet homme en pleine tête, au cours de la progression ascensionnelle du projectile ; elle en est morte ; conclusion, le policier n’a rien à se reprocher !

Le pilier de cette expertise repose entièrement sur ce merveilleux adjectif « accidentel », précédé de l'adverbe « totalement » :  ils auraient dû commencer par-là, c’était largement suffisant.

Il n’y a pas de violences policières en France, il n’y a pas de racisme dans la police française.

Il n’y en aura jamais !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.