Les loups me dérangent nettement moins que les cons

La décision s’aligne sur l’arrêté ministériel du 26 juillet 2019 : « Le préfet coordonnateur du plan national loup et des activités d’élevage a décidé d’augmenter le plafond global de prélèvements de 2 % et ainsi de porter le nombre de loups pouvant être tués à 100 » vient d’annoncer froidement la préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes, ci-devant responsable de la gestion des loups.

La décision s’aligne sur l’arrêté ministériel du 26 juillet 2019 : « Le préfet coordonnateur du plan national loup et des activités d’élevage a décidé d’augmenter le plafond global de prélèvements de 2 % et ainsi de porter le nombre de loups pouvant être tués à 100 » vient d’annoncer froidement la préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes, ci-devant responsable de la gestion des loups.

La population de canis lupus dans l’Hexagone est estimée à 550 adultes environ provenant majoritairement d’Italie, ils sont revenus naturellement chez nous, sans intervention humaine, à partir de 1990 en traversant tranquillement les Alpes, sans rien demander à personne, après avoir été massivement massacrés puis totalement éradiqués dans les années 1930.

L’instinct les a poussés à revenir sur des terres dont ils avaient été injustement et férocement chassés, ils ont besoin de beaucoup d’espace pour vivre et se reproduire : il y a là une incontestable dynamique de recolonisation naturelle qui devrait plutôt nous réjouir étant donné la disparition d’une multitude d’espèces, un peu partout sur la planète.

Ah, les beaux discours sur la 6e extinction de masse ! Ah, les belles leçons d'écologie appliquée !

Le loup gris, puisque c’est de lui qu’on parle, est une espèce vulnérable, menacée, mais protégée.

Rien n’y fait !

21 organisations agricoles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont supplié le gouvernement de relever le « plafond », ils ont obtenu gain de cause…

Sur un peu plus de 500 loups, ils ont obtenu la bénédiction des autorités pour en buter 100 au total ! 20 % de toute la population !

L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a inscrit le loup gris sur sa liste rouge des espèces menacées à court terme en France.

Rien n’y fait !

Pour protéger les moutons attaqués par les loups, des solutions existent : le Patou, chien de montagne des Pyrénées ; le Kangal (ou Karabash) chien de Berger d’Anatolie, capable à lui seul de semer la panique dans une meute d’une dizaine de membres ; le Mâtin espagnol, colossal chien de 100 kilos, très sympas, mais intraitable avec les loups, lui aussi ; l’âne dont les sabots font fuir les loups qui, instinctivement, ne s’approchent jamais de Cadichon…

Des solutions utilisées partout en Europe, mais pas ou peu en France.

Rien n’y fait.

Macron a divisé par deux le coût du permis de chasse pendant que le ministre de l’Agriculture et de la Protection animale se pourlèche les babines devant le spectacle affligeant et d’une barbarie inouïe d’une corrida…

Le pitoyable et minable clientélisme macronien n’a pas de limite, la connerie non plus, tout cela est très logique quand on y pense.

La honte de ce gouvernement qui n’a pas le courage de détailler sa réforme des retraites avant les municipales de mars prochain.

La lâcheté de ce gouvernement qui préfère opposer les Français entre eux en stigmatisant les salariés de la RATP, pointés du doigt vengeur d’un libéralisme frénétique, j’en passe.

Quel rapport avec les loups ?

C’est pourtant évident !

Ces cons qui chassent les loups - nous parlons des politiques, pas des bergers qu’il faut entendre, car ils sont en détresse - sont aussi ceux qui chassent les retraités, les manifestants et les chômeurs.

Même méthode, même réflexe, même culture expéditive.

À coups de matraques, de LBD et de grenades dont on veut nous faire croire qu’elles sont défensives… il suffit de demander aux parents de Rémi Fraisse ce qu’ils en pensent…

Il y a des solutions pour les loups, il faut s’en donner les moyens, le vouloir, mais sortir son flingue et tirer à vue est révélateur d’une connerie abyssale, une solution de facilité politique des plus avilissante pour la race humaine.

Une société qui n’est plus capable de cohabiter avec sa faune naturelle est vouée à sa disparition.

Sans regret.

Quand j’entends ce clown nous parler d’écologie j’ai des envies de…de…

Si seulement on avait le droit de faire avec ces cons de politicards ce qu’ils font avec les loups !

« La vraie bonté de l'homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu'à l'égard de ceux qui ne représentent aucune force. Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c'est ici que s'est produite la plus grande faillite de l'homme, débâcle fondamentale dont toutes les autres découlent. »

Bien vu, Milan Kundera !

Macron est un accélérateur de « débâcles fondamentales » qui, comme tous les imbéciles heureux, s’entêtent.

C'est l'incubateur en chef de la connerie envahissante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.