Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

743 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 juin 2022

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Pénis horribilis !

La libération de la parole des femmes, principalement grâce au mouvement #MeToo, explique en partie le nombre croissant de plaintes enregistrées pour des crimes sexuels dont elles sont victimes, notamment par des hommes politiques en exercice, mais il y a d'autres raisons...

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La libération de la parole des femmes y est pour beaucoup, et c’est une excellente nouvelle.

Il était temps !

Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour prendre en compte réellement, sérieusement et définitivement cette parole libératrice qui dénonce les faits de harcèlements sexuels, d’agressions et de viols dont elles sont victimes ; Emmanuel Macron et Élisabeth Borgne viennent d’en faire la preuve a contrario en recrutant un ministre de la Solidarité particulièrement exposé, probablement impliqué, Damien Abad, comme l’explique très bien Lénaïg Bredoux dans ces colonnes, hier, elle dénonce la « triple erreur » de Macron, j'en dénombre d'autres, mais peu importe.

Après Nicolas Culot et Gérald Darmalin, ça fait beaucoup, beaucoup trop !

Quant à la Première ministre qui s’abrite derrière son statut de femme pour temporiser…quelle tristesse !

Ministre de la Solidarité, lui ? De qui envers qui ? Des hommes envers les femmes ? Ou des hommes politiques entre eux ?

Le pouvoir est enivrant, entêtant, hallucinogène et potentiellement criminogène pour un certain nombre d’individus qui se sentent à l’abri dès qu’ils en franchissent les portes.

Le pénis politique jouit d’une impunité que protège la présomption d’innocence.

Le pouvoir encourage et favorise toutes sortes d’abus. Y compris sexuels !

Dans un autre domaine, Sarkozy, bien que déjà condamné à deux reprises, bénéficie, lui aussi de la présomption d’innocence, c’est dire l’extrême fragilité de ce concept très à la mode dans les milieux politiques.

Dans son cas comme dans d’autres, la notion d’innocence l’emporte sur le reste tant que tous les recours juridiques, français et européens, ne sont pas épuisés, le mot « présomption » s'évapore miraculeusement alors qu’il mériterait qu’on s’y attarde puisqu’il s’agit de faire l’hypothèse d’une éventuelle innocence qui n'a rien d'évident.

Ce n’est pas la même chose.

Il arrive que la justice, faute de preuves, juge une affaire selon le principe de l'intime conviction, le droit accepte cette part d’incertitude dont les femmes ont du mal à bénéficier dans ces affaires de viols. C’est ce qui explique leur silence, pas facile d’aller au commissariat raconter en détail une si sale agression, si tragiquement intime, face à un inconnu testostéroné. 

Respectons ce droit qui nous pousse à la prudence, mais ne soyons pas naïfs.

Dans le cas de Sarkozy, par exemple, ou dans le cas de certaines affaires d’agressions sexuelles réitérées et documentées comme c’est le cas avec Patrick Poivre ou avec DSK il y a quelques années, je propose de faire preuve de prudence aussi, mais en parlant de « présomption de culpabilité », cette fois : en effet, l'accumulation de nombreux témoignages sur plusieurs années, des décennies, parfois, par des victimes ou des témoins qui ne se connaissent pas, dans de nombreuses affaires, militent pour une autre approche.

Il y a une autre raison (que la libération de la parole des femmes) qui peut expliquer le nombre croissant de crimes sexuels dans la sphère (?) politique, une cause beaucoup plus triviale, dramatiquement plus simple : le pénis humain rétrécit !

En un peu plus d’un demi-siècle, le pénis humain serait passé de 9,7 centimètres (au repos, ne vous réjouissez pas trop vite, messieurs !) en 1948 à 8,9 centimètres en 2010 selon le Professeur Carlo Foresta, un spécialiste italien de la reproduction, une pointure !

En cause, les perturbateurs endocriniens dont Benoît Hamon avait si bien parlé pendant la campagne pour les présidentielles de 2017. Le pauvre !

Il se trouve que, parallèlement à ce phénomène « Jivaro » qui réduit la taille des sexes masculins, les perturbateurs endocriniens font grossir la taille des seins chez les femmes…les courbes s’inversent dangereusement !

En effet, la taille des seins augmente au fil des siècles : en 100 ans, le tour de poitrine moyen est passé d'un discret bonnet B à un impressionnant double D (soit 6,3cm de plus).

Tout dépend (?) du milieu dans lequel vivent hommes et femmes, on ne le dira jamais assez : vivre au Palais de L’Élysée ou dans une HLM du 9.4, ce n’est pas la même limonade.

Au sommet de la pyramide, les premiers de cordée, la consommation excessive de lobbyistes pro-perturbateurs endocriniens a fait des ravages depuis la création de la Ve République ; le mouvement s’est brutalement accéléré en 2007 avec l’érection de Nicoras Sarkozizi l’élection de Nicolas Sarkozy ; les quelques femmes qui entouraient le tout petit ( décidément !) président n’ont pas pu ou pas su se soustraire aux agapes néolibérales pro-perturbateurs endocriniens…

Sous la pression grandissante des soutiens-gorge et à cause d’un rétrécissement angoissant, mais inexorable de leurs pénis, les hommes politiques français sont devenus fous.

Il est vrai que vivre avec un tout petit sexe quand on se croit fort, beau, séduisant et tout-puissant est terriblement frustrant ; imaginez Jupiter avec une toute petite quéquette…c’est un peu comme si Napoléon avait conduit ses troupes, à Iéna ou à Austerlitz, à califourchon sur un cochon d'Inde … pas crédible, le Napoléon !

C'est ce qui trouble tant Emmanuel Macron en ce moment, à trois jours du second tour des législatives ! Un président omniprésent, bourré d’ambitions ultralibérales, arrogant, imbu de sa personne, autoritaire avec une toute petite majorité, très relative, vraiment très relative, qui fait échos à la taille de son sexe devenu minuscule, voire insignifiant !

Et qui va tenter de regonfler artificiellement son caleçon en allant à Kiev se faire photographier avec Zelinsky…

Pour notre sémillant président de la République, l’année 2022 est contrastée : d’un côté il est réélu a minima grâce aux allergènes anti-Le Pen, et de l’autre, il risque de perdre sa majorité absolue pour un pouvoir absolu !

Faut-il pour autant parler d’annus horribilis alors que nous sommes en plein pénis horribilis ?

Tout bien pesé, l’un dans l’autre, on ne peut raisonnablement pas exclure ces deux tendances, ou impressions générales qui nous semblent assez bien caractériser l’époque macronienne dans laquelle nous sommes englués depuis plus de cinq ans, annus ou pénis, tout est horribilis.

D’après les spécialistes, petit à petit (?) le sexe en érection de ces hommes politiques a remplacé leur cerveau ! Les experts les plus pessimistes n’écartent pas une hypothèse encore plus tragique : leur cerveau serait touchés par l'effet Jivaro, une question de proportion ! Quand ça veut pas, ça veut pas...

La seule alternative démocratique et néanmoins républicaine pour que la relation homme-femme soit politiquement respectable : que le sexe des hommes soit définitivement et irrémédiablement mou !

Pas sûr que cela les rendra plus intelligents pour autant, mais ils seront moins dangereux.

Oui, le grand problème de ces hommes assoiffés de pouvoir est de réussir à faire fonctionner leur cerveau et leur sexe en même temps.

« En même temps » …merde !

P.-S. - J’ai choisi le titre « Pénis Horribilis » avant de constater que ce titre avait déjà fait l’objet d’un billet très bien articulé sur le sujet. Vous pourrez le consulter « 1948, pénis horribilis » rédigé par l’excellent Jean-Paul LILIENFELD. Je m'en suis, en partie, inspiré.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac