Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

741 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2019

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Macron fond en larmes devant «Les Misérables»!

Juste après la projection du film de Ladj Ly, « Les Misérables », l’émotion est à son comble : entre deux très profonds sanglots, le visage inondé de larmes encore chaudes, Emmanuel Macron enjoint son gouvernement d’« améliorer les conditions de vie en banlieue »... Il est effondré, dévasté.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juste après la projection du film de Ladj Ly, « Les Misérables », l’émotion est à son comble : entre deux très profonds sanglots, le visage inondé de larmes encore chaudes, Emmanuel Macron enjoint son gouvernement d’« améliorer les conditions de vie en banlieue »...

Il est effondré, dévasté.

Brigitte le tient dans ses bras, lui caresse les cheveux d’un geste tendre de la main droite, elle tente de le réconforter.

« Cet homme-là, mon mari, a un cœur, qu’on se le dise ! » s’exclame la première dame, l’œil humide à son tour.

Mais enfin ! ils veulent nous le briser ! l’achever ! le finir ! lui faire mal !

Pire encore, ils veulent le faire douter, oui, c’est cela, ils veulent le faire douter !

Pour l'enfoncer encore un peu plus, certains imaginent de lui faire voir tous les films de Ken Loach...on frise le déraisonnable, c'est du sadisme pur ! sans compter qu'il faudrait lui expliquer...

Pour un homme comme lui, après la réforme du droit du travail, après l’ISF, après les APL, après l’improbable réforme des retraites, après ce parcours néolibéral exemplaire qui fait saliver tout ce que le Gotha des banques d’affaires et du business compte de génies, douter c’est mourir un peu.

Peut-on douter d’un swap de taux de change ? Bien sûr que non !

Il ne peut pas, il ne doit pas douter, la France ne s’en remettrait pas, l’Europe capitaliste ne le supporterait pas.

De retour à son palais présidentiel, loin des banlieues, mais toujours bouleversé, Emmanuel Macron demande qu’on lui projette « Z », le film de Costa-Gavras réalisé en 69, un film qui retrace en détail les agissements de la police et de la gendarmerie qui ont tenté d’éradiquer le communisme et les mouvements de contestations dans la Grèce des années 60.  Par tous les moyens.

Macron se verrait bien en Yves Montand, le député « Z », le médecin, il voit Brigitte en Irène Papas, sa femme, mais il voit aussi Christophe Castaner dans le rôle tenu alors par Pierre Dux, un général de gendarmerie de la pire espèce aidé par son fidèle colonel, Julien Guiomar alias Laurent Nunez.

Alexandre Benalla est Vago, joué par Marcel Bozzuffi, un personnage trouble qui lance un pavé à la tête du député « Z » qui finira par en mourir…

Benjamin Griveaux est Renato Salvatori alias Vago, un second couteau, un homme de main prêt à tout pour sauver le régime, un petit intrigant, assez peu crédible en vérité…

Ce soir-là, plusieurs invités ont assisté à la projection de « Z » réalisé il y a maintenant un demi-siècle exactement, tous observaient le président du coin de l’œil.

Il ne pleurait plus.

Il avait même retrouvé un début de sourire.

Brigitte venait de lui expliquer qu’à la suite de ces évènements, la Grèce avait connu un moment de croissance, de paix et de sérénité grâce à une poignée de colonels patriotes déterminés à réformer le pays entre 1967 et 1974.

Un message plein d'espoir.

Il se voyait un destin à la Geórgios Papadópoulos, mais en plus discret, sans les galons de général, bien sûr, l'armée néolibérale déteste les uniformes.

Oublié, Montand !

Il avait un plan, Il fallait interdire :

Le port du voile, le communautarisme, la GPA, les manifestations, la liberté de la presse, le droit de grève…

Et la lettre « Z » qui en français moderne veut dire « La connerie est toujours vivante ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’ex-patron de Pierre et Vacances partira les poches pleines
Après avoir cédé le groupe de loisirs qu’il a fondé à un trio d’investisseurs, Gérard Brémond se voit proposer en guise de cadeau de départ par les nouveaux actionnaires un plan d’actions gratuites qui pourrait lui procurer des millions d’euros. Le tout en payant un minimum d’impôts.
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas