Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

692 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2019

Macron fond en larmes devant «Les Misérables»!

Juste après la projection du film de Ladj Ly, « Les Misérables », l’émotion est à son comble : entre deux très profonds sanglots, le visage inondé de larmes encore chaudes, Emmanuel Macron enjoint son gouvernement d’« améliorer les conditions de vie en banlieue »... Il est effondré, dévasté.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juste après la projection du film de Ladj Ly, « Les Misérables », l’émotion est à son comble : entre deux très profonds sanglots, le visage inondé de larmes encore chaudes, Emmanuel Macron enjoint son gouvernement d’« améliorer les conditions de vie en banlieue »...

Il est effondré, dévasté.

Brigitte le tient dans ses bras, lui caresse les cheveux d’un geste tendre de la main droite, elle tente de le réconforter.

« Cet homme-là, mon mari, a un cœur, qu’on se le dise ! » s’exclame la première dame, l’œil humide à son tour.

Mais enfin ! ils veulent nous le briser ! l’achever ! le finir ! lui faire mal !

Pire encore, ils veulent le faire douter, oui, c’est cela, ils veulent le faire douter !

Pour l'enfoncer encore un peu plus, certains imaginent de lui faire voir tous les films de Ken Loach...on frise le déraisonnable, c'est du sadisme pur ! sans compter qu'il faudrait lui expliquer...

Pour un homme comme lui, après la réforme du droit du travail, après l’ISF, après les APL, après l’improbable réforme des retraites, après ce parcours néolibéral exemplaire qui fait saliver tout ce que le Gotha des banques d’affaires et du business compte de génies, douter c’est mourir un peu.

Peut-on douter d’un swap de taux de change ? Bien sûr que non !

Il ne peut pas, il ne doit pas douter, la France ne s’en remettrait pas, l’Europe capitaliste ne le supporterait pas.

De retour à son palais présidentiel, loin des banlieues, mais toujours bouleversé, Emmanuel Macron demande qu’on lui projette « Z », le film de Costa-Gavras réalisé en 69, un film qui retrace en détail les agissements de la police et de la gendarmerie qui ont tenté d’éradiquer le communisme et les mouvements de contestations dans la Grèce des années 60.  Par tous les moyens.

Macron se verrait bien en Yves Montand, le député « Z », le médecin, il voit Brigitte en Irène Papas, sa femme, mais il voit aussi Christophe Castaner dans le rôle tenu alors par Pierre Dux, un général de gendarmerie de la pire espèce aidé par son fidèle colonel, Julien Guiomar alias Laurent Nunez.

Alexandre Benalla est Vago, joué par Marcel Bozzuffi, un personnage trouble qui lance un pavé à la tête du député « Z » qui finira par en mourir…

Benjamin Griveaux est Renato Salvatori alias Vago, un second couteau, un homme de main prêt à tout pour sauver le régime, un petit intrigant, assez peu crédible en vérité…

Ce soir-là, plusieurs invités ont assisté à la projection de « Z » réalisé il y a maintenant un demi-siècle exactement, tous observaient le président du coin de l’œil.

Il ne pleurait plus.

Il avait même retrouvé un début de sourire.

Brigitte venait de lui expliquer qu’à la suite de ces évènements, la Grèce avait connu un moment de croissance, de paix et de sérénité grâce à une poignée de colonels patriotes déterminés à réformer le pays entre 1967 et 1974.

Un message plein d'espoir.

Il se voyait un destin à la Geórgios Papadópoulos, mais en plus discret, sans les galons de général, bien sûr, l'armée néolibérale déteste les uniformes.

Oublié, Montand !

Il avait un plan, Il fallait interdire :

Le port du voile, le communautarisme, la GPA, les manifestations, la liberté de la presse, le droit de grève…

Et la lettre « Z » qui en français moderne veut dire « La connerie est toujours vivante ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE