Cuit-cuit fredonnent les perdreaux de l'Office anticorruption de la P.J de Nanterre

La police judiciaire et les juges sont sur le point de réussir un exploit retentissant : reconstituer à Fleury-Mérogis, 11 ans après, toute l'équipe dirigeante des gouvernements Fillon 1,2 et 3 ! Franchement, ça valait le coup d'attendre !

Nicolas Sarkozy semble indifférent aux chants de ces oiseaux de mauvaises augures en ce 20 mars 2018, jour du printemps.

Des oiseaux dont le GPS est programmé sur la latitude 48.6333 et la longitude 2.3667, direction la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

Indifférent ? Faut voir…il risque gros, très gros, l’Ex.

Je connais bien cette prison, j’ai visité l’établissement et certains de ses pensionnaires pendant plus d’un an, bâtiment A, B, C, D.

Le parking où les familles et les amis attendent leur tour, ticket en main, des heures d’attente, des files de gens en rang d’oignon pour chaque bâtiment.  La prison est surpeuplée.

Les tickets sont numérotés, l’appel se fait par affichage des numéros, bâtiment par bâtiment, le plus souvent j’allais au D.

Le sas d’entrée, ses portiques de sécurité, ses surveillants et surveillantes qui n’hésitent pas à joindre le geste à la radiographie, une palpation décidée à la gueule du client. Ce sera un peu plus long pour les beurs et pour les blacks, ils ont l’habitude.

Il faut arriver très tôt, entre 5H et 5h30, pour être certain de passer avant midi. Le distributeur de ticket est installé vers 6 heures, ou 6h30, les premiers arrivés seront les premiers servis.

Curieux de noter que les visiteurs de prison sont beaucoup plus disciplinés que les voyageurs dans un aéroport…

J’imagine Carlita arrivée avec son chauffeur, pimpante,  avec d’énormes lunettes noires scotchées sur le nez, ces typiques lunettes de soleil si chères aux stars qui ne veulent pas être reconnues.

Pourtant elle ne vas pas à Rio.

On monte des escaliers, un couloir, un autre couloir puis on arrive à une rotonde avec des sièges collés au mur en cercle pour attendre patiemment l’appel de son numéro.

Faute de places assisses certains attendent debout, une heure ou deux. Ou trois…

Je vois Carlita, assise, les jambes croisées, la chevelure savamment tombante sur un visage ni trop ni pas assez maquillé.

Grande, belle, l’air grave, circonstances obligent !

Elle est discrète.

Le petit boxe, le muret surmonté d’une vitre épaisse, l’hygiaphone, les 2 chaises de part et d’autre…on se parle, on écoute, on arrive à sourire, à rassurer quand c’est nécessaire.

Car il faudra le rassurer le Raymond, son Raymond  ! Oh que oui ! et pas qu’un peu !

Il a une bonne dizaine de casseroles aux fesses dont certaines sont chaudes de chez chaudes, bouillonnantes, voire explosives.

Il pourrait ne pas ressortir vivant de Fleury, 20 ou 25 ans d’incarcération toutes peines confondues, à bientôt 64 ans…

Imaginez : 25 ans passés à côté de Guéant (Bat A), de Balkany (Bat D), 25 ans à faire des heures de marche dans la cour avec un Brice Hortefeux (Bat C) plus chauve que jamais.

La justice aura réussit un coup de maitre, en partie grâce à MEDIAPART : reconstituer tout le gouvernement Fillon 1, 2 et 3, l’ancien Premier Ministre, lui-même incarcéré au Centre Pénitentiaire d'Alençon-Condé-sur-Sarthe.

Toute une époque…

Je lui souhaite quand même de sortir dignement de la prison, en tout cas sur ses deux jambes.

Je l’imagine le jour de sa libération, en 2041, vieux, ridé, voûté…vaincu, mais avec ce regard un tantinet agressif ou arrogant, comme s’il lançait un défi à ces journalistes qui le bombardent de flashs.

Michel Drucker est enterré au Panthéon depuis une dizaine d’années, entre Alexandre Dumas et André Malraux, à l'initiative de Brigitte Macron, âgée maintenant de 88 éternels printemps.

Ce jour-là Fabrice Arfi aura 60 ans et Edwy 89 ans.

Ça valait le coup d’attendre, non ?

Et puis…on a bien le droit de rêver un peu.

Sans trop d'illusions...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.