Pour Sarah Halimi

Sarah avait 65 ans, ancienne directrice d’école, elle vivait dans son petit appartement depuis plus de 30 ans. Elle a été rouée de coups puis défenestrée dans la nuit du 3 au 4 avril dernier aux cris de Allah Akbar dans une relative indifférence médiatique. La circonstance aggravante constituée par le caractère antisémite de cette barbarie n'a curieusement pas été retenue par la justice...

Sarah avait 65 ans, ancienne directrice d’école, elle vivait dans son petit appartement depuis plus de 30 ans.

Elle a été rouée de coups puis défenestrée dans la nuit du 3 au 4 avril dernier aux cris de Allah Akbar.

Peu de journaux en ont parlé, une discrétion qu’on a du mal à comprendre, beaucoup de mal à accepter, un silence révoltant, en fait.

Kobili Traoré, le meurtrier, est interné dans un hôpital psychiatrique car suspecté de folie, il est néanmoins poursuivi pour « homicide volontaire ».

Rien sur les circonstances aggravantes qui accompagnent ce drame, l’antisémitisme pourtant évident n’a pas été retenu par les autorités judiciaires.

Curieusement, c’est le moins qu’on puisse dire !

Finkielkraut, Onfray et d’autres intellectuels ont décidé de publier une tribune dans le FIGARO afin de dénoncer l’indifférence générale qui entoure ce crime odieux, dénoncer aussi le caractère antisémite de cette barbarie.

Traoré était-il responsable de ses actes au moment ou il a commis ces crimes ?

Si la question a du sens elle se pose avec la même pertinence pour la simple charge jusque là retenue d’homicide volontaire ; Philippe Bilger a donc tort, à mes yeux, de soutenir l’autorité judiciaire chargée de ce dossier alors même que, contrairement à ses pairs, il reconnait le caractère antisémite de ce crime, il ne s’agit pas de « faire confiance » aux autorités en question comme il le demande, il s’agit de comprendre les motivations d’une équipe d’enquêteurs et leur choix en termes de motifs d’inculpation.

La présupposée folie pourrait exempter Traoré de la responsabilité de ses actes, cela vaut autant pour l’homicide volontaire que pour les circonstances aggravantes liées à l’antisémitisme.

Laissons la médecine faire son travail d'expertise, pour autant que la justice fasse le sien et nous explique cette qualification c'est à dire son choix d'exclure la cause aggravante de racisme sans préjuger de ce que dira la science, chaque chose en son temps.

L’expression « fou de dieu » renforce ma conviction : les terroristes qui égorgent des femmes, des enfants et des adultes devant des caméras sont d’authentiques malades, un être humain sain de corps et d’esprit ne peut pas, du jour au lendemain, commettre de telles horreurs avec autant de sang-froid autour d'un scénario aussi gore.

Il y a chez eux comme chez Traoré quelque chose de cassé. Traoré n'est pas plus fou que ces abrutis. Ces salopards sont d'authentiques malades.

Torturée, défénestrée, ignorée puis banalisée.

C’est beaucoup trop pour moi.

Inacceptable pour la mémoire de Sarah.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.