Emmanuel Macron donne du groin à moudre aux Français

Maigre et sec, il était cassant, agressif, provocateur, devenu gros il sera conciliant, sociable, compréhensif : la métamorphose est « en marche », l’homme de droite, hier chef de guerre ultra libéral et autoritaire, se mue en authentique homme de gauche, rondouillard, gentil, conciliant, voire indécis.

Plusieurs intimes du président de la République témoignent qu’Emmanuel Macron a pris du poids, ses joues sont plus arrondies, sa bedaine est perceptible sous son nouveau costume trois-pièces que lui a conseillé Brigitte M pour affiner sa silhouette et dissimuler ses nouvelles rondeurs.

Il porterait une gaine de maintien pour aplatir un fessier qui aurait tendance à s’élargir et à s’épaissir.

D’après Alexandre Benalla, un rien émoustillé, il porterait aussi un soutien-gorge invisible minimiseur.

Un proche du président, emporté par un optimisme mal contrôlé, affirme que cela lui a ajouté de la « maturité » et de la « densité ».

L’Élysée « confirme », les compliments sont toujours bons à prendre.

Véridique !

Maigre et sec, il était cassant, agressif, provocateur, devenu gros il sera conciliant, sociable, compréhensif : la métamorphose est « en marche », l’homme de droite, hier chef de guerre ultra libéral et autoritaire, se mue en authentique homme de gauche, rondouillard, gentil, conciliant, voire indécis.

Emmanuel Macron est sur le point de réussir le parfait amalgame entre Nicolas Sarkozy et François Hollande, entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, entre De Gaulle et Pompidou. Entre Laurel et Hardy.

Nouvelle illustration de l’« enmêmetempstisme » dans une version adipeuse, cette fois.

Il veut se succéder à lui-même, pour y parvenir il doit présenter à la France un nouveau visage, une nouvelle silhouette, une nouvelle démarche, l’ombre sera plus large, les contours moins marqués, l’empreinte au sol plus profonde.

Cette transformation physique fait suite au coronavirus qu’il a attrapé il y a quelques semaines, un « Covid long, beaucoup trop long » s'inquiète discrètement le professeur Jean-François Delfraissy, Chef du Comité scientifique anti-Covid-19, 20, 21, 22, 23 et 24, si tout va bien.

Emmanuel Macron se documente sur les maladies infectieuses au point d’impressionner Olivier Véran pourtant médecin, ses recherches l’ont poussé a étudier les cochons qui présentent de nombreuses similitudes avec l’homme, des analogies renforcées par une étonnante proximité génétique confirmée par l’étude du génome de ces animaux domestiqués depuis plus de 10 000 ans.

Le président de la République a fait installer une soue dans les jardins du Palais qu’il visite matin, midi et soir, il passe de longues heures à observer leur comportement, leurs réactions et leurs interactions sociales, y compris la nuit : il en est convaincu, le porc est l’avenir de l’homme !

Des Français surtout.

Ressemblance anatomique, ressemblance physiologique, ressemblance comportementale, la convergence entre cochons et humains est évidente pour ne pas dire criante.

L’embonpoint d’Emmanuel Macron a grandement facilité les choses, un incontestable sentiment de sympathie réciproque a commencé à s’instaurer entre le locataire de l’Élysée et les cochons, l’apparence y est, sans doute, pour quelque chose.

Le président prend des notes, en cas de non-réélection, il envisagerait de publier une comédie musicale pour laquelle il a déjà trouvé un titre « L'Opéra de quat'soues », un discret clin d’œil à Bertolt Brecht qui prouve à quel point sa métamorphose politique est déjà très avancée.

Emmanuel Macron s’est rendu compte que le cochon est capable de manger des aliments très salés ou considérés comme répugnants par l'homme.

Cela lui a donné des idées …

Par ailleurs, l'analyse génomique a prouvé que ces animaux ont moins de gènes codant pour les récepteurs du goût amer que les humains.

Eurêka !

Il n’en fallait pas plus pour notre couillonnant bouillonnant (comme quoi cela se joue à très peu de chose ...) président : Emmanuel Macron a immédiatement pris contact avec les laboratoires Pfizer et Moderna afin qu’ils intègrent dans leurs nouveaux vaccins ces caractéristiques génétiques porcines politiquement très prometteuses « avant la fin de l’automne 2021, c’est impératif ! » leur a-t-il dit d’un ton comminatoire.

Le retard de la France dans la campagne de vaccination ne s’explique pas autrement : Emmanuel Macron ne vaccinera massivement les Français qu’à partir du moment où il disposera de la version « porcine » des vaccins ARNm.

« Si, dit l’adage, tout est bon dans le cochon, l’inverse est malheureusement beaucoup moins vrai chez le Gaulois réfractaire » déplore Emmanuel Macron.

« Alors que chez Macron, tout est bon » s’enthousiasme Brigitte M qui a le sens de la répartie et un brin d’humour coquin.

Benalla, témoin de la scène, branle du chef, signe d'acquiescement et d'allégeance chez lui, il fait d'une pierre deux coups.

Pour les cinéphiles, ce bref échange qui aurait dû rester dans l'intimité du couple présidentiel fait penser à la scène choc du film Délivrance réalisé par John Boorman, sorti en 1972 ...le président n'aurait pas son pareil pour imiter le cri du cochon, il grouine comme personne !

L’idée du président de la République est simple : à la veille des élections présidentielles de 2022, il veut marquer l’histoire des sciences en proposant sa version du cochon augmenté, un cochon qui saura faire le bon choix en avril 2022.

Bienvenue à la ferme Groin-Groin de la macronie, la patrie des cochons, c'est là où, en effet, on trouve la plus forte concentration de glands au mètre carré.

 

P.-S. – « La côte de popularité d'Emmanuel Macron ne cesse de grimper. L'institut de sondage BVA révèle ce vendredi (19 février, ndlr) que la côte de popularité d'Emmanuel Macron et de son Premier ministre Jean Castex ont augmenté au cours du mois de février. Une hausse qui serait due à la stratégie sanitaire et à la décision de l'exécutif d'écarter la possibilité d'un éventuel reconfinement pour l'heure.

Les Français interrogés sont 42% à déclarer avoir une bonne opinion d'Emmanuel Macron. Il s'agit d'un résultat en hausse de cinq points par rapport au mois précédent et qui rejoint les niveaux d'octobre et novembre, selon cette étude réalisée pour Orange et RTL. Les opinions favorables progressent bien au-delà des sympathisants de son propre camp (96%; +5 points), à gauche (LFI : +10 points; EELV : +10 points) comme à droite (LR: +7 points) à l'exception des sympathisants du RN (17%, stable). »

Source LCI et Le Point, sondage BVA du 19.02.2021, réalisé auprès d'un échantillon dramatiquement représentatif de la population française.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.