Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

729 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 mai 2022

Voyage au bout de l’enfer : Moody’s abaisse la note de l’Ukraine !

L’agence new-yorkaise de notation financière Moody’s a abaissé la note de l’Ukraine après un examen approfondi de la situation réalisé fin février, c.-à-d. au lendemain de l’invasion russe lancée le 24 février dernier. Aucun doute, ils ont le sens du timing ! Un malheur n’arrivant jamais seul, l’agence prévient qu’elle pourrait encore dégrader la note, « la perspective étant négative ».

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’agence new-yorkaise de notation financière Moody’s a abaissé la note de l’Ukraine après un examen approfondi de la situation réalisé fin février, c.-à-d au lendemain de l’invasion russe lancée le 24 février dernier.

Aucun doute, ils ont le sens du timing !

Un malheur n’arrivant jamais seul, l’agence prévient qu’elle pourrait encore dégrader la note, « la perspective étant négative ».

« Cette dégradation est motivée par les risques accrus pour la viabilité de la dette publique ukrainienne du fait de l’invasion par la Russie, entraînant un conflit militaire qui s’est prolongé plus qu’initialement anticipé ».

Les spécialistes de Moody’s auraient-ils parié sur une victoire éclair – Blitzkriegde la Russie ? Ce qui expliquerait que le conflit se soit prolongé « plus qu’initialement anticipé » ??

Au cas où quelqu’un sur la planète n’aurait pas bien compris les recommandations de l’agence, elle ajoute : « Cela augmente la probabilité d’une restructuration de la dette et de pertes imposées aux créanciers du secteur privé ».

C’est beaucoup plus clair, en effet…

Ah, le secteur privé !

Dernière précision concernant les aides financières internationales qui « contribuent, certes à atténuer les risques de liquidités immédiats, mais l’augmentation significative de la dette publique qui en résulte est susceptible de s’avérer insoutenable à moyen terme ».

« Insoutenable », le mot est lâché, on parle bien de la dette publique et pas d'autres choses, pas des morts en tout cas, les mots ont du sens, tout dépend du contexte...

Nous voilà prévenus : n’investissez pas en Ukraine, bande d’ignares, pas maintenant !

Quant à la perspective négative, elle est parfaitement justifiée, car « elle reflète le degré élevé d’incertitude quant à l’évolution de l’invasion et à ses implications sur le crédit ».

En d’autres termes, Moody’s n’est pas très optimiste sur l’issue du conflit…trop d’incertitudes pèsent sur cette guerre, il est urgent d’attendre…comment les choses vont-elles évoluer ? Mystère !

Moody’s n’est pas la seule agence de notation financière à vouloir abaisser la note de l’Ukraine, Fitch et Standard & Poor's lui ont déjà emboîté le pas, elles ne voulaient pas manquer le train, passer à côté d’une aussi belle opportunité et rester, seules, sur le quai.

Il est vrai qu’en Ukraine, l’ambiance et le moral ne sont pas au beau fixe, le recul des indicateurs de croissances, la dégradation des finances publiques et l'augmentation du déficit n’incitent pas les habitants de Kiev, de Marioupol, de Kharkiv et de Dnipropetrovsk à faire la fête jusqu’au bout de la nuit.

Avec 8 millions d’Ukrainiens déportés, 16 % de la population, c’est un frère, un père, un oncle, une tante, une mère, une grand-mère qui ne lèveront pas le coude avec les joyeux fêtards.

Des dizaines de milliers de morts dont des enfants, beaucoup d’enfants, des villes entières totalement rasées, des charniers un peu partout…tout cela n’est pas d’une gaieté folle, en effet.

Les femmes violées par des militaires russes n’auront peut-être pas le cœur à la fête, ça peut se comprendre aussi.

Dans l’état actuel des choses, à fin mai, 90 jours après le début de la guerre, on estime les coûts de la reconstruction de l’Ukraine à 500 milliards de dollars, car c’est en dollars que se payent les guerres…c’est vrai qu’en termes de « crédit », c’est un peu lourd…

Dépassons une bonne fois pour toutes ces horreurs d’une trivialité aussi indiscutable qu’inutile, ne nous noyons pas dans les détails, ne perdons plus de temps, mais interrogeons-nous.

Sans Moody’s, sans Standard & Poor's, sans Fitch, ces étoiles noires du capitalisme financier, comment ferions-nous pour vivre sereinement, sans remords ?

Et surtout sans honte ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
À Copenhague, une fusillade dans un centre commercial fait trois morts et plusieurs blessés
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant trois morts et plusieurs blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch