La connerie : plus vous la travaillez, plus elle vous sourit

La droite la plus conne du monde – slogan des années 60 que l’on doit à Guy Mollet – a repris le pouvoir en 2017 avec un booster planté dans les fesses de la fusée ultra libérale qui fait de la connerie sa principale source d’énergie, c’est ce qui explique l’éclosion des Pascal Praud, des Éric Brunet, des Yvan Rioufol et autres Gilles-William Goldnadel et Élisabeth Lévy.

Un nouveau slogan, une nouvelle version du vivre ensemble dans la France macronienne : La connerie : plus vous la travaillez, plus elle vous sourit.

C'est un peu comme la chance, ça se « travaille »  la chance, c'est bien connu.

Il faut se répéter ce slogan tous les matins en se réveillant, si possible en écoutant RTL ou Europe 1. Ou France Inter. C’est un très bon début, une excellente mise en jambe, un échauffement efficace, ça doit devenir une routine.

Un petit coup de RTL, une poignée de CNEWS, un bon petit café serré derrière et vous voilà prêt pour affronter dignement votre journée de travail, entouré de virus invisibles sournoisement dissimulés derrière le sourire niais de vos collègues asymptomatiques, des jeunes en général, les salauds !

Ayez de l’ambition ! Devenez des winners de la connerie !

Celles et ceux qui se branchent sur CNEWS et/ou BFMTV en sortant de leur lit avant même de boire une tasse de café ou de thé sont des drogués, des toxicos, bref des dopés, des Lance Armstrong de la connerie, des tricheurs qui veulent monter sur le podium avant tout le monde.

Il y en a de plus en plus…les places sont chères, la compétition entre concurrents est acharnée, sauvage, tragique quand on y pense.

On connait depuis longtemps les effets bénéfiques du sport sur la connerie, la bicyclette, le foot, le beach-volley, le body-building, la boxe thaïe, le ball-trap…on notera au passage que le terme de « body-building » est la version anglo-saxonne de la très controversée version française connue sous le nom de « culturisme » indûment et curieusement construit à partir du mot « culture » …

Le foot rend con, c’est prouvé, le vélo aussi. Surtout ceux qui regardent ces sports à la télé en buvant une bière tout en se grattant l’entrejambe et en s’émerveillant devant un gamin slovène de 20 ans, inconnu il y a encore un an, qui gagne la plus grande, la plus difficile épreuve cycliste du monde…la Slovénie est un tout petit pays de deux millions d’âmes qui compte moins de 1600 licenciés contre 120 000 en France...

Ce gamin doit se passer en boucle les émissions de Pascal Praud et se coucher le soir en repassant la bande, ça sert aussi à ça, les replays, devenir de plus en plus con le plus rapidement possible, technique dite de l’ancrage, version pédagogique du bourrage de crânes mous et creux.

Après tout, il n’y a pas que le tour de France cycliste ou le Championnat de France de foot pour devenir encore plus con, on a le droit aussi de préférer les spectacles de la famille de Villiers.

Puisque la mondialisation est à l’honneur et que les premiers de cordée sont les seuls qui intéressent les sponsors, il est grandement temps de booster la connerie, la France fait d’énormes progrès depuis plusieurs décennies pour monter sur le podium de la connerie, donnons-lui un petit coup de main sous la forme d’un programme pour postuler au titre envieux de championne du monde, elle est en bonne voie, nous ne partons pas d’une feuille blanche, tant s'en faut !

Reconnaissons les efforts de Sarkozy, de Hollande et de Macron pour nous hisser au sommet de la connerie européenne, Emmanuel Macron qui prouve tous les jours son sens de l'organisation et son savoir-faire en matière de lutte contre l'épidémie de coronavirus, un vrai champion !

L’intitulé du programme doit devenir votre leitmotiv : La connerie : plus vous la travaillez plus elle vous sourit.

Sous-titre Développer sa connerie par la pensée. C'est un tantinet trompeur, mais c'est très alléchant !

Une obsession, un art de vivre, une raison d’être.

On l’a déjà dit, mais il faut le répéter : rien n’est mieux pour commencer la journée que de se repasser en boucle les émissions de Pascal Praud, d’Éric Brunet ou d’Ivan Rioufol ; rien n’est meilleur que d’écouter les interventions de Gilles-William Goldnadel saupoudrées d’analyses d’Élisabeth Lévy, si possible « à chaud », c'est-à-dire après un défilé de gilets jaunes, par exemple, avec l’image choc d’une Porsche qui flambe avenue Kléber dans le 1.6, à Paris, l'horreur absolue !

Sans parler des analyses économiques d'Agnès Verdier-Molinié, pour elle, c'est bien simple, la France est le dernier pays communiste du monde libre, elle se présente comme une lobbyiste néolibérale, c'est dire si elle n'a pas froid aux yeux, la bougresse. Elle a table ouverte sur LCI ou sur CNEWS, je ne sais plus très bien, mais qu'importe.

Il est bon de se brancher sur les chaînes d’infos en continu, tôt le matin, tard le soir, mais à condition de bien choisir son moment, c’est l’actualité qui décide, raison pour laquelle il faut y consacrer du temps. Mais ça vaut la peine, le résultat est quasi garanti.

Chaînes d'info en continu ou chaînes d'extrême droite en continu, c'est la même bibine.

Prenons l’exemple des déclarations de maires écolos qui sur le tour de France, qui sur le sacro-saint sapin de Noël : les journalistes n’ont pas de mots assez durs, pas d’adjectifs assez désapprobateurs pour qualifier ces fous qui osent remettre en cause le patrimoine national français et nos traditions culturelles dans ce qu’elles ont de plus consensuelles, en un mot, et de plus fondamentales.

Le consensus – en un mot, toujours – fait rage, c’est rassurant et fédérateur, les troupeaux en raffolent.

Autre exemple : en ce moment on parle beaucoup de « tenue républicaine » : il faut être « pour » sans trop se poser de questions sur le sens de cette expression hyper moderne qui nous vient du ministre de l’Éducation nationale, de mieux en mieux inspiré.

On parle des « filles », pas des « garçons », bien sûr, sans que cela puisse s’apparenter à du sexisme pour autant.

Ben voyons ! ÉLÉMENTAIRE !

 C’est du rétro féminisme néo progressiste post réactionnaire ! Bref, c'est du macronisme pur jus.

La notion encore un peu vague de « tenue républicaine » est la version moderne, nettoyée, aseptisée de « toutes des salopes » elle-même assez proche de la très fameuse « toutes des putes ». On parle de nos enfants, ne l’oublions pas, enfin…de nos filles, ce n'est pas exactement la même chose, nuance !

Pour bien comprendre le sens de « tenue républicaine », il faut penser « tenue antirépublicaine » et se dire que si ces jeunes filles qui montrent leur nombril se font apostropher, harceler, injurier, insulter, peloter ou violer c’est qu’elles l’ont « bien cherché ».

Ah, les salopes !

Ces jeunes filles antirépublicaines sont donc d’authentiques petites putes. CQFD.

Ce n’est pas l’œil du jeune mâle chauffé à blanc par ce joli petit ventre plat (ou pas) ou poussé à bout par ce décolleté plongeant qui est fautif,  non, le pauvre garçon, il n’y est pour rien, c’est une victime, non, bien sûr que non, c’est la fille qui ose porter un vêtement trop court qui est à l’origine du mâle. Ou de l’agression, qu’elle soit verbale ou physique.

C'est elle la coupable.

L’actualité encore : Emmanuel Macron a attendu le procès des attentats de Charlie Hebdo et de l’épicerie casher pour se lancer dans une opération de com destinée à redorer son blason républicain, entendez son autorité.

Avec un mot en or : le séparatisme. Même Sarkozy n’avait pas osé !

Par séparatisme il faut entendre islamisme, islamisation (rampante, comme les cafards), musulmans, Arabes, bougnoules et bicots.

Quoi de plus efficace que de synchroniser une loi visant à interdire les Arabes le séparatisme avec le procès de ces attentats abominables ?

Tous les Arabes sont des Coulibaly et des Kouachi en puissance. D'ailleurs ils se ressemblent tous.

Nous étions tous Charlie (pas moi), nous allons tous devenir antimusulmans (pas moi, pour la même raison), on n’arrête pas une France macronienne en marche, même quand elle claudique !

Il n’y a pas que l’actualité pour booster la connerie, la télévision propose une quantité phénoménale d’émissions de téléréalité qui ont vite fait de faire plonger votre QI en dessous de la ceinture, sous la ligne de flottaison.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes, d’ailleurs, de constater que plus les jeunes femmes qui participent à ces émissions sont dévêtues et plus l’audience grimpe. Elles ont remplacé leurs cours d’histoire et de littérature française par des stages de chirurgie plastique en tant que cobaye. Mais dans ce cas il y a du fric à le clé, des pubs, alors que les petites étudiantes du lycée ne rapportent rien, elles coûtent. Et en plus, elles pourraient contester, manifester ! Avec des gilets jaunes !! Un cauchemar !!!

Les Marseillais contre le reste du monde : des gros Q en simili conne. Et sans i, surtout sans i, s’il vous plait. Et les cons je ne vous en parle pas...

Con-Lanta, TPMP, les séries avec plein de cadavres sanguinolents partout, avec des flics gentils, trop mignons, trop mignones…et perspicaces !

La droite la plus conne du monde – slogan des années 60 que l’on doit à Guy Mollet – a repris le pouvoir en 2017 avec un booster planté dans les fesses de la fusée ultra libérale qui fait de la connerie sa principale source d’énergie, c’est ce qui explique l’éclosion des Pascal Praud, des Éric Brunet, des Yvan Rioufol et autres Gilles-William Goldnadel et Élisabeth Lévy.

Les milliardaires à la tête de ces médias se payent des immenses parts de connerie pour faire prospérer leur business.

Sans la liberté de bêler, il n’y a pas de libéralisme flatteur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.