Placé sous contrôle judiciaire, Sarkozy n’a plus le droit d’approcher Paul Bismuth

Le coup est rude quand on connaît le rôle qu’a joué Paul Bismuth auprès de Nicolas Sarkozy et de Thierry Herzog, son avocat, celui d’un intermédiaire attentionné et particulièrement efficace, en plus d’être un ami d’enfance. Passe de se voir priver du bonheur d’échanger de badins propos avec Claude Guéant mais Bismuth…c’est trop injuste !

Le coup est rude quand on connaît le rôle qu’a joué Paul Bismuth auprès de Nicolas Sarkozy et de Thierry Herzog, son avocat, celui d’un intermédiaire attentionné et particulièrement efficace, en plus d’être un ami d’enfance.

Ils se connaissent depuis le collège, un demi-siècle de complicité anéantie, foulée aux pieds sur l’hôtel d’une justice froide, impitoyable et cruelle.  

Passe de se voir priver du bonheur d’échanger de badins propos avec Claude Guéant mais Bismuth…c’est trop injuste !

La pilule est déjà suffisamment amère concernant Brice Hortefeux mais Paul Bismuth, c’est une torture…

Les juges sont intransigeants, agressifs, obstinés et inhumains, il faut bien le reconnaître. Serge Tournaire rappelle Charles Sanson, le bourreau préféré de Louis XIV, de sinistre mémoire, celui dont le métier consistait à « rompre » les condamnés.

Car Sarkozy est déclaré coupable avant d’avoir été jugé.

L’affaire est tellement grave qu’il fallait bien un Gilles Bouleau sur Tf1 pour expliquer le complot, dénoncer l’odieuse calomnie, pendant 30 longues minutes.

« C’est la France, c’est la fonction qui est en jeu… »

C’est la France en effet qui est souillée à travers ces attaques ignominieuses contre l’ancien président, il a raison, Nicolas, de s’indigner publiquement d’être si honteusement associé à tous « ces mafieux libyens, ces escrocs ».

La France c'est à dire les Français, les Françaises, nous sommes tous et toutes attaqué(e)s, sali(e)s, à l'insu de notre plein gré.

« Qui peut le croire ? »

Il reconnaît des « indices », il comprend que ce qu’on lui reproche est d’une « extrême gravité » mais cela n’en fait pas un coupable, non !

D’autant moins qu’il invoque avec beaucoup d’à-propos  l’autorité de la chose jugée, ses comptes de campagne de 2007 ont effectivement déjà fait l’objet d’une décision de justice, or le droit est formel, il est impossible/interdit de remettre en cause un jugement ou de juger deux fois la même chose.

Ouf !

Cet argument est déterminant, il ne s’agit plus de savoir si oui ou non Sarkozy est coupable, on s’en fout, il suffit de s’appuyer sur le code de procédure civile et sur le code civil pour s’éviter un débat « au fond » toujours un peu aléatoire, il est vrai, ainsi on économise du temps, de l’argent, on laisse Edwy Plenel, Fabrice Arfi et Karl Laske faire mumuse avec Takieddine, on peut d’ailleurs compter sur Jean-Michel  Apathie et sur Jean-Pierre Pernaut pour faire entendre la voix de la France, la vraie…

La preuve que Nico est innocent, c’est la France (entendez lui-même) qui a buté le dictateur frisé, alcoolique, drogué et obsédé sexuel, on connaît bien ses dérives comportementales pour les avoir constatés dans les jardins de l’Élysée en 2007 sous une tente chauffée, nous étions en novembre.

Non, le plus inquiétant c’est ce qui va advenir de Paul Bismuth, aux dernières nouvelles il aurait disparu.

Il se serait évaporé.

Ou exilé.

On parle de Panama.

Pourvu qu’il ne lui arrive rien, ces pays ne sont pas aussi fiables qu’on veut bien le dire.

Il n’y a pas que le Panama qui soit dangereux, Vienne en Autriche…son sinistre Danube…Bismuth pourrait connaître le même destin que Choukri Ghanem, l’ancien ministre libyen du pétrole, retrouvé mort noyé juste avant de livrer et de commenter un mystérieux carnet de notes.

Il n’y a qu’en France qu’on soit vraiment et définitivement protégé, à l’abri de tout.

C’est ce qui fait notre originalité.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.