Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

691 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2021

La France, un beau pays où il est de plus en plus difficile de survivre…

La crise sanitaire fait des ravages, les artisans, les commerçants, les autoentrepreneurs se comptent parmi les victimes collatérales du Covid-19. Analysons en détail, profession par profession, ce qu’il est en train de se passer au sein de la vaste communauté des activités déclarées « non essentielles » par nos gouvernants qui savent toujours trouver la bonne formule.

Bruno Painvin
Nouvelliste et spectateur engagé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La crise sanitaire fait des ravages, les artisans, les commerçants, les autoentrepreneurs se comptent parmi les victimes collatérales du Covid-19.

Analysons en détail, profession par profession, ce qu’il est en train de se passer au sein de la vaste communauté des activités déclarées « non essentielles » par nos gouvernants qui savent toujours trouver la bonne formule.

Alors que les bouchers défendent plutôt bien leur steak, les problèmes des boulangers sont croissants.

La grippe aviaire frappe les éleveurs de volailles qui se font plumer pendant que les pêcheurs haussent le ton, Brexit oblige, mais rien n’y fait. Ils ont l’impression d’être les dindons de la farce. À la fin, ces éleveurs en perdent leur lapin.

On savait que leur situation était critique, on sait maintenant que les céréaliers sont sur la paille. Une paille qui cache la forêt, évidemment.

Du fait de la fermeture des restaurants et des bars, les brasseurs sont sous pression, les pauvres.

Un malheur n’arrivant jamais seul, la taxation nord-américaine sur les vins et les alcools français provoque un désastre chez les viticulteurs qui, du coup, trinquent.

Les plombiers en ont ras le bol, ça peut se comprendre, certains prennent la fuite, mais, bonne nouvelle, les électriciens résistent, dit-on de sources habituellement bien informées, des sources qui sont au courant, bien sûr !

Depuis la réforme que l’on sait, les cheminots font tout pour maintenir leur train de vie, la crise les frappe de plein fouet, sans crier gare, c’est rageant ! La gare n'est plus qu'une carcasse ...

Dans les hôtels, les veilleurs de nuit sont maintenant obligés de vivre au jour le jour, un comble quand on y pense.

L’hôpital va de plus en plus mal, les ambulanciers ruent dans les brancards ce qui rend inconfortable le transport des malades aux urgences, cela ne contribue pas à apaiser les tensions, déjà très vives. Ou très élevées.

Faute d’argent chez les particuliers propriétaires de maisons ou de pavillons qui ne peuvent plus entretenir leur toiture, pour les couvreurs c’est la tuile …

Les podologues et les pédicures ont beau travailler d’arrache-pied, rien n’y fait, leur pouvoir d’achat dégringole. Bientôt des va-nu-pieds ?

Alors que les grandes surfaces voient leur chiffre d’affaires augmenter, curieusement, celui des cordonniers, dans la zone commerciale, baisse, certains sont mis à pied, deux poids deux mesures.

Les imprimeurs dépriment, tout comme les météorologues qui, en plus, sont en dépression …certains dessinateurs, notamment au Monde, font grise mine. La place Blanche a mauvaise mine, aussi.

Rien ne va plus, non plus, dans les rangs des forces de l’ordre, certains policiers s’arrêtent …un comble !

Les militaires, eux aussi, sont touchés par la crise, certains partent en retraite. En pleine opération sarbacane !

Pendant ce temps-là, à EDF, les syndicats sont sous tension, voire sous haute tension.

Chez Renault, la direction prend le contrepied de Carlos Ghosn, elle fait marche arrière tandis que certains syndicats débrayent.  

À la cathédrale de Notre-Dame, les carillonneurs ont le bourdon, mais la tour Eiffel a froid aux pieds et l'Arc de Triomphe est ranimé. Comme toujours !

Les éleveurs de porcs sont dans la merde, mais ce n’est pas vraiment nouveau ; alors que les éleveurs de chiens, eux, sont maintenant clairement aux abois. La caravane passe …

Signe supplémentaire que tout va mal, les prostituées sont maintenant sur le trottoir, c’est vraiment une mauvaise passe. Les travestis vont se raser, les stripteaseuses sont rhabillées.

Restons tout de même optimistes, car, comme le dit le proverbe « Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain avant de l’avoir tué ».

Bon dimanche à toutes et à tous.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige