Non, la rue ne fait pas tout...

Pour faire le buzz il fait le buzz...au point d'oublier l'histoire et de tourner le dos au bon sens, aux évidences : Mélenchon est-il à la hauteur de la F.I ?

En 1933 Hindenburg nomme Hitler à la tête de la Chancellerie d’une façon tout à fait démocratique, conformément à la Constitution de Weimar.

Le peuple allemand l'attendait...dans la rue...pour venger son honneur perdu le 11 novembre 1918.

Le dictateur se suicidera fin avril 1945 dans un Berlin assiégé suite au débarquement des alliés, suite à la progression de l’armée rouge qui le menace.

Sa défaite est morale, politique et militaire.

C'est bien la rue qui a conduit Hitler au sommet de l'Etat allemand mais ce n’est pas elle qui l'en a chassé après 12 ans de crimes, de terreur, de tortures et de pillages, après un génocide qui marque encore l’histoire de l’humanité au fer rouge.

FFI, FLN, résistants « libres », hommes et femmes de bonne volonté, de gauche, de droite et du centre ont payé de leur vie pour le savoir.

Jean Moulin par exemple.

Ce dérapage a quelque chose d’inquiétant et de dérangeant venant d’un leader politique qui prône un retour à des pratiques politiques républicaines : sans mémoire pas de future ; sans mémoire pas de démocratie ; sans mémoire pas de projet.

L’avenir appartient à ceux qui se souviennent.

Une erreur  ou une faute ?

Une insulte pour ces anciens qui savent – apparemment mieux que Mélenchon – ce que « la rue » a fait et ce qu’elle n’a pas fait…son héroïsme, sa lâcheté, son espoir, ses peurs, ses dérives.

Une faute donc.

Le reste des propos est à l’avenant, mettre sur la même ligne CPE, les rois, les nazis, le plan Juppé est pour le moins réducteur, terriblement réducteur.

Stupide.

La tentation médiatique de faire parler de lui et/ou de la F.I pousse Mélenchon à dire des conneries plus grosses que lui, ce n'est pas la première fois.

Comme l'explique très bien Philippe Corcuff ici, dans ces colonnes " Je ne réduis pas la France insoumise à la stratégie populiste de ses dirigeants ! "

La F.I oui, pourquoi pas, mais Mélenchon décidemment non !

Place à la mémoire ! place aux jeunes !

Il faut dégager Mélenchon, 40 ans de vie politique ça use... pas que les souliers !

 

P.S

J’épargne aux lecteurs et aux lectrices la liste des débordements mélenchoniens, de Cuba jusqu’au Venezuela, estoy hasta los huevos con estas tonterias.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.