Allo ! Mireille Mathieu ? C’est moi, Emmanuel Macron !

Plus Emmanuel Macron dévisse dans les sondages et plus il s’entoure de conseillers très très spéciaux. L’idée du président de la République est simple et assez cohérente, ces interlocuteurs ne sont pas choisis au hasard : plus ils disent de conneries et plus ils sont populaires ! Ça fait envie, forcément, un exemple à suivre se dit-il.

Plus Emmanuel Macron dévisse dans les sondages et plus il s’entoure de conseillers très très spéciaux dont la popularité est nettement supérieure à la sienne.

Selon un sondage Odoxa publié ce mardi matin, sa cote de popularité continue de plonger : - 7 %, à 33 % d’opinions favorables et plus de 66 % d’opinions défavorables, il retrouve le plancher atteint en février dernier, juste avant la crise sanitaire.

Après Éric Zemmour, c’est au tour de Jean-Marie Bigard d’être sollicité, ou appelé au secours par l’hôte du Palais de l’Élysée.

Et demain, ce sera qui ?

Bernard Menez ? Marie Myriam ?? Charlotte Julian ??? Patrick Juvet ????

L’idée du président de la République est simple et assez cohérente, ces interlocuteurs ne sont pas choisis au hasard : plus ils disent de conneries et plus ils sont populaires ! Ça fait envie, forcément, un exemple à suivre se dit-il.

Entre les blagues salaces ou homophobes de l’un et les propos racistes et anti-musulmans de l’autre, le chef de l’État a l’embarras du choix sachant tout de même qu’il a déjà acquis un certain savoir-faire en termes de conneries, il ne part pas d’une feuille blanche, le gaillard.

C’est bien à partir de cette proximité culturelle que se sont construits ces rapprochements entre les stars de l’audimat nauséabond et le président de la République, cela facilite la communication interpersonnelle, ils parlent le même langage, se comprennent à demi-mot, un simple clin d’œil leur suffit.

Stéphane Bern pourrait devenir ministre de la Culture, pourquoi pas président de l'Assemblée nationale ; Alain Delon, expatrié fiscal bien connu, adulé des masses populaires, aurait pu devenir ministre de l’Économie et des Finances avec pour mission de faire revenir ces exilés fiscaux indélicats qui préfèrent le Panama à Paname. L’AVC dont a été victime le bel Alain poserait un cas de conscience à Emmanuel Macron qui se révèle soudainement beaucoup trop tatillon et surtout très versatile si on se réfère à la nomination de Christophe Castaner au poste de ministre de l’Intérieur, il s’agit d’un précédent dont il aurait pu s’inspirer, rien ni personne ne ressemble plus à un accident vasculaire cérébral que Castaner. Quant à Johnny Halliday et Charles Aznavour, il paraît qu’ils ne sont plus disponibles pour faire concurrence à Delon…mais, de sources concordantes bien informées, Christian Clavier serait sur les rangs pour remplacer Castaner, ses liens d’amitié avec Nicolas Sarkozy, ancien premier flic de France, seraient très appréciés en haut lieu.

Pour remplacer le pauvre Édouard Philippe qui fait de l’ombre à l’ombre de Macron, ou ce qu'il en reste, le président s’orienterait vers une candidature féminine, c’est consensuel, en un mot comme en deux.

Une femme d’âge mûr, voire très mûre pour rassurer ; dotée d’une popularité incontestable au Japon et en Russie pour la dimension internationale ; éternellement souriante pour plaire à tout le monde ; propre sur elle et bien coiffée, cela inspire la confiance ; simple et modeste pour que chacun et chacune puisse se reconnaître en elle ; très connue sinon cela ne servirait à rien ; patriote, voire nationaliste pour séduire l’électorat lepéniste ; incontestable, car on ne lui connait aucun vice caché, la malheureuse ; un tantinet has been (c.-à-d .vraiment has been) pour éviter les phénomènes de mode toujours très aléatoires, elle doit s’inscrire dans la durée ; elle peut, elle doit bafouiller quand on l’interview, car « ben, dis donc, c’est pas facile-facile d’être Premier ministre, j’voudrais bien vous y voir, vous ».

Ce cahier des charges très strict, trop disent certains, aurait été échafaudé minutieusement par une équipe de « communicants » chapeautée par Brigitte Macron en personne, la première dame ne veut pas s’embarrasser, en effet, d’une concurrente trop sexy, ni trop intellectuelle.

Une candidate sort du lot, elle coche toutes les cases, vous l’aurez tous et toutes compris : Mireille Mathieu ! Elle-même en personne !

Les États-Unis de Trump ont Madonna, la France de Macron a Mireille Mathieu, on a beau critiquer, il nous reste un sacré bout de chemin à faire...

Rappelons à ceux qui sont nés après 1959, c'est-à-dire celles et ceux qui ont soixante ans et moins, que Mireille Mathieu est née le 22 juillet 1946 à Avignon, dans le Vaucluse, que c’est une chanteuse française de variétés issue d’un milieu modeste qui compte à son répertoire des pépites (fossilisées, mais quand même) comme « Bravo, tu as gagné », « Together We’re strong », « La Marseillaise », « Apprends-moi » (très appréciée, dit-on d’Emmanuel Macron qui la chantonne plusieurs fois par jour), sans oublier, bien sûr « Mille colombes », un monument français toujours vivace remis au goût du jour par un certain Nicolas Sarkozy, toujours lui, LA référence intellectuelle de Macron, le soir de son élection, en mai 2007, cela crée des liens, évidemment.

À un mois des municipales on dit qu'Emmanuel Macron est très en colère face à l’attitude désinvolte d’Agnès Buzyn, future ex-candidate à la mairie de Paris, entre un appel téléphonique à Michel Sardou et un autre à Mireille Mathieu, il lui a passé un petit coup de fil, il est tombé sur la messagerie de l’ancienne ministre de la Santé avec une musique d’attente de circonstance, « Paris en colère » une chanson interprétée par…devinez qui ? Oui, par  Mireille justement…dont voici le premier refrain :

Que l'on touche à la liberté, et Paris se met en colère
Et Paris commence à gronder, et le lendemain, c'est la guerre.
Paris se réveille, et il ouvre ses prisons
Paris a la fièvre, il la soigne à sa façon.
Il faut voir les pavés sauter quand Paris se met en colère
Faut les voir, ces fusils rouillés qui clignent de l'œil aux fenêtres
Sur les barricades qui jaillissent dans les rues
Chacun sa grenade, son couteau ou ses mains nues.

Il paraît qu’elle n’a même pas daigné le rappeler…une honte, la loose totale !

Décidément, quand ça veut pas ça veut pas !

Françaises, Français, je crois que l’on peut affirmer haut et fort et sans risque de se tromper que nous ne sommes jamais tombés aussi bas.

Jamais !

Et ce n’est pas encore fini…

Si jamais j’entends encore une fois dire que la nature – française – a horreur du vide, je vous préviens, médiapartiens, médiapartiennes, je prends ma kalachnikov !

Mais qu’est-ce qu’il vous faut de plus comme preuve, bande d'abrutis ? Je m'adresse prioritairement (mais pas exclusivement) à cette minorité qui y croit encore, les 33 % dont parle Odoxa. 33 % !

Vous êtes sourds et aveugles en plus d’être complètement stupides ou quoi ?

Voilà ce qu'il se passe quand on accumule les handicaps…

La connerie militante, je ne supporte pas !

Merde alors !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.