Depuis quelque jours Emmanuel Macron sanglote tous les matins sous sa douche …

Pas de regrets, pas de remords, pas de mea culpa non plus, non, mais une langueur extrême, un accablement absolu. Tout est devenu lourd, lent, pénible, laborieux. Dangereux. Tous les matins depuis qu’il est élu, vers six heures, Emmanuel se rend de sa chambre à coucher à sa salle de bain pour prendre sa douche ...

Pas de regrets, pas de remords, pas de mea culpa non plus, non, mais une langueur extrême, un accablement absolu.

Tout est devenu lourd, lent, pénible, laborieux.

Il faut faire semblant d’y croire encore. Coûte que coûte !

La dépression lui tend les bras, l’enlace dans une étreinte qui pourrait être définitive, peut-être mortelle. Éternité et étreinte, anagramme parfaite, mauvais présage !

Il se sent condamné.

Il l’est peut-être …

Tous les matins depuis qu’il est élu, vers six heures, Emmanuel se rend de sa chambre à coucher à sa salle de bain pour prendre sa douche.

Hier il sifflotait, il chantait parfois, il dansait même, il était heureux, gai, tonique, imaginatif, le monde lui appartenait, il était écouté, courtisé, envié.

Tout lui réussissait.

Tout lui souriait.

Même les morts …les enterrements de Johnny Halliday et de Charles Aznavour, par exemple, l’avaient enhardi au point de trouver au Maréchal Pétain quelques qualités, il ne fallait pas être injuste avec l’Histoire, on ne peut pas résumer la vie de ce grand guerrier qui sauvât la France en 14-18 à la seule rafle du Vel d’Hiv, à la collaboration …de Gaulle avait été fait prisonnier après une bataille perdue à côté de Douaumont …conduit en captivité à moitié inconscient au camp d’Osnabrück, en Allemagne, pas de quoi pavoiser …

Céline, Rebatet et Maurras ont écrit de bien belles pages après tout, surtout Céline. Et malgré ses pamphlets antisémites. On peut être en même temps antisémite et grand écrivain ; en même temps looser et prophète en son pays.

Il réécrira l’Histoire, c’est sa mission.

Puis le drame arrive en janvier 2020, le Coronavirus …

Tous les matins depuis qu’il est élu, vers six heures, Emmanuel se rend de sa chambre à coucher à sa salle de bain pour prendre sa douche.

Il ouvre la porte coulissante, avance le pied droit, il n’a pas le temps de poser le deuxième pied qu’il glisse sur le revêtement encore humide de la douche, un grand écart improvisé, ses bras battent l’air, il titube, vacille, tourne sur lui-même, ses jambes flageolent, il tombe lourdement sur le sol carrelé …en se relevant, sa tête heurte le mitigeur eau chaude /eau froide, il se tient la tête, courbé sous la douleur, l’eau froide, glaciale, en profite pour l’asperger sans prévenir, la nuque, le dos, les jambes, il en a le souffle coupé.

L’eau chaude prend son temps pour arrêter le supplice.

Il saisit la savonnette rose – Cadum pour peau douce – de la main gauche …il est droitier donc maladroit de la main gauche …la savonnette s’échappe sournoisement, il se baisse pour la ramasser, elle s’entête et reprend la fuite. Une fois, deux fois, trois fois …

Brigitte, alertée par les bruits et les gémissements, entrouvre discrètement la porte de la salle de bain, passe la tête et lui demande si ça va, elle le devine plus qu’elle ne le voit à travers la cage vitrée de la douche, mouillée, embuée.

Emmanuel sanglote sous sa douche, mais elle ne le sait pas, l’eau se mélange aux larmes ; à moins que ce soit l’inverse.

« Oui, tout va bien », lui dit-il.

Il faut faire semblant d’y croire encore. Coûte que coûte !

Tout est devenu lourd, lent, pénible, laborieux.

Ma fille, Margaux, d’une nature sensible et compassionnelle, me dit que « c’est quand même triste, papa, tout ce qui lui arrive ».

Je crois utile de rassurer ma fille, pour m’aider j’appelle à la rescousse Nicolas Gauvrit, psychologue et mathématicien français spécialisé en sciences cognitives : « Si quelqu’un a quatre accidents de voiture dans la même semaine alors qu’il n’en avait pratiquement jamais eu de sa vie, il faut qu’il se pose des questions avant de se dire qu’il n’a pas de chance. Peut-être faut-il qu’il s’interroge sur son état émotionnel du moment ou sur sa conduite. Il y a infiniment peu de chance que ce soit uniquement une question de hasard. »

Ben oui, il n’y a pas de hasard …l’état émotionnel de Macron en pleine explosion (prévisible, prévue) de Covid, sa gestion (catastrophique) de l’épidémie, sa conduite (aberrante), la présidentielle (compromise) dans un an …non, il n’y a pas de hasard …normal qu’il sanglote, il est sur le point de tout perdre !

« Quoique …parfois il y a des gens qui se retrouvent au mauvais endroit au mauvais moment », j’ajoute cette nuance qui relativise le propos de Nicolas Gauvrit …

« Des gens qui se retrouvent au mauvais endroit au mauvais moment, tu parles de Macron ou des Français, papa ? » me demande Margaux, soudain très perplexe.

Des deux, mon amour.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.