Très docile tu seras, dans le côté obscur tu l’auras !

Emmanuel Macron a été élu en mai 2017, depuis il improvise...

C’est ainsi que s’exprimera, ce soir, maître Yoyo, notre Jedi en chef, chargé de tous les pouvoirs ici-bas, en France : " très docile tu seras, dans le côté obscur tu l'auras ! "

Il tient ses pouvoirs exorbitants d’une poignée d’imbéciles qui n’en finissent plus de se ronger les ongles. Je parle de ceux à qui il en reste.

À partir des pouvoirs surnaturels qui sont les siens, cet homme a le droit de vie et de mort sur une population apeurée et passablement anémiée qui ne sait plus qui croire, on aimerait y croire, mais on a du mal… la faute à qui ?

Si on compare l’étendue de son pouvoir à l’efficacité de sa gestion, on est pris de vertiges : mais à quoi donc servent-ils tous ces moyens mis à sa disposition ? Pour faire quoi ?

Emmanuel Macron a été élu en mais 2017, depuis il improvise...

Face à une quantité invraisemblable de revirements, d’injonctions contradictoires, de fausses vérités et de vrais mensonges, le tout saupoudré de mesurettes inutiles autant qu’anachroniques (et très onéreuses cf. les tests) dont il serait trop long de faire la liste ici, la question qui sera posée ce soir est simple : comment va réagir le peuple, les étudiants, les salariés, les petits entrepreneurs, les autoentrepreneurs, les artisans, tous, toutes au bord de la faillite.

L'ambiance est particulièrement mortifère, les Français ont le sentiment d'être dans un cul-de-sac, ils ne voient pas la sortie.

S’il est vrai que cela ne sert plus à rien de critiquer encore et encore la macronerie au pouvoir, il faut craindre que ceux qui ont pris de mauvaises mesures, ou qui n’ont pas pris les bonnes mesures depuis huit mois, continuent leur course folle après le virus.

La connerie s’entête, les leçons de ces huit derniers mois n’ont pas été tirées comme elles auraient dû l’être.

Après le confinement quoi ? Comment ? Un troisième confinement en février ?

Après la critique, cette proposition qui n’engage que moi, très humble candide :

Les sondeurs disposent d’outils informatiques et mathématiques, des algorithmes très puissants qui permettraient de mieux comprendre les chaînes de transmission du Covid-19, les populations susceptibles d’être infectées, celles qui le sont déjà, leur localisation, leur âge, leur métier, leur déplacement.

Un modèle théorique avec un maillage assez fin en découlerait.

Des tests antigéniques très ciblés viendraient compléter ce dispositif, avec une bien meilleure netteté, avec une précision sociologique, donc épidémiologique, qui nous fait cruellement défaut : dans l’état actuel des choses nous sommes sourds et aveugles donc impuissants, nous subissons.

Il serait alors possible de faire une cartographie qui serait réactualisée chaque semaine, nous serions moins aveugles, nous pourrions anticiper et rattraper une bonne partie du retard accumulé par des incompétents qui courront toujours moins vite que le virus.

Sans être spécialiste de ces questions, il me semble que c’est là un moyen efficace de casser, une à une, les différentes chaînes de transmission : être là, armé de tests simples et rapides, avant et pendant la transmission, pas une semaine ou deux semaines après !

Une réaction à l’Italienne est toujours possible.

Elle serait légitime si la connerie continuait sa balade tranquillement.

Nécessaire si rien ne change radicalement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.