Palmarès 2020 de la Connerie Envahissante

L'année 2020 est une des plus riches en conneries. Très difficile de départager les trois prétendants. Un cru exceptionnel !

L’usage veut que nous publiions le palmarès de la Connerie Envahissante entre le dernier jour de la 51e semaine et le premier jour de la 52e.

Exceptionnellement cette année, nous avons décidé de rendre publics les résultats de cette compétition qui fut d’une rare âpreté dès maintenant, et ce pour deux raisons : premièrement, les trois lauréats ont une telle avance qu’ils ne peuvent plus être rattrapés ; deuxièmement, c’est la première fois que le score maximum, notre « plafond », 10 000 points, a été atteint ; pour ceux qui l’ignoreraient, le palmarès est publié chaque année depuis 2014.

Tout s’est joué le 3 juillet dernier, date de la nomination de Jean Castex au poste de Premier ministre : à partir de cette date les chiffres se sont brutalement emballés, notre compteur s’est affolé, force est de reconnaître que ça sentait l’huile chaude dans la salle de rédaction de la Connerie Envahissante.

Ce n’est pas un secret, nous avions encore le choix dans la date semaine 47, nous aurions pu annoncer le palmarès le vendredi 20 novembre, par exemple, mais cette année bissextile comptant 53 semaines, nous hésitions, nous pensions que cela aurait été prématuré, voire suspect, les mauvaises langues nous auraient accusés de parti pris, alors que pas du tout, voyons !

Le Comité d’Organisation National, le CON, et ses membres, les CONNARDS IMPÉNITENTS, ont tous, dans leur immense sagesse, opté pour ce samedi 28 novembre, 48e semaine de l’année, pour faire connaître le palmarès 2020.

C’est une décision parfaitement subjective que nous assumons pleinement, il s’agit d’une autre approche, ça change des maths...après tout, pourquoi pas ? Apprendre à calculer en cent leçons est à la portée de n’importe quel imbécile, c’est une évidence.

Cette année 2020 est l’année de tous les records : les trois lauréats totalisent exactement le même nombre de points, 10 000 pour celles et ceux qui ont du mal à suivre.

Il faut savoir que Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur – né à Ollioules, petite commune située à l'ouest de Toulon, où il a fait de très médiocres études secondaires, Lycée ampère – tenait la corde et pouvait encore prétendre à une place sur le podium de la Connerie Envahissante le 2 juillet (avec près de 8967 points) la veille de la nomination de Jean Castex et de Gérald Darmanin…c’est dire !

Comment donc départager les trois candidats ?

Afin de joindre l’utile à l’agréable, nous nous réunîmes à l’auberge de Vendée située à La Roche-sur-Yon, c’est là que nous décidâmes de privilégier l’ordre hiérarchique décadent.

 

 

Palmarès 2020 de la Connerie Envahissante

 

Médaille d’or : Jean « Fétide Addams » Castex, Premier ministre qui donne des ordres plus bêtes et plus méchants les uns que les autres ; l’homme qui dodeline bêtement de la tête à chaque fois qu’il utilise un complément d’objet direct d’un verbe d’action employé à la voix passive. Il ne pense pas, il n’agit pas, il dodeline !

 

Médaille d’argent : Gérald « Dard-Malin » Darmanin, ministre de l’Intérieur, celui qui, contrairement à Polnareff, n’aime pas la poupée qui dit non, mais qui aime à la folie les 292 000 agents qui travaillent pour lui, des agents extrêmedroitisés des deux mains. Le clown de Sarkozy. Le fils rêvé de Le Pen. Rêvé ou caché, qui sait ? Sauf si, rétrospectivement, Le Pen a honte...oui, va pour le fils caché.

 

Médaille de bronze : Didier « Kaiser » Lallement comme un arracheur de dents sans anesthésie ; fait penser à Laurence Olivier dans le rôle de Szell, dans Marathon Man, quand il « soigne » Thomas Levy, alias Dustin Hoffman, « c’est sans dancher ». Obéit aux ordres des deux précédents en ajoutant sa petite touche personnelle, ici une main ou un pied, là un œil. Amputer une jambe ne lui fait pas peur, il aime ça ! Il dispose tout de même d’une équipe de 24 000 hommes…ça fait peur, non ?

 

En cette fin d’année, ayons une pensée pour Emmanuel Macron, leur chef : il fait froid et par grand vent, Manu, mets ta casquette, change de trottoir.

Tu nous fous trop la honte.

Casse toi et marche à l'ombre.

Ça pue !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.