BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juil. 2022

BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

Fabien Mary, hard-bopper hors-pair

Les festivals de jazz de l’été 2022 s’arrachent le trompettiste post-bop, né en Normandie (1978). Et pour cause : le virtuose réjouit les publics de performances enthousiasmantes, swinguantes, pleines de musicalité. Il culmine sa discipline.

BRUNO PFEIFFER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fabien Mary © Marina Chassé

Ce n’est plus vraiment un secret enfoui au fond des caveaux de jazz : l’un des grands trompettistes du hard-bop, style immortalisé dans les années cinquante par le label BLUE NOTE, est français. L’homme qui s’exprime en hard bop dans le texte est invité partout : à Marciac, à Jazz à La Villette. Sinon, le passant peut l’entendre au café du coin. Ce qui m’arriva, au Café L’Apostrophe, rue de la Grange-aux-Belles (10e), le 18 juin dernier. Fabien Mary assiste ce soir-là le saxophoniste baryton Frank Basile lors de la tournée du quintet en France de ce dernier, une figure de la scène jazz de New York. La carte de visite d’arrangeur de Basile cloue le bec (Vanguard Jazz Orchestra, Dizzy Gillespie All-Stars Big Band, Count Basie Orchestra, Joe Lovano Nonet, Dave Holland Big Band, Jimmy Heath Big Band). Lorsque j’entre, l’Américain amorce un chorus dessiné comme un tracé d’architecte. Dans la plus fidèle tradition. Les attaques rappellent Pepper Adams, la dramaturgie Gerry Mulligan. Laurent Marode, pianiste, brode quelques accords subtils à la Wynton Kelly. Enchaîne Fabien Mary : pas besoin de pétards pour mettre des fusées en orbite. Le phrasé captive, la moindre salve enivre la salle de mélodies. La section rythmique (Stephane Chandelier à la batterie et Fabien Marcoz à la contrebasse), - impeccable - porte le vaisseau amiral. Un cadeau pour une cinquantaine de personnes. Les clients ont levé la fourchette pour écouter. Quand il joue, ses acolytes non plus, ne perdent pas une croche. Qu’importe la jauge, Fabien Mary assure. En clair : donne le meilleur. Solo empreint de blues et de gospel. Je le féliciterai à la fin du set. Il tempère : « avec la chaleur, les doigts glissaient sur les pistons ». Plus modeste que lui… Chez le styliste, jamais de rentre-dedans ; recherche constante de beauté ; pas de dextérité superflue ; discours cohérent et maîtrisé ; solos scénarisés à la virgule. Jamais entendu le phénomène en-dessous de son niveau. Immanquablement présent, au sommet.

Après le second set, autour de minuit, le bœuf. Le saxophoniste ténor David Sauzay, une pointure, membre du Vintage Orchestra, rejoint la dream team. Les verres tremblent. Le combat cesse, faute de conditions thermiques supportables.

J’ai revu Fabien à plusieurs reprises. Ainsi, lors du 75e Anniversaire du Caveau de la Huchette (Eh oui, ici, chaque soir, depuis 1946, un orchestre de jazz dans le quartier St-Michel). A chaque rencontre, conversation avec un personnage juste, convaincant, équilibré, attachant. De surcroît (pour ne pas me déplaire) : quelle connaissance de la musique !

Fabien Mary s’inscrit dans le droit fil de ses modèles en jazz : Kenny Dorham, Lee Morgan, Chet Baker, Donald Byrd, Freddie Hubbard, Miles Davis, Clifford Brown, Art Farmer. En 2008, Fabien décide de partager son temps entre Paris et New York. On l’entend sur les scènes de jazzclubs en vue (Le Smoke, Le Smalls). Là, il s' attire très vite le respect des musiciens locaux. La rencontre avec le new-yorkais Frank Basile se noue alors. En 2009, Mary enregistre un disque en quartet Q+1. Le styliste invite naturellement le saxophoniste baryton. Après un accident au bras gauche, il se consacre à la composition. Dix ans plus tard sort Left Arm Blues (label Jazz&People). Un album révélateur. L’Académie du jazz récompense l'album avec le prestigieux Prix du Disque français, en 2018. Après Left Arm Blues, (and Other New York Stories), inspiré par la période dans la ville de New-York - où il aura résidé jusqu’en 2011 - le trompettiste co-fonde le Vintage Orchestra. Son écriture ranime la flamme des grands orchestres (notamment Thad Jones/Mel Lewis ; le binôme Duke Ellington/Billy Strayhorn ; Gil Evans - et les arrangeurs de référence, comme Bill Holman). Fabien Mary virevolte entre les couleurs et les timbres. Les solistes se sentent à leur aise. Epanouissent leur jeu. Le gratin du post-bop français s’en donne à cœur-joie. Citons (par ordre alphabétique) : Michael Ballue, Jerry Edwards, Florent Gac, Michael Joussein, Malo Mazurié, Andrea Michelutti, Thomas Savy, Olivier Zanot, Yoni Zelnik. Les vedettes balancent comme s’ils venaient de se lever sur terre un matin entre les années cinquante et soixante. Sur Too Short (label Jazz&People, 2021), huitième album en leader, le concept ultra-élaboré du Vintage Orchestra enchante les audiences. Souvenir de concertdu Vintage - un feu d'artifice - en hiver 2021 au Bal Blomet (Paris 15e). Sortie éblouie de la salle.

Le festival Un piano dans la Pinède (Oléron), ouvrira sa semaine de 10e anniversaire, lundi 15 août 2022, avec le quintet d’Alain Jean-Marie, célébrissime pianiste né en Guadeloupe en 1945. Un All Stars, pour un bon anniversaire, le cadeau apporté par un leader-culte. En première ligne, duo de kadors : Fabien Mary et l’altiste Dmitry Baevsky. Section rythmique : Fabien Marcoz à la contrebasse - Bernd Reiter à la batterie. Les amateurs ont marqué d’une croix la venue de Mary et de Baevsky. Comment deux souffleurs de ce calibre pourraient-ils décevoir ?
L’Académie du jazz a nominé huit fois Fabien Mary pour la consécration suprême : le Prix Django Reinhardt. Chaque année, échec d’un iota. Les fans se croisent les doigts pour que la prochaine fois soit la bonne.

Bruno Pfeiffer

Fabien Mary dans les FESTIVALS 

16, 17 juillet - Chaillol (Fabien Mary & The Vintage Orchestra)

21 juillet - Jazzy' Krampouezh (Fabien Mary Octet)

22 juillet - Neuvil'en Jazz (Fabien Mary & The Vintage Orchestra)

23 juillet - Neuvil'en Jazz (Fabien Mary & Stéphane Belmondo Quintet)

2 août - Jazz en Feux Château d'Oléron (Ludovic de Preissac Septet)

6 août - Jazz en Tech, Pyrénées-Orientales (Dmitry Baevsky & Fabien Mary Quintet)

10 août - Jazz au Touquet (avec Laurent Courthaliac "Pannonica")

15 août - Un Piano dans la Pinède, à Grand-Village Plage, Oléron (Alain Jean-Marie Quintet)

FESTIVAL :

Jazz au Domaine d'O, le festival Radio France Occitanie de Montpellier, jusqu'au 24 juillet 2022.

Lundi 18/07, avec le phénoménal trio Hors Temps du batteur/percussionniste Edward Perraud, un des albums marquants de la précédente décennie, porte ouverte au brio, à l'imagination, à la poésie, à la virtuosité (Bruno Angelini, piano - Arnault Cuisinier, contrebasse).

Mardi 19/07, avec Immanuel Wilkins Quartet, The 7th Hand, revivent l'héritage de Charlie Parker et celui de John Coltrane dans le XXIème siècle, nous dit - notamment - le programmateur Pascal Rozat dans son éditorial. Le journaliste promet un concert historique. On peut le croire. Là, en dix jours, il aura présenté l'une des affiches les plus alléchantes de l'été.

Mercredi 20/07 : Space Galvachers, Sounds of Brelok, une combinaison violon (Clément Janinet), violoncelle (Clément Petit) et Benjamin Flament, percussions. Où s’entendent l’influence des traditions africaines et caribéennes, aussi bien que celle de l’électro. Je les ai entendus à l'Atelier du Plateau (Paris 19e), avant les confinements : haut-de -gamme! Et quel sens de la mélodie!

Jeudi 21/07 : Dinosaur, To The Earth, quartette acoustique londonien. Une touche "British", néanmoins ancrée dans la tradition.

Vendredi 22/07 : Liam Noble, The Long Game, pianiste au jeu traversé par l'influence de Thelonious Monk. Noble, également tête chercheuse, explore les sonorités électroniques les plus insolites.

Samedi 23/07 : Xavier Bellin, Pitakpi, le pianiste est devenu une valeur sûre du jazz antillais. Adoubé par deux références : Mario Canonge et Manuel Rocheman.

Au Domaine d'O, « l'une des meilleures affiches de l'été » ? Un avis forcément crédible.

Il ne fera pas uniquement chaud sur les thermomètres, à Montpellier.

B.P.

CD’s

Miles Davis : That’s What Happened 1982-1985, Bootlegs Series Vol. 7 (3 CD, SONY Music, sortie septembre 2022). Avec John Scofield, Marcus Miller, Mike Stern, Al Foster, Daryl Jones, etc. Poursuivons dans le haut-de-gamme, en dégustant quasiment 4 heures d’inédits effarants, avalés d’un trait (avec la haute-résolution audio, ça descend tout seul). Le suprême de la période funky-pop, au succès planétaire, inclut un fabuleux Live à Montréal en 1983. A l’époque, Miles explore l’univers de Prince. Il survole chaque énoncé, s’amuse, invente, étincelle. On remercie le ciel d’avoir deux oreilles.

Randy Brecker Band : Live at Fabrik Hamburg (2 CD, Jazzline Classics/Fabrik/NDR Kultur). Un concentré hyper-tonique de jazz-rock enregistré le 18 octobre 1987, lors du Jazz Festival de Hambourg, par le quintet du trompettiste, le même soir que le quintet de son frère Michael (sur l'autre CD). Tous deux occupent alors le haut du pavé depuis plusieurs années.
Randall Edward "Randy" Brecker a recruté le saxophone ténor Bob Berg, qui brilla dans les années 80 chez Miles Davis. Berg - comme Randy - débuta chez Horace Silver. C'est dire la richesse de leur nature musicale, et leur complémentarité. C'est dire également les réserves de punch et d'invention des lascars. Les morceaux durent entre 8 et 15 minutes. Les chorus, homériques, déplacent les murs. Ainsi Randy, sur sa composition "There's A Mingus A Monk Us". Et Bob Berg sur "Snakes" (Berg), ou "Search" (Mike Stern). Le batteur Joey Baron, garant du versant avant-garde de la musique, propulse le binôme. Le pianiste Dave Kikoski maintient la tradition. Dans le genre jazz-rock : la pépite!

Theo Croker : Love Quantum (Star People Nation - Masterworks SONY Music). Le septième album du trompettiste floridan, nommé aux Grammy, entretient la persévérance dans l’originalité. Cela grâce à des compositions audacieuses ; la collaboration d’aventuriers répertoriés (Gary Bartz, Chris Dave, James Tilman) ; une mise en sons aux réquisitions peu courantes (Rap, Samples, Drum Programing, etc.) ; enfin des vocalistes de talent (Wyclef Jean, Jill Scott, Teedra Moses). On aurait tort d’incriminer le fourre-tout des genres :  cohérence et musicalité du résultat impressionnent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot