Réponse à Etienne Klein au sujet de son tract de crise

Étienne Klein est un excellent vulgarisateur, très lyrique, qui adore les « expériences de pensée » façon Einstein. Dans "je ne suis pas médecin mais...", il évoque un paradoxe bien connu, en déduit qu'il ne faut pas se fier à l'intuition et dénie à ceux qui ne sont pas médecin la possibilité d'avoir une opinion sur le protocole thérapeutique du prof Raoult. Bigre!

Le paradoxe est le suivant. Si le test d’une maladie qui concerne 1 personne sur 1000 dans la population produit 0% de faux négatifs et 5% de faux positifs ce qui semble être un faible taux d’erreur, alors  une personne testée positivement n’a que 2% de chance d’être malade.  Cela heurte l’intuition mais s’explique très bien. Il faut et il suffit d’observer que l’information fournie par le test n’est pas que la personne est nécessairement malade  mais que son risque d’être malade passe de 1/1000 à 20/1000  Noter que si le test est négatif le risque d'être malade redescend à 0%! Cela n'empêche pas M. Klein d'affirmer péremptoirement que le test ne sert à rien! Bigre c'est pourtant le mode de fonctionnement le plus courant en médecine. Au passage la situation décrite est  plutôt l'inverse de celle des  tests covid mais ce n'est pas le propos.

Fort de ce paradoxe, M. Klein entreprend, au nom de la SCIENCE, une charge contre le Pr Raoult et contre ceux qui prétendraient avoir un avis en faveur de cette méthode thérapeutique .

Faisons à notre tour une expérience de pensée ! Imaginons donc que le professeur « Robert » ait constaté que le coca cola soit puissamment efficace in vitro pour  éradiquer le SARS-COV-2, imaginons que prudemment il se soit posé la question et sur l’homme ? Qu’il ait essayé le Coca-Cola à la dose contrôlée de 33cl/j, qu’il ait constaté que sur 16 patients, le groupe Coca-Cola étaient tous guéris et le groupe « restez chez vous » étaient tous morts ! Que diraient M. Klein, Mme Lacombe et tous les profs confits dans le dogme ?

Ils nous diraient  « il faut un essai randomisé en double aveugle multi-centré  sur 5000 personnes sinon on ne peut pas être sûr ! … et ça ne serait pas de la science ! ».

Caricature ? Bien sûr ! Pourtant pas tant que ça : le prof « Robert » a "choisit" le groupe des « Coca-Cola ». Les « morts » venaient de Montpellier, l’échantillon  est insuffisant, etc.

Et l’on voudrait pourtant que les patients renoncent au Coca-Cola parce qu’ils ne sont pas médecins !

Alors, bien sûr, ce n’est qu’une expérience de pensée et le protocole (test+HCQ +azithromycine... en début de maladie) n’est pas un remède « miracle » mais le modèle scientifique doit fonctionner même pour une expérience de pensée.  M.Klein le sait bien.

Là pourtant le modèle ne fonctionne pas ! Pourquoi ? Parce qu’il montre qu’il faut un équilibre entre l’exigence de certitude obtenue par les méthodes les plus rigoureuses et la nécessité d’agir. C’est la dualité Science /Médecine.

Avec 0% de science, on a 0% de médecine ! Mais avec 100% de science on a  aussi 0% de médecine !

C’est le dosage qui fait la qualité. Oui il faut de la science mais la science ne se réduit pas à essai randomisé en double aveugle multi-centré ! Dans l’urgence ou dans des situations extrêmes il est très loin d’être absurde de préconiser un traitement dont les effets secondaires peuvent être contrôlés dont l’efficacité n’est pas négative.  Les standards de la recherche scientifique peuvent être adaptés en fonction du médoc et de la situation, de la puissance de l’effet observé. Le choix proposé en vue de soigner au lieu de compter les morts- reste une démarche rationnelle et il faut arrêter avec cette vision idéalisée de la science digne d’un mauvais cours de philosophie de terminale qui donnerait à penser que la démarche du Pr Raoult n'est pas scientifique.

Une science sans rivalité, sans carriérisme, sans suivisme ni perversion, sans choix discutables sans progrès improbable,  ça n’existe que dans « la petite maison dans la prairie ». Combien de découvertes sont, au départ, des erreurs de protocoles pas respectés, des éprouvettes mal rangées, des bobines mal branchées, ou fondées sur des preuves faibles, des points de vue iconoclastes, puis hardis, puis géniaux.  Combien d’expériences rigoureuses n’ont en rien augmenté nos connaissances. La thalidomide a été testée rigoureusement… et pourtant !

E Klein sait très bien que la théorie de la relativité a mis plus d'une génération à être acceptée car la majorité des physiciens n’admettaient pas au nom de la science ces résultats pourtant démontrés et observés qui heurtaient leurs références. Ce qui a permis à ces idées de passer dans le monde académique, c’est le remplacement d’une génération de physiciens bouffis de SCIENCES mais incapables de renouveler leur mode de pensée. Combien de temps pour imposer la dérive des continents  en dépit des arguments.  Pour la mécanique quantique, même Einstein pourtant novateur cherchait désespérément à la fin de sa vie des variables cachées pour accepter cette théorie. La science pullule de ces réticences parfois constructives souvent stériles.

Ignace-Philippe Semmelweis (1818-1865) qui a observé l’importance de se laver les mains, raillé par des confrères au nom de la science… de leur époque et de … rivalités. Combien de femmes sont mortes de cette étroitesse d’esprit ? pas d'essais randomisés sans doute?

La science ce n’est pas la caricature naïve que portent en étendard Mme Lacombe, M. Klein et consorts c’est beaucoup plus compliqué, non linéaire, pas lisse du tout.

On demandait à une étudiante qui faisait un stage dans un labo de produits vétérinaires de présenter ses résultats statistiques  de façon à minimiser le manque de stabilité du médoc mais  … LA SCIENCE ! LA SCIENCE ! LA SCIENCE !

Des collègues se sont vus refuser un article au prétexte qu’il n’avait pas suffisamment justifié de façon statistique que 6 points étaient alignés. Méthodologistes pointilleux ! Gardiens du temple ! Avec plein d’équations différentielles, des tests, des modèles logistiques exponentiels linéaires des R2à 97% ... le texte a été finalement accepté...LA SCIENCE ! LA SCIENCE ! LA SCIENCE !

Dans un séminaire, il est facile de repérer ceux qui bossent sur le même sujet ... ils cassent plus ou moins ouvertement l’orateur et inévitablement finissent par dire : « Dans mon article, j’ai ... » mais  … LA SCIENCE ! LA SCIENCE ! LA SCIENCE !...

Il faut arrêter avec cette vision idéalisée ... il faut bien sûr défendre la science mais pas de cette façon naïve et fausse!  Pour la question du jour, on peut, même dans une situation nouvelle et sans être médecin, préférer utiliser  sous surveillance médicale, en attendant mieux, un médicament, connu depuis 50 ans, déjà utilisé depuis longtemps y compris en association avec l’azithromycine, …  qu’un nouveau médoc testé, selon les règles de l’art, sur 800 patients en 1 mois mais qui pourra très bien donner des effets secondaires dramatiques dans 2 ou 20 ans ce que ne peut en aucun cas garantir un essai avec autant de bras que l'on voudra mené sur 1 ou 2 mois mais ... LA SCIENCE LA SCIENCE LA SCIENCE.

A un moment ou un autre on administre un médicament sans certitude laquelle n'existe pas même en science. Si tout démarche doit être critiquée, dans les attaques violentes contre le Prof Raoult l'invocation de la science est un prétexte et rien d'autre,  un argument imparable pour ralentir, contrecarrer, dézinguer, discréditer une démarche médicale.

On peut ne pas être médecin et lire avec un intérêt les documents qui émanent de la HAS au sujet de l’azithromycine avant la crise. Quand on doit faire un choix éclairé pour rentrer ou non dans un essai clinique, on le fait sans être médecin !

Non M. Klein il n’est pas nécessaire d’avoir fait 15 ans de médecine, de connaître des centaines de maladies, l’anatomie du corps humain etc. pour comprendre les enjeux d’un débat clairement posé pour qui veut aller un peu au-delà de la caricature et des explications de BFM-TV et autres journaux.

Inversement trois médecins sur un même plateau donnent trois avis différents sur la nécessité de porter un masque... Que doit-on penser? ...LA SCIENCE ! LA SCIENCE ! LA SCIENCE !... et la médecine,  la médecine ...

Vous relevez le danger de se fonder sur l’intuition.  Mais qui vous parle d’intuition ?  L’essai en double aveugle randomisé n’est pas l’alpha et l’oméga de la connaissance. L’expérience acquise personnellement et par la communauté scientifique à travers la littérature,  les expériences à petite échelle, les essais in vitro sont autant de moyen d’accès à la connaissance certes moins parfaite, mais qui permettent des choix rationnels. La mise en œuvre prudente d'une méthode thérapeutique qu'il est possible d'arrêter en cas d'observation négative est une attitude rationnelle et médicale. Vous oubliez, un peu vite, la nécessité de guérir des gens et ce fameux équilibre science/médecine. Mais vous n’êtes pas médecin !

En revanche, en fin observateur de la science, vous ne soulevez pas le danger de l’enfermement dans la méthode, de l’académisme : « on a jamais fait comme ça…», de la sclérose, des rivalités.

Vos sarcasmes sur l’ego ne sont pas à la hauteur de l’enjeu.  On parle de gens qui étouffent par milliers !!!  Et l’ego des détracteurs qu’en faites-vous ? Le suivisme et le calcul qu’en faites-vous ?

Avez-vous examiné sous l’angle de la théorie des jeux, l’intérêt de soutenir votre position : on y gagne à tous les coups !  On pourra quoi qu’il arrive affirmer qu’il était urgent d’attendre. Des effets secondaires ? …  « on l’avait bien dit », un effet thérapeutique ?… « maintenant on le sait scientifiquement ».  On gagne à tous les coups! La position du Pr Raoult est beaucoup plus inconfortable si son protocole dégénère, il perd toute crédibilité et tous lui tombent dessus alors que si l’efficacité est prouvée, on dira  « oui mais tant qu’on ne savait pas il ne fallait pas soigner ainsi », balayant toute l’expérience acquise sur l’innocuité très vraisemblable du traitement pour ne pas avoir à se justifier devant les morts.  Il faut avoir de solides qualités pour persévérer!

Rien n’interdit de comparer un protocole à un autre qui est aussi prometteur. Pourquoi cela n’est-il pas fait de façon intellectuellement honnête. Tout le monde a déjà observé et sait qu’administré tardivement, le protocole thérapeutique du prof Raoult  n’est pas efficace pour des raisons théoriques confirmées par l’expérience. Mais on va sacrifier 800 personnes pour le confirmer!  LA SCIENCE ! LA SCIENCE ! LA SCIENCE !  100% de science  mais 0% de médecine.

 Il n'y a pas que des béotiens qui s’interrogent sur une telle logique.

Prenez le temps d'écouter les conférences du Prof. Raoult d'avant la crise : ce n'est pas un ignorant ! C'est quelqu'un qui maîtrise la méthodologie mieux que tous ceux qui ânonnent des formules toutes faites apprises sur les bancs de la fac de médecine mais qui en ont perdu la compréhension du sens ! Écoutez ses critiques sur les méthodologistes, vous verrez que ce n’est pas par ignorance mais par une parfait maîtrise du sujet, qu’il avance avec son équipe de médecins « inconscients »  et peut-être que vous actualiserez vos certitudes.

Dans quelques années cette tragédie sera un cas d'école en épistémologie, vous n'y aurez pas le beau rôle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.