Tirons les rois

L'Épiphanie comme vous en rêviez !

 Pas de pitié …

cropped-roimages23-1
Curieux, que dans un pays régicide, nous continuions à tirer les rois. C’est sans doute une manière de leur mettre un peu de plomb dans la tête, à moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’un jeu de cartes, d’une petite bataille ou bien du jeu du barbu. Il conviendrait de tirer cette affaire au clair avant que tous mes concitoyens se lancent de manière effrénée dans la course à la galette !

Faut-il me torturer l’esprit pour me tirer les vers du nez ? J’avoue que je n’ai jamais opté pour la manière forte et que je n’ai nulle intention de dégainer, fût-ce sur ces rois du monde, odieux et indigestes. Si je tire à vue, c’est tout tranquillement avec des mots qui sont bien peu de choses face aux maux que rois et roitelets nous font subir.

J’aimerais qu’ils tirent leur révérence, décident enfin de quitter la scène, d’abandonner le pouvoir au peuple. Mais ils préfèrent se gaver, se goinfrer, prendre bien plus que leur part. La galette doit être bonne pour qu’ils refusent de se tirer, de laisser enfin place nette. Au contraire, ils s'incrustent et se font un malin plaisir à ne nous laisser que des miettes !

Il est vrai que tout en se gavant de galette, ils ont la curieuse tendance à tirer au flanc. La chose pâtissière doit leur être inconnue, à moins qu’ils ne se retrouvent entartés pour notre plus grand plaisir. Je sais un Belge qui, dans cette science balistique, tire parfaitement son épingle du jeu. Qu’il continue donc à tirer rois et histrions, philosophes de pacotille et vedettes dérisoires. Curieusement, ce n’est pas la crème de la société qu’il atteint de son bras vengeur.

Tirons un bon coup sur la corde pour qu’elle casse. Nous n’avons jamais tiré le bon numéro à la loterie du scrutin. Aussitôt élu, le vainqueur endosse immédiatement les habits du souverain, tire un trait sur ses promesses et ses envies de normalité. C’est tout ce système qu’il convient d’anéantir. Tirons des plans sur la comète pour enfin penser une autre République, véritablement citoyenne.

Qu’ils s’en aillent à tire-d’aile, qu’ils abandonnent privilèges et avantages. Les rois sont morts depuis bien longtemps et ce n’est pas une étoile illusoire qui doit faire de nous des moutons à tondre éternellement. La magie a cessé d’opérer ; nous sommes capables de tirer la leçon des fiascos précédents en renonçant définitivement à cette parodie de démocratie.

Tirons les rois et leurs substituts modernes ; rayons de la carte palais et dorures ; tirons à pile ou face pour désigner celui ou celle qui nous représentera dans un parlement véritablement représentatif de toutes nos diversités. La farce de cette République bourgeoise tire à sa fin : tirons à bulletins rouges sur les rois et leurs vassaux.

Il convient pour cela de tirer les choses aux clercs, tous ces complices oiseux qui maintiennent en place ce système inique. Nous devons tirer les conséquences de ces fiascos continus qui font de la farce présidentielle, une mascarade honteuse. Ces candidats, tirés à quatre épingles pour nous leurrer par leurs grimaces commerciales, ne sont que des pantins qui, au final, ne font que tirer la couverture à eux et à leurs complices.

Ils ne vont pas s’en tirer ainsi avec les honneurs alors que leurs actions ne sont que déshonneur et incompétence, mensonges et tromperies. Cessons de nous tirer une balle dans le pied en accordant nos voix à ces premiers de la classe, hâbleurs médiocres, bonimenteurs incertains, orateurs soporifiques. Ne leur tirons plus notre chapeau en signe de respect : ils ne le méritent pas. Pourvu qu’ils tirent enfin les marrons du feu avec la patte du chat et que, comme dans la fable, ils se brûlent. Abolissons cette République, tirons vraiment les rois, tirons-leur la langue, faisons-leur un magnifique pied de nez et tirons définitivement le rideau de la présidentielle et de cette monarchie insupportable. Tirons parti de notre nombre et de notre force pour nous tirer de ce piège. Tirons les rois et prenons cette fois la meilleure part. Le pouvoir revient au peuple souverain.

Pâtissièrement leur.

ciric-58533-620x349

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.