C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3780 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 janv. 2020

La cérémonie des vœux

Notre argent et la démocratie par la fenêtre

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une démocratie, ni roi ni arène ...

Comme chaque année, immanquablement, inexorablement, désespérément revient la sarabande des cérémonies de vœux. Comme si un jour de plus allait tout changer, le franchissement de cette ligne symbolique du premier janvier met nos pantins en quête de voix en effervescence. Il leur faut mettre les petits plats dans les grands à maintes reprises pour flatter les naïfs, honorer les imbéciles et satisfaire à leur ego démesuré.

Mais cette année, nous allons décrocher dans le même temps la timbale et le pompon car les élections municipales pointent le bout de leur vilain nez. Alors, ceux qui sont en place et entendent bien le rester vont faire assaut de grimaces, de courbettes et de dépenses inconsidérées aux frais de la Princesse pour entretenir à peu de frais leur image.

Rien ne sera trop beau au pays des jocrisses. L’argent public leur file autant dans les doigts que dans le gosier. C’est la clef du succès que d’arroser à tout va tout en promettant la Lune alors que c’est le cocotier qu’ils entendent décrocher. Le pire, c’est que tout le monde ou presque accourt à la farce pour avoir sa part de petits fours tout en acceptant la cerise sur le fardeau : le discours de l’impétrant !

Car en matière d’oralité, le tube digestif fonctionne bien mieux chez nos lascars que la colonne d’air qui devrait en faire des tribuns et non des ventres sur pattes. L’art oratoire se perd dans une corporation qui pourtant n’a rien d’autre à faire réellement que de discourir à n’en plus finir. Au lieu de quoi ils nous gavent de propos indigestes, de phrases bancales, de tirades lénifiantes tandis que le buffet fait passer cette mauvaise mayonnaise verbeuse.

Bien sûr, nos chers édiles municipaux, qu’ils soient avec ou sans étiquette, ne sont pas les seuls à tomber dans ce travers dispendieux. Janvier est consacré à la grande tournée des cérémonies, tous les corps constitués, les associations, les groupes de pressions, la presse et tout ce qui peut servir le seul dessein qui vaille : « durer! » seront invités à l’immense gabegie des fonds publics, ce merveilleux rituel où l’argent est jeté par les fenêtres pour la seule satisfaction de la corporation des traiteurs.

Quand les citoyens ordinaires, sobres et économes se révolteront-ils et viendront-ils jeter à la face de toutes ces canailles les gourmandises qu’ils offrent sans compter à des gens peu scrupuleux et sans aucune morale collective ? Participer à cette farce, c’est implicitement accepter le train de vie des pouvoirs, les privilèges que nos bandits de grands destins s’accordent au nom du prestige du à la fonction.

Il serait plus judicieux de faire entrer dans ces grands rassemblements de l’indignité et du paraître, les invisibles, les exclus, les parias, les clochards, les trimards et autres rejetés. Eux mangeraient pour une fois à leur faim et constateraient d’un peu plus près pourquoi rien ne change dans cette République qui a scrupuleusement reproduit les pratiques de la Monarchie. Alors, offrez vos cartons d’invitation à tous ces miséreux mais n’oubliez pas de les accompagner. Les cerbères risqueraient de les repousser sans ménagement.

Voilà ce que nous pouvons faire de plus utile pour enfin donner du sens à cette pantomime scandaleuse qui jamais ne sera abolie. La cérémonie des vœux est une insulte au peuple, une déraison en ces temps de désastre écologique, une privilège hérité de la féodalité, une négation des valeurs éthiques, une comédie sans fondement ni utilité, une dépense parfaitement absurde. L’empêcher serait une opération de salubrité publique tout autant qu’une action démocratique dans cette odieuse oligarchie vorace d’honneurs et de friandises, de glorioles et de vacuité.

Restrictionnement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques