C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3870 Billets

1 Éditions

Billet de blog 7 sept. 2014

Le Bonimenteur du Girouet

Tous contes faits ...La fable de toutes les fables. Il était une fois un Ligérien qui, de par la rivière, allait son chemin en quémandant histoires et récits, témoignages et anecdotes. Il faisait son miel des aventures marinières, de l'histoire et des légendes qui parsèment notre Loire. Ne reculant devant aucune menterie, il brodait autour de quelques vérités qui finissaient immanquablement par devenir des mensonges à sa façon. 

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tous contes faits ...

La fable de toutes les fables.

© 

Il était une fois un Ligérien qui, de par la rivière, allait son chemin en quémandant histoires et récits, témoignages et anecdotes. Il faisait son miel des aventures marinières, de l'histoire et des légendes qui parsèment notre Loire. Ne reculant devant aucune menterie, il brodait autour de quelques vérités qui finissaient immanquablement par devenir des mensonges à sa façon.

Il se fit, tour à tour, compagnon de Merlin, barde gaulois, ermite de la grotte Béraire, jeune mousse partant à l'aventure, marin revenant de l'enfer, historien approximatif ou tourneur de phrases alambiquées. Il cheminait d'un pas tranquille en suivant les rives, passant de l'une à l'autre pour humer l'air du temps et l'esprit de l'eau.

Le Girouet fut son blason, non pas qu'il en eût à ses armes ; il était bien trop maladroit pour disposer d'un bateau : l'expérience avait tourné au fiasco et failli virer au drame ! Non, tous les bateaux seraient les siens pourvu qu'il n'y fût que passager bavard et équipier qui ne fît aucun nœud. Le girouet allait au vent, tournait comme girouette et claquait quand soufflait la tempête. Toutes choses qui lui convenaient parfaitement.

Il se contenta d'un bateau de mots transportant quelques barriques de musique. Là encore, il ne connaissait guère la chanson, se contentant d'en écrire quelques paroles en suivant l'aiguille d'une boussole qui avait perdu le nord.Les vers de ce manant aux pieds nus ne pouvaient qu'être bancals. Qu'importe, puisqu'il fit de son double : un certain Nabum, un personnage de foire, le bouffon des cales, des tavernes et du pierré.

Ses écrits allaient au vent ou bien se laissaient glisser sur la rivière. Allant vers l'amont ou descendant vers l'aval, ils touchaient quelques oreilles. La vague lui fit bon accueil et d'autres surfeurs, ailleurs de par le monde, aimèrent à leur tour, la Loire et ses Ligériens. Vaste ambition qui n'était pas que la sienne, mais celle, partagée, d'une joyeuse bande de farfadets et de coquins, amateurs, avant tout, de vins de Loire et de bonne ripaille.

Arrière-petit-neveu de Rabelais, il descendait de la cuisse gauche de Galifon, le cousin germain de Gargantua. La farce était son domaine, le rêve son pays. Il fit tant et si bien qu'une oie vint voleter autour de lui et le pria de lui prendre quelques plumes afin de coucher ses délires sur un parchemin relié. Les Bonimenteries du Girouet allaient naître de l'union improbable de la déraison et d'une maison d'édition.

Il allait avoir son double gravé sur le marbre. Une manière un peu prématurée, sans doute, d'entrer dans l'autre monde par une petite porte dérobée. Il y alla à reculons, doutant qu'on puisse perdre son temps à lire ses sornettes. C'est Méphistophélès en personne qui le reçut de l'autre côté du Styx. Il y avait belle lurette que Saint Nicolas, Saint Clément et Sainte Catherine ne voulaient plus entendre parler de ce diable de mécréant !

Un capitaine l'avait poussé à raconter ses histoires; il lui devait bien de l'associer à l'aventure. Certes, le risque est grand d'un nouveau naufrage et nous pouvons douter que nos deux lurons soient couverts par la moindre assurance. Je sais le cliché éculé ; il faut bien savoir se jeter à l'eau quand on est Ligérien de naissance …

Les Bonimenteries du Girouet sont donc nées des mariages improbables de la carpe et du garenne, de la Loire et de l'Histoire, du récit et du mensonge. Si vous souhaitez participer à cette aventure, sachez que le risque est grand de n'y rien comprendre, de vous noyer sous le flot de mots tordus et abscons, tout droits sortis d'un muid ou plus sûrement d'un foudre mis en perce par temps d'orage. Vous aurez été prévenus ; faites ce que bon vous semble mais, si d'aventure vous tentez, à vos risques et périls, la lecture de ce recueil, n'oubliez pas-précaution indispensable : votre survie est à ce prix - de vous munir, de deux ou trois pichets d'un bon petit vin de chez nous ! C'est la plus sûre manière de supporter la redoutable épreuve.

Avertissement vôtre.

© 

Où se procurer le livre si cette idée fort saugrenue vous passait par la tête ?

Icihttp://www.votreinfolocale.fr/editions-jeu-oie/index.html 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Journal
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

La sélection du Club

Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé