C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3611 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2021

La grande bouderie du vent

On lui avait coupé la chique.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pétole et Éole sont dans un bateau ...

Il fut un temps durant lequel, rien de ce qui allait sur l'eau ne se mouvait sans sa douce influence. Le vent régnait en maître sur les rivières et les océans, poussant toujours plus loin les marins en quête d'aventure. Il se gonflait de son importance, soufflant sur la planète un esprit de découverte qui donna des ailes aux aventuriers.

Le temps de l'aventure révolu, le globe n'ayant plus de coins secrets, les marchands prirent la suite pour des épopées plus rentables. Le temps se mit de la partie, le vent ne suffisait plus à acheminer à l'heure, ce qui venait de loin. Les délais de livraison déchirèrent un coin de la voile, il fallait faire tourner la machine et c'est la vapeur qui prit le relais du zéphyr.

Dès l'aube, un panache de fumée indiquait que les marchandises et les passagers se mouvaient qu'il vente ou pas. Ce fut la première défaite d'Éole qui durant près de deux siècles dut avaler son orgueil. Les moyens de propulsion évoluèrent, la dette énergétique se fit toujours plus désastreuse tandis que l'eau avait à subir les outrages de ces monstres suant et puant qui parcouraient sa surface.

Faute de servir à autre chose qu'aux folles courses de voiliers qui n'avaient d'autre but que de faire spectacle et publicité, le vent se mit en tête de réduire son importance. Sans qu'on s'en rende vraiment compte, de décennies en décennies, il perdit de sa puissance. Plus on lui mettait d'obstacles sur son parcours, plus il faisait la tête, boudait dans son coin. Pétole devint son plus fidèle compagnon.

Puis, à force de jouer avec le feu, de souiller, de polluer, de dérégler la nature, les humains finirent par irriter monsieur le vent qui devint tempétueux. Il cessa de se faire discret pour déclencher des colères à vous mettre le cul par-dessus tête. Il souffla un vent de fronde dans l'esprit de ce brave élément, trop longtemps oublié.

La chose sauta aux yeux et surtout au porte-monnaie des plus cupides qui décidèrent de déployer leurs ailes, surtout dans les plus beaux paysages. Le vent allait devenir une source d'énergie tout en défigurant la Planète. Les moulins d'alors faisaient pale figure devant les monstres qui se dressaient, prêts à repousser les assauts désespérés de Don Quichotte.

Le vent se dit qu'on lui faisait injure. Il avait toujours soufflé sans mesurer sa peine afin que chacun bénéficie de son travail. Il aimait à donner un coup de main aux plantes, aux oiseaux, aux marins, aux meuniers, à tous ceux qui aimaient aller le nez vers lui. Il se voyait mis en demeure de faire tourner l'économie au profit d'un système qui ne considérait que son seul profit.

Le vent haussa le ton, balaya en de terribles cyclones ces monstres hideux, tueurs d'oiseaux, ses plus fidèles amis. La roue une fois encore allait tourner. Il n'entendait pas souffler pour quelques margoulins. C'est pour tous les humains qu'il répandait son précieux souffle. Il voulait que chacun puisse le connaître, le sentir, l'apprécier en levant les yeux vers lui.

Il conseilla à chacun de mettre une girouette sur la maison pour entrer en communion avec lui. Il pensa qu'ainsi, les gens allaient revenir à de plus sages manières de jouir de sa puissance. Le retour des moulins à vent, la présence de petites éoliennes domestiques, la renaissance de la marine à voiles sur les océans et les rivières. Il suffisait de peu de chose pour retrouver l'idée simple que le vent doit profiter à tout le monde et qu'il n'est pas une source de spéculation pour de sinistres individus qui se contentent de brasser de l'air et l'argent des autres.

Le vent nous souffle dans l'oreille une petite musique pour aller en chœur, reprendre en main notre destin. Tournent les girouettes pour nous montrer où vont nos intérêts. Le vent s'il est notre complice ne sera jamais au service d'une économie du profit. Tout comme l'eau, il ne peut être aliéné à des intérêts privés. Il appartient à tous et il convient désormais de ne plus l'oublier.

Venteusement vôtre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo