C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3665 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 janv. 2022

Mettre les pouces

La formule lapidaire de l'époque.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Message personnel ...

Jusqu'alors mettre les pouces signifiait cesser de résister, renoncer, s'avouer vaincu tout en restant beau joueur et en reconnaissant à son adversaire les mérites de sa victoire. Nous pouvions tout aussi bien évoquer le charmant conte de Tom Pouce afin que ce doigt qui démontre chaque jour son indépendance dans une main dont il sert de pince. Le pouce vivait sa vie tranquille, prenant parfois la clef des champs en tendant la perche à un automobiliste afin d'aller plus loin.

Puis est revenu le terrible souvenir du pouce pointé vers le bas tandis que les jeux du cirque refaisaient leur apparition dans une société qui perdait de vue les progrès qu'elle avait pu faire. Corolaire de celui-ci, le pouce en l'air eut le vent en poupe. Il marquait l'admiration sans emphase, joignant au geste un petit signe de la tête et pour en ajouter à la flatterie, un sourire, ce qui en ce temps-là encore, ne faisait de mal à personne.

Le pouce dans la bouche fut longtemps une marque de l'enfance avant que l'industrie ne souhaite lui substituer une tétine en matière plastique qui a l'immense avantage de s'égarer fréquemment ce qui n'arrive jamais à ce compagnon fidèle. L'importance accordé à cet ersatz de doigt pousse alors les parents dans des achats incessants. Il semble que les dentistes, toujours sur les dents, aient poussé à la mise au rencart de ce substitut maternel qui pourtant fit la fortune de bien des orthodontistes.

Le pouce s'accroche aux branches, c'est du reste ce qui fit la supériorité supposée de notre espèce et de nos cousins primates. C'est sans doute pourquoi, ayant dû baisser pavillon pour des motifs d'hygiène bucco-dentaire, il revint en force non pas par la petite porte mais, pour montrer son indépendance d'esprit, par la lucarne de l'écran.

Ce fut un triomphe au point même que nombre de mes collègues internautes se font un devoir de les comptabiliser chaque jour, preuve selon eux qu'ils sont aimés, admirés, adulés par des amis de passage. Ce pouce en l'air a même la curieuse capacité de faire pleuvoir des subsides à ceux qui les accumulent par pleine poignées.

Le pouce s'est ainsi taillé un joli succès, une formidable réputation pour tous ces gens, prompts à se satisfaire d'une communication réduite à sa plus simple expression. Si les mots leur manque, je leur conseillerais de prendre toute la main pour se mettre au langage des signes, forme plus élaborée que ce symbole réducteur et à mon goût des plus vulgaires.

J'ai envie de mettre les pouces au rencart, de prier chacun de prendre la peine de retrouver l'usage d'une langue qui semble ne plus satisfaire aux exigences d'une communication à coup de lance pierre (je renonce au terme lapidaire qui échappe à nombre de mes contemporains pouceurs). Un adjectif bien senti ferait tout aussi bien l'affaire et vous pousserait à enrichir votre vocabulaire avant qu'il ne se réduise aux seuls émoticônes.

Retrouvant le vieux réflexe de mes jeux d’enfant, je vous dis à tous « Pouce ! » pour que cesse provisoirement la partie, jouant ainsi du drapeau blanc, de la trêve afin que chacun comprenne désormais que ce maudit pouce bleu me sort par les yeux. J'avoue l'avoir échappé belle car ainsi dressé fièrement vers le ciel, tel une menace sournoise, il eut pu tout aussi bien se loger en un autre endroit plus malcommode.

Faites-moi donc plaisir, n'usez plus jamais de cette misérable facilité pour éventuellement marquer une adhésion à mes macérations textuelles quand ce n'est hélas que pour apprécier un cliché qui n'est là que pour illustrer mon propos. Écriveur compulsif, je suis en droit d'attendre de vous un mot, une phrase, un petit commentaire écrit en français mais de grâce, plus jamais ce signe hideux d'une pensée qui a passé la main.

À contre-main.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra