C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3774 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 oct. 2012

Projet pour l’École : Un cautère sur un membre gangréné

Sauvons notre école«Cessons de dire, qu'il faut absolument lire et écrire à la fin du primaire."

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sauvons notre école

«Cessons de dire, qu'il faut absolument lire et écrire à la fin du primaire."

«Cessons de dire, qu'il faut absolument lire et écrire à la fin du primaire. » Voilà ce qu'affirma sans rire une des responsables de la vaste concertation sur l'école, présidente du projet : « La réussite pour tous ! ». Avec de telles idées, nous sommes certains que nous ne courons plus à la catastrophe, nous y sombrons corps et biens ! Des responsables publics remettent en cause le socle incontournable, je préfère écrire pour éviter la confusion avec ce mot trop commun évoquer la mission sacrée de l'école primaire : Lire- écrire, parler, compter. Nos anciens hussards noirs se retournent sur leurs estrades, les pays voisins (et les écoles privés hors-contrat) se frottent les mains, la France cesse d'être une grande nation de la culture.

Ainsi, il n'y aurait pas d'urgence à acquérir ces outils d 'émancipation et de savoir, il n'y aurait pas nécessité d'intégrer très jeune les savoirs de base qui donnent à tous ceux qui les possèdent cette liberté de réfléchir par lui-même, de comprendre le monde et d'en devenir un acteur conscient et libre. L'enfant roi ne doit avoir ni contrainte ni obligation, ni devoir ni contrariété. La belle commission refuse la pression de l'apprentissage, celle de l'échec ultérieur n'est sans doute rien.

On devine bien les intentions sournoises qui se cachent derrière cet abandon scandaleux de ce qui a fait l'essence même de notre école primaire. Puisqu'on ne parvient pas à remplir la mission de base, supprimons-la, c'est certainement la meilleure manière de retrouver des statistiques encourageantes, des résultats probants. Ne demandons plus l'impossible, contentons-nous du superflu. C'est beaucoup moins cher !

Et le superflu saute aux yeux, l'école doit favoriser les desseins des professionnels du tourisme en proposant un zonage de toutes les vacances, tout en rendant la vie plus facile aux couples divorcés (ce qui doit être désormais la norme sociale) en libérant les chers petits le samedi matin. Travailler quatre jours et demi est une évidence, conserver le mercredi semblait une nécessité mais l'enfant n'est que l'otage des intérêts des adultes.

Pourtant nos chers socialistes n'y vont pas par quatre chemins dans les bonnes intentions. Après l'enfant au centre du système, cette inénarrable farce des années d'utopie, ils changent tout juste de forme en proclamant en faire un acteur de ses connaissances dans une pédagogie de projet. Voilà du bel ouvrage de maître en communication, hélas c'est si loin de nos réalités et de nos batailles quotidiennes.

On se gargarise de concepts pompeux, de mots savants et d'idées creuses. Le ministre veut allonger le tronc commun, il oublie de se préoccuper de la tête. Si la suppression du redoublement confirme simplement l'inutilité de cette mesure, il faut réfléchir au devenir de ces mômes qui n'apprennent pas et qui vont continuer de traîner leur misère au fond des classes. Dans le même temps, il faut alléger la pression du résultat, ne pas mettre les élèves en situation d'échec, éviter de trop leur en demander. L'ambition, donc, est de ne plus avoir d'ambition pour les enfants de l'école républicaine.

La suppression des devoirs, c'est encore le serpent de mer de l'école qui pointe à nouveau le bout de son hypocrite nez. Bien sûr que les devoirs accroissent les inégalités (surtout quand ils servent à palier aux défaillances de l'école), bien sûr que c'est une manière adroite de confier les véritables apprentissages aux parents qui en ont les moyens, bien sûr que c'est une aberration après des journées trop longues si elles sont vraiment remplies d'un travail réel. Mais que se passera-t-il vraiment ? La réponse du ministre : « Créer un service public des devoirs » relève de la bouffonnerie dans le contexte économique du moment.

Il y aurait tant à faire pour sauver une école qui ne remplit absolument plus sa mission, qui devient un espace d'irrespect et de violence. Il faudrait d'abord du courage pour contraindre les professeurs à bouger, à ne pas rester toute leur carrière dans un poste confortable, à se remettre en cause, à rester plus longtemps sur le lieu de travail, à travailler ensemble, à partager leur pouvoir, à faire des stages durant quelques jours de vacances plutôt que pendant l'année scolaire, à enseigner plusieurs matières dans nos collèges qui vont si mal, à se former à la gestion d'un groupe.

Mais les socialistes ne peuvent froisser la base de leur électorat. Ils ne feront rien qui contrariera ce corps conservateur dès qu'il s'agit de ses prérogatives et avantages. On laissera cette anomalie incroyable dans le monde réel, les professeurs les mieux payés sont ceux qui travaillent le moins et qui s'offrent des heures supplémentaires à des taux scandaleux. Ils ne bougeront pas les lignes, n'imposeront pas une mobilité réelle pour tous, sans les incontournables passe-droits, ne mettrons pas les professeurs les plus expérimentés devant les élèves les plus difficiles. Ce serait la révolution et le parti socialiste n'a jamais été un parti aventureux.

Ils n'imposeront rien non plus aux parents, souvent déserteurs devant leurs obligations pour certains et parfois si intrusifs pour d'autres. Il faut revoir leur place, cessez de leur donner des pouvoirs factices et exiger d'eux une collaboration non négociable. Le contrat entre l'école et la famille doit être repris avec des garde-fous d'une grande rigueur. Mais qui osera taper du poing sur le bureau dans la maison France ? Ils continueront à exiger que des élèves ingérables soient accueillis dans des classes livrées alors à la tyrannie de ces petits caïds faute d'être capable de financer les structures spécialisées qui ne cessent d'être fermées.

Il ne se passera rien et ce qui était censé être le grand chantier du quinquennat va se transformer, une fois encore, en ravalement de façade, en jolis effets d'annonce sans intervention sur les fondations d'un édifice qui branle de plus en plus du chef. Tout ça pour rien ! L'école est à l'agonie et le gouvernement met un cautère sur un membre gangréné. Le remède n'est pas à la hauteur de l'urgence.

Scolastiquement leur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils