C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3913 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 juil. 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

La disparition

La damnation numérique.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux portes de l'enfer

L'homo-numéricus se trouve fort dépourvu quand du ciel lui arrive la terrible nouvelle : « Le réseau est indisponible ! ». Voilà soudain son univers qui s'effondre et par la même occasion, celui de ses amis, correspondants, lecteurs, administrations et autres services avec lesquels il a partie liée. Il découvre alors avec effarement que sans son ange gardien, un satellite bienveillant qui veille sur lui du soir au matin et même durant son sommeil, il risque de sombrer dans les feux de l'enfer.

Que faire dans pareil cas si ce n'est prier le grand créateur ou le vaste réseau mondial pour trouver une nouvelle chapelle, un nouveau culte, une autre confession qui se nomme connexion. L'apostasie en la matière se fait aisément pourvu que l'on découvre l'église, pardon, l'opérateur qui couvre la zone incriminée ou ne connaît pas la stupide panne de l'heure.

Le plus délicat alors est de trouver un parrain ou une marraine pour plonger dans les fonds baptismaux, obtenir un mot de passe qui ouvre ipso-facto les voies du paradis numérique. L'absolution vaut la connexion et le tour est joué. C'est si simple que le fidèle se demande s'il ne va pas changer de Chapelle, en dépit d'un abonnement que son caractère « Illimité » tendait à faire passer pour éternel.

Les voies du routeur sont impénétrables. Ce qui semblait aller de soi, le petit signal divin indiquant que l'inscription parmi les élus avaient été validée tout là-haut, n'apporte pourtant pas la rédemption. L'écran demeure vide, le diable s'est installé dans les tuyauteries de cette machine céleste. Vous voilà en enfer sans même être passé par la case purgatoire.

Pourtant vous auriez été prêt à verser quelques oboles à la quête afin d'obtenir, ne serait-ce rien qu'une heure durant, votre résurrection numérique. Vivre ainsi une dernière heure en supplément pour une somme modique vous apparaissait comme un pis-aller acceptable en attendant le retour en grâce, le miracle technologique.

Rien n'y fait. Vous n'entendez plus une seule voie céleste. Pire même, vous devinez que vos relations vont vous vouer aux Gémonies, vous rayer de la carte et qui sait, vous condamner au bûcher. Les flammes sont promises aux impies, aux hérétiques, aux relaps de la toile, aux mécréants de l'hydre informatique et voilà que malgré vous, vous faites partie de cette cohorte des damnés.

Vous avez beau clamer votre innocence, votre bonne foi et le nom de cet opérateur défaillant qui vous ignore superbement, personne ne vous croit. Vous voilà bâillonné, réduit à l'absence, effacé des listes et des services, sans la moindre possibilité de faire appel. La prière est inopérante, il n'y a personne à l'autre bout de cette absence de fil.

La journée s'annonce terrible. Vous allez découvrir les affres de la petite mort, ce passage dans un tunnel qui tient davantage du trou noir que de la sortie de secours. Plus vous y avancez, plus le monde des vivants, des connectés vous oubliera sans fleurs ni couronnes. Point d'oraison funèbre pour celui qui disparaît ainsi des écrans radars sans que personne n'ait annoncé son départ.

Il devient évanescent, une sorte de spectre, de lien ancien qui ne tardera pas à s'effacer des listes et registres établis de par le vaste monde des êtres en communication. Le silence se fait, définitif, lourd, terrifiant. La vie s'arrête faute de pouvoir se rentrer sur la toile. Vous voilà, misérable vermisseau, dans l'impossibilité d'affirmer votre existence, de prouver que vous existez encore. La seule preuve tangible en ce monde étrange a besoin de circuler sur le réseau, celui dont justement, vous êtes exclu. C'est la fin. Vous êtes curieusement contraint de déclarer forfait quoique vous ayez toujours honoré vos factures. Adieu, les internautes, vous faites don de votre avatar à l'absence.

À contre-fil.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff