C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3608 Billets

1 Éditions

Lien 20 juin 2013

La fin de leur voyage scolaire ...

En direct de ma SegpaJe me souviens  … d'un professeur provocateur et manipulateur. Il m'a insulté, m'a traité de pervers, simplement pour que je ne retourne plus à ses cours. Quand il est parti à la retraite, ce fut pour moi un énorme soulagement !  … de mon arrivée ici, cette année. Ce ne fut pas facile pour moi. Les garçons surtout, se connaissaient depuis plus de trois ans. Pour eux, j'étais l'intrus. Maintenant, ça va mieux.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.youtube.com/watch

En direct de ma Segpa

Je me souviens

… d'un professeur provocateur et manipulateur. Il m'a insulté, m'a traité de pervers, simplement pour que je ne retourne plus à ses cours. Quand il est parti à la retraite, ce fut pour moi un énorme soulagement !

… de mon arrivée ici, cette année. Ce ne fut pas facile pour moi. Les garçons surtout, se connaissaient depuis plus de trois ans. Pour eux, j'étais l'intrus. Maintenant, ça va mieux.

… que je suis arrivé ici en même temps qu'une camarade. Nous venions tous deux d'un autre collège. Ça m'a rassuré, je la connaissais bien et j'ai réussi à surmonter mes craintes et ma timidité.

… d'un camarade qui finit par être renvoyé. Il était dans ma classe, nous sommes devenus amis tout de suite. Il n'arrêtait de se prendre la tête avec les professeurs. Il a obtenu ce qu'il souhaitait vraiment en étant exclu cette année.

… de ce professeur si méchant. Il avait été odieux avec moi. Il est allé jusqu'à téléphoner chez moi en menaçant de porter plainte. Il avait insulté ma mère lors d'une réunion, il cherchait à nous faire peur !

… de ce monsieur qui téléphonait en classe. Il avait de longues conversations avec sa famille. Nous entendions tout. Pire même, il n'hésitait pas à nous confisquer nos téléphones quand il les voyait. Quelle honte !

… encore de lui. Un jour, il a fini par donner un coup de tête à un élève qui ne voulait pas sortir dans le couloir.

… de la tache sur le mur, dans le couloir. Quand nous n'étions pas sages avec ce même professeur, il nous disait : «  Va à la tache ! » Pour moi, c'est le seul adulte que j'ai fini par haïr.

… d'une énorme bagarre en classe. Deux élèves se sont insultés. Le plus fort a fini par étrangler son camarade. Il a fallu l'intervention musclée d'un professeur pour le sauver. Nous avons tous eu très peur. Quatre élèves avaient essayé vainement de les séparer.

… d'une sortie à la campagne. Au retour, en attendant le bus, quatre garçons ont fait du tapage dans les WC publics. Ce sont des policiers qui sont venus les calmer.

… d'une sortie au Futuroscope. Nous étions sur une attraction. Deux garçons faisaient exprès de se télescoper. L'un d'eux est tombé dans l'eau. Il ne savait pas nager et ce sont des spectateurs qui sont venus le sauver !

… d'un de nos retours du cinéma. Nous prenions toute la place sur le trottoir comme toujours. Lors d'une bousculade, j'ai renversé le vélo du facteur. Le courrier était tout mélangé, le facteur était furieux !

… d'une sortie où nous avons provoqué quelques lycéens. L'un d'eux buvait du Yop, nous l'avons bousculé. Tout s'est renversé. Ça a failli mal tourner. Les professeurs ont du nous faire monter dans le car pour calmer le jeu.

… d'une sortie à la cathédrale. Nous avons admiré la ville tout en haut. Ensuite, nous avons fait un tour de bateau sur la Loire. Nous sommes allés jusqu'à l'Île Charlemagne.

… d'un chantier que nous avons réalisé dans l'établissement. Nous avons refait entièrement une classe : enduit, peinture, lambris. Nous étions très fiers.

… d'une professeure d'atelier très gentille mais elle n'y connaissait rien en cuisine. Un jour, nous faisions des crêpes, nous en avons laissé brûler plus de la moitié. C'était une catastrophe !

… d'un collège tout neuf quand nous sommes entrés en sixième. Mais pour nous, nous avions droit à notre vieil établissement. Si bien qu'au collège, nous ne nous sentons pas à notre place. Nous n'avons que de mauvais souvenirs en cet endroit !

... de l'arrivée des jumelles. Elles avaient les cheveux à la garçonne. Depuis, elles ont bien changé !

… d'un garçon très très bavard. Il exaspérait tant le professeur que celui-ci rêvait de de le passer par la fenêtre. Parfois, nous aurions bien aimé, nous avions les oreilles cassées.

… de la sortie aux vendanges. Les garçons nous ont poussé dans le champ de maïs. C'était drôle jusqu'au moment ont nous avons failli tomber dans un puits.

… de mon arrivée ici. C'était horrible ! Je ne connaissais personne et on se moquait de moi. Ça été vite oublié et depuis je suis très bien dans cet établissement.

… de mon arrivée. Deux filles m'ont accueillie. L'une d'elle m'a demandé si je mangeais à la cantine et elle m'a accompagnée. J'étais adopté !

… de l'arrivée de cette fille au milieu de la cinquième. Je ne lui parlais pas. Elle m'a volé ma meilleure amie. Nous étions alors inséparables et de ce jour là, ça a été fini. Nous avons même failli nous battre. Je lui en veux toujours.

… d'un garçon qui pensait être seul au monde. Il fallait absolument qu'on ne s'occupe que de lui, qu'on n'entende que lui, qu'on ne pense qu'à lui. J'espère que la vie lui permettra de découvrir que les autres existent aussi !

… de mon premier stage. Il fallait que je me lève à cinq heures pour commencer à six. C'était difficile et depuis, j'ai compris qu'il fallait travailler à l'école.

… des délires dans la venelle à 7 Heures 30 en attendant l'ouverture des portes. On y faisait tant de bruit que les pauvres voisins devaient en avoir les oreilles cassées.

… des murs de nos classes. Durant plus de trois ans, ils étaient sales, dégradés. Il y a avait des trous et des fissures. Puis les peintres sont arrivés pendant les cours. Les murs sont jolis maintenant. Pourtant, les rideaux sont toujours déchirés et le couloir est lamentable.

… de ceux qui sont partis. Ils sont neuf à nous avoir quittés pour différentes raisons. Trois ont déménagé, deux sont en pré-apprentissage et quatre ont été exclus pour l'ensemble de leurs œuvres. Ce fut un sacré groupe !

… de tous les retards d'un camarade qui n'a jamais pu arriver à l'heure. Il venait quand il voulait, parfois deux heures après nous. Il est maintenant en stage et là, il arrive à l'heure. C'est curieux …

Nostalgiquement leur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl