C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3615 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 déc. 2018

Trousseur de jupons

Une activité qui se dérobe

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fripons et Jupons

Le modernisme pousse les petits métiers à la rue. Phénomène de société ou bien évolution normale des mentalités, il s’agit simplement de constater sans déplorer. Nous sommes tous pris dans le cycle infernal d’un monde en permanente transformation, ce qui laisse hélas, sur le bord de la route, quelques individus qui n’ont pas su s’adapter. Il m’incombe de décrire ici la lente descente aux enfers de ceux qui se firent jadis « Trousseurs de Jupons ».

Il fut un temps pour eux où le labeur ne manquait pas. D’une part parce que la longueur des parures de leurs clientes les forçaient à de véritables prouesses. Les tissus étaient lourds, confectionnés dans les meilleures draperies du royaume. Ils ne s’exposaient pas alors au risque de l'allergie aux matières synthétiques. Puis la robe soulevée, il leur fallait encore mettre la main sous le panier afin de trousser le fameux jupon qui fit leur gloire. C’était un travail harassant qui les contraignait à ne point se disperser. Une cliente leur prenait un temps fou, surtout si elle était de la classe dominante. Quant aux dames du peuple, elles n’avaient guère le temps de se préoccuper de telles bagatelles.

Puis la mode se fit plus courte, progressivement, lentement. D’étape en étape, nos spécialistes virent leurs cadences s’accroître. Ils eurent surtout le plaisir de voir disparaître ce redoutable panier d’osier qui était un frein considérable à leur petit commerce. Le mollet se montra, il constitua la porte ouverte à leur geste qui dans un seul mouvement, soulevait drap et jupon. Ce fut l’époque bénie du métier même si la culotte bouffante constituait un risque non négligeable d’accident du travail.

Quand le genou apparut, nos petits artisans se réjouirent. Ils envisageaient d'industrialiser leur belle activité. Hélas, ce fut aussi le tournant décisif qui allait progressivement éradiquer le métier. Le jupon se faisait plus rare, le « panty » le suppléa. Qu’il fut lui aussi de dentelles charmantes ne changeait rien à l’entrave considérable qu’il devint. C’était le début de la fin.

La cuisse se libéra, les trousseurs espèrent un renouveau. Ils en furent pour leurs frais. D’une part parce qu’au travers de la libération des mœurs, la révolution sexuelle les prit largement au dépourvu tandis que le collant, en se substituant au merveilleux porte-jarretelles, les plaça devant une impasse.

Les trousseurs de jupons, devant la perte totale de leur activité, cherchèrent à se reconvertir. Des stages leur furent proposés par ce qui se nommait alors l’ANPE. Beaucoup se tournèrent vers le harcèlement. La femme était devenue une proie qu’il convenait de circonvenir. Ils se mirent à manier le propos graveleux, le coup de sifflet détestable, le regard déstabilisant et parfaitement déplacé. L’activité se répandit comme une traînée de poudre chez ceux qui justement pensaient que les femmes n’étaient que des traînées.

La situation devenant alarmante, les victimes se soulevèrent. Elles exigeaient des lois et des mesures, elles s’indignèrent, refusant de subir plus encore, ce qui était enfin devenu intolérable dans les esprits sains. Des mouvements d’opinions, des slogans se multiplièrent. Les Trousseurs de Jupons étaient désormais mis au ban de la société. On cessait de les considérer comme les ultimes représentants de pratiques ancestrales.

Voilà l’histoire sordide de ce travers qui mérite de disparaître à jamais. Il se peut que beaucoup ne goûtent pas à la forme employée pour pointer du doigt ce qui est parfaitement odieux. Je les prie de m’en excuser. Je choisis l’humour pour évoquer ce qu’on nomme des sujets de société même si parfois il faut faire preuve d’un parfait manque de goût.

Coquinement leur

Deux tableaux de Jean-Honoré Nicolas Fragonard

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin