C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3864 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 juil. 2018

Les remugles d’une République si peu exemplaire

L’affaire Benalla.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Coup de casque ou de torchon ?

Les médias, le parlement et naturellement la toile bruisseront quelques temps d’une affaire aussi sordide que symptomatique de ce qui se trame dans les écuries d’Augias de notre si parfaite République. Une canaille douteuse, un homme au passé incertain, au parcours qui interroge sur le recrutement au sein du Parti Socialiste puis de la République en Marche ensuite, joue les redresseurs de torts avec un brassard de police sur le bras. Puis le bruit s’estompera et l’insupportable routine reprendra son train sans rien changer au fond du problème

Ce qui pose problème au delà des faits que je me garderai bien d’examiner en détail, c’est la nature même du recrutement des collaborateurs barbouzes de notre bon Président. Pour ce que nous en apprenons, ce triste personnage ne peut être, loin de là, qualifié de recommandable. Pourtant, il est dans le saint des saints , dans l’entourage immédiat d’un chef de l’État, prétendument élu pour changer radicalement les pratiques déplorables de la politique à Papa.

Pire même, il a eu l’honneur, au regard de la folie qui a gagné le pays, d’être dans le bus des nouveaux rois du Monde, privilège que doit lui envier la Terre entière. Ainsi donc, à défaut d’être le bras droit du chef de l’état, il avait sa place au cœur même de l’actualité quelques temps après avoir commis, ce qu’on appelle communément une bavure. Une petite réprimande, quinze jours de mise à pied pour un gros bras, la belle affaire, et notre lascar était à nouveau sur le pont avant d’un car de prestige.

Nous serions en droit, nous les braves citoyens, d’exiger un comportement irréprochable dans les allées, les contre-allées et les caniveaux de la République. Hélas, il en va tout autrement quand l’impunité est la règle pour ceux qui tutoient les sommets et intransigeance le principe de base pour les citoyens, vaches à lait de ces canailles.

Nous ne pouvons oublier que le parlement a repoussé l’idée qu’il soit nécessaire pour un élu de disposer d’un casier judiciaire vierge. Tout ceux qui se sont vus refuser un emploi, bien moins payé du reste, pour une peccadille de jeunesse, apprécieront à sa juste valeur ce merveilleux deux poids deux mesures d’une justice à la balance faussée.

Nous savons également que la lenteur de cette soi-disant justice républicaine permet de faire traîner interminablement des procédures qui visent des têtes couronnées, des champions de la corruption ou de tout autre malversation en col blanc. Je tairai ici le nom d’un couple en tout point exemplaire qui n’a eu de cesse de se sortir à chaque fois de toutes les casseroles qu’il traîne depuis des lustres.

Alors pourquoi s’étonner que notre bon président, jeune loup qui a démontré durant son parcours victorieux qu’il savait trahir et mentir avec un immense talent, n’agisse pas comme c’était la coutume dans cet univers si vertueux. Il ferme les yeux sur les transgressions d’un barbouze aux ordres tout simplement parce que dans ce milieu (comme pour la pègre) tous les coups sont permis. Nous n’avons rien à dire, s’ils sont nos représentants, le peuple depuis fort longtemps n’est plus souverain pour toutes ces canailles, mais rabaissé simplement au rang de valets.

Il serait grand temps de changer de République, d’établir des règles du jeu d’une intransigeance absolue en matière d'honnêteté, d’exemplarité et d’égalité. Car il est de plus en plus évident que la fameuse seconde affirmation de notre devise ne vaut jamais pour les moins que rien que nous sommes.

Que ce triste personnage soit mis définitivement à la porte de nos instituions et ce, à coup de bottes dans le train, paraît être la moindre des choses mais plus encore, qu’il n’apparaisse plus dans l’environnement d’une quelconque société ayant des liens avec le pouvoir, serait tout à fait, normal. Hélas, on reclasse dans ce petit monde détestable à souhait, bien plus facilement les canailles, que les chômeurs dans notre société véritable. Je n’ai aucune inquiétude pour monsieur Benalla, j’en ai bien plus pour la moralité des nos représentants et qu’on cesse de me dire qu’il ne faut pas faire d’amalgame, qu’il n’est pas juste de les mettre tous dans le même panier, tout contribue à démontrer que rien de bon n’est à espérer d’un tel système vermoulu et pervers.

Dégoûtement sien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck