C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3779 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 janv. 2022

Le bec dans l' « O »

Un polar dans la Loire.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un pavé dans la mare

Deux mille vingt-deux profile le bout de son museau et j'entends célébrer dignement le millénaire du premier bûcher de l'hérésie en Europe. Voilà un fait d'arme (non blanche) qui met à l'honneur notre bonne cité johannique, toujours prompte à tirer les marrons du feu. L'histoire est d'ailleurs si alambiquée que je ne m'aventurerai pas à vous la narrer par le menu. D'autres s'y sont essayés et l'ont si bien fait qu'il n'est pas besoin qu'à mon tour je jette de l'huile sur les braises.

Toujours est-il que depuis quelques années, des lecteurs me promettent le bûcher à cette occasion, m'imaginant non pas en tête de liste mais dans le cortège des renégats de la ville qui serviront de victimes expiatoires pour célébrer, le 28 décembre 2022, cette grande et flamboyante page de l'histoire locale. Je suivrai humblement mon ami Yves Bodard qui sera le chef de file des condamnés. Nous irons de concert, faire feu de toutes flammes en une incandescente célébration sur la place des martyres.

Afin de rafraîchir les mémoires de mes concitoyens, mémoires du reste le plus souvent qui tournent en boucle sur le seul épisode de dame Jehanne, épopée glorieuse certes mais relevant de l'épiphénomène, j'avais cru bon leur ouvrir l'esprit en écrivant un Guide du Roublard qui n'a pas eu le bonheur d'éclairer leurs lanternes borgnes. L'humour guépin n'a plus sa place dans la cité qui le vit naître en 451 de notre ère. Le seul bain de siège qui compte ici est celui de 1429.

C'est donc par le truchement de la fiction que je vais provoquer au sens premier du verbe les raisons de la colère et de l'étincelle finale. Un bon polar des familles, une facétie de Loire pour décrire ce petit microcosme des bourgeois de barriques et de leurs héritiers. Étant certain de déplaire, je n'hésite pas un seul instant à mettre en garde les bons penseurs, les maîtres censeurs et leurs serviteurs à qui il faudra scrupuleusement éviter d'évoquer ce brûlot.

Rassurez-vous, ceci ne sera qu'un feu de paille, un petit livre qui s'auto-détruira le 28 décembre 2 022 pour commémorer en apothéose les toutes premières flammes de l'hérésie. Il fallut attendre 1560 pour qu'au cœur de cette merveilleuse Renaissance, on brûle à tout va sorcières et birettes au nom d'une foi inébranlable à l’infaillibilité des élites qu'elles soient en soutane ou en redingote. Je prends les devants pour apporter ma contribution à ce brasier salutaire.

En avant-première, je vous offre la quatrième de couverture pour ce roman qui s’intitulera : « Un bec hors de l'eau ». Ne cherchez pas cette opuscule factieux dans les librairies de la cité, je leur éviterai les protestations des bourgeoisiaux de la place, indignés qu'on puisse ainsi, à l'instar de Yann Moix, salir la réputation de l'endroit, en ne leur confiant pas cette horreur.

Un bec hors de l’eau

Étrange manière que de ponctuer des contes en écrivant un roman policier en dix-huit jours. Le Bonimenteur a certainement quelques griefs sur le cœur pour agir de la sorte. N'étant pas homme à laisser passer un affront, c'est par le truchement d'une fiction qu'il remet ici les pendules à l'heure avec les inénarrables bourgeois de barrique.

À défaut de leur voler dans les plumes et en guise de prise de bec, il vous propose ici un polar facétieux, irrévérencieux et totalement foutraque. Que les esprits cartésiens passent leur chemin, l'intrigue suit les méandres de la Loire et les circonvolutions d'un esprit tordu.

Persiffleur dans l'âme, « guépin », hérétique et fou du roi, ce mauvais diable ne respecte rien ni personne. Les convenances tout comme les codes du Polar sont ici battus en brèche. La plume de héron trempée dans une encre acide, il se prépare à célébrer le millième anniversaire du bûcher de l'hérésie d'Orléans en s'offrant en victime expiatoire à la vindicte de ses cibles privilégiées.

Rassurez-vous, il ne s'épargne pas non plus, n'hésitant pas à se tourner en ridicule tout comme un certain nombre de ses comparses habituels. Bonne lecture, si vous en avez encore le courage.

Éditorialement vôtre

À lire absolument ...

Critique Mag Centre de Jean-Luc Bouland

livre disponible en exclusivité mondiale à la librairie

Au temps des Livres

de Sully Sur Loire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik