C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3820 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 févr. 2022

Impuissance…

Rien que nos yeux pour pleurer !

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes tous ukrainiens

Un fou n'en fait qu'à sa guise tandis qu'il a amusé ceux qui se prennent au sérieux, les promenant de promesses en réunions, pour le seul plaisir d'amuser la galerie. Face à lui, il n'est rien à faire, puisque la raison tout autant que la morale lui sont inaccessibles. Il a mené en bateau le Grand Jupiter en personne, avant que de déclencher la foudre où et quand il le voulait.

Tous ceux qui s'indignent aujourd'hui ne feront rien de mieux que de jouer les vierges outragées. Puis, de guerre lasse, les bras croisés, ils se contenteront de faire de belles et nobles déclarations pour au final, reconnaître qu'il n'est rien à faire. Les bombes iront au hasard, des civils tomberont tandis que les émissions spéciales réuniront les experts qui péroreront sur le sujet.

Les nations démocratiques n'oublieront pas de tenir des conseils de défenses afin de ne pas prendre les armes, des réunions au sommet pour prendre de la hauteur et une distance suffisante afin de ne pas subir d'effets collatéraux. Depuis le chancelier Hitler, la même impuissance paralyse ceux qui se prétendent du camp de la démocratie. Il est vrai que prendre le risque de la riposte avec un fou furieux n'est pas une sinécure.

Cependant jusque-là pour fou qu'il fut, l'homme fut reçu en grand pompe, on lui déroula le tapis rouge et tous les honneurs dus à son rang. Il en va de même pour d'autres tyrans, d'autres cinglés, d'autres monstres qui sont autant de menaces pour la paix dans le monde. Mais tous ceux-là sont des clients en puissance, des marchés à conquérir ou des carnets de commande à remplir. Les lois du commerce passent outre les valeurs et la vertu, pourquoi geindre aujourd'hui alors qu'on sort justement de jeux olympiques dans un de ces redoutables pays totalitaires capables de tout.

Notre impuissance est sidérante, notre seule capacité réside dans des sanctions financières et économiques, ce qui démontre à l'évidence que ce sont bien les seules choses qui font tourner ce système absurde. Sanctions qui du reste seront aussi inutiles qu'un coup d'épée dans l'eau pour contrer des missiles balistiques.

Fort heureusement, il nous restera les discours de nos prétendus chefs d'état. Nous ferons semblant de croire à leur indignation stupéfaite tout autant qu'à leur surprise outragée. Des trémolos dans la voix, les mêmes qui n'ont cessé de faire des risettes à toutes les ordures de cette planète au nom du pragmatisme économique, nous jouerons un peu de violon afin que de continuer le bal des hypocrites.

La guerre est à nos portes mais qu'importe tant que ce n'est qu'à la limite de notre pré carré. Bien sûr, après ces malheureux, d'autres peuples subiront le même sort. Les colères demeureront proportionnées, il n'est pas question de mettre de l'eau dans le gaz sibérien. Les effets de manche le bal diplomatique, les déclarations de principe ne sont que des amusettes pour nos joyeux solistes qui ne savent que pisser dans leurs violons.

Roulements de tambour et sonneries mortuaires viendront se joindre bientôt aux minutes de silence, la plus redoutable de nos répliques communes. C'est même devenu dans la panoplie des défenseurs de la civilisation, la réponse systématique pour couvrir sans doute le bruit immense de toutes nos lâchetés.

La messe est dite en Ukraine, bientôt il faudra un Te Deum pour les autres nations baltes. Nous savons désormais que contre les dérèglements de toutes natures, la démocratie est incapable de prendre ses responsabilités. N'accusons pas nos représentants, nous ne vallons guère mieux.

À contre-feu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat