C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3975 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juil. 2014

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

La belle de Grignon

Fable dominicaleRisquons le diable.  Il s'appelait Vincent ; c'était un gars de Grignon. Depuis que le canal d'Orléans avait été percé dans les années 1670, le petit avait grandi avec l'envie de posséder, lui aussi, un de ces grands bateaux de bois qui vont le long du chemin de halage. Il regardait passer les chalands et se voyait, à son tour, seul maître à bord …

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fable dominicale

Risquons le diable.

Il s'appelait Vincent ; c'était un gars de Grignon. Depuis que le canal d'Orléans avait été percé dans les années 1670, le petit avait grandi avec l'envie de posséder, lui aussi, un de ces grands bateaux de bois qui vont le long du chemin de halage. Il regardait passer les chalands et se voyait, à son tour, seul maître à bord …

Vincent était né fils de journalier. C'est vous dire que les sous manquaient plus souvent que les difficultés de la vie. Pas un jour sans que son père, sa mère , ses frères et sœurs ne triment sans relâche pour gagner de quoi garnir la marmite. Plus nombreux étaient les jours maigres que ceux où l'on faisait bombance ; alors, s'offrir une péniche était pure folie, un vœu pour tenter le diable.

Vincent n'avait pourtant de cesse de dire à la cantonade : « Quand je serai capitaine de ma péniche … ». Chacun l'écoutait avec un peu de condescendance et une certaine pitié. Le pauvre, ne se rendait-il pas compte que les jeux étaient déjà faits pour lui et que bienheureux il devait s'estimer s'il parvenait à manger à sa faim ?

À Grignon, Vincent s'était pourtant élevé au-dessus de la condition des siens. Devenu «  un homme des loges », il n'avait pas son pareil pour construire ses petites maisons de bois dans lesquelles, il glissait savamment des bûches avant que d'y mettre le feu. C'est ainsi qu'il fabriquait le charbon de bois et qu'il le vendait pour subvenir à ses besoins. Ce n'était pourtant pas un métier assez lucratif pour lui permettre de s'offrir sa péniche.

C'est un soir qu'il sortait de l'une de ses loges, la tête recouverte de suie, qu'il se trouva nez à nez avec un curieux personnage, un parfait inconnu dans la région. L'homme avait la face aussi sombre que lui mais ce n'était sans doute pas de la poussière de charbon qui le grimait ainsi. Il avait dans le regard une lueur à vous glacer le sang et une voix si caverneuse que Vincent en eut des frissons de par tout le corps.

« Mon brave, lui dit celui qui n'était autre que Méphistophélès en personne, j'ai appris que vous clamez partout votre désir de posséder une péniche et que vous seriez prêt à y mettre votre vie dans la balance. Je suis votre homme et je peux conclure un pacte avec vous. Je vous offre votre flûte berrichonne et moi, le moment venu, j'emporterai votre âme …. ».

Vincent n'était homme à se dégonfler. Il se pensait capable de déjouer les pièges, fussent-ils tendus par le Malin en personne. Il avait bien assez de tours dans sa boîte à malices pour déjouer le piège qu'allait lui tendre ce mauvais diable. Son rêve était plus fort que le risque encouru, son désir si ardent, qu'il voulait bien risquer les flammes de l'enfer. Vincent accepta donc le pacte avec le diable.

Les deux homme se tapèrent dans la main et crachèrent par terre. Là où l'affreuse créature cracha, jamais plus l'herbe ne repoussa et Vincent garda longtemps dans la paume de sa main une brûlure qui ne voulait jamais guérir. Chaque fois qu'il aurait cette main sur le « macaron », la paume lui rappellerait ce pacte qu'il avait conclu pour réaliser son rêve.

A la tombée de la nuit, le diable fit venir une troupe immense d'ouvriers à sa solde. Un vaste chantier débuta comme jamais on n'en avait vu dans le port de Grignon. Curieusement, il ne se trouvait personne pour regarder ce prodige. Il avait fait, ce jour-là, un temps à ne pas mettre un pèlerin dehors ; la brume était tombée et la nuit était si noire que même les chats restèrent chez eux.

Immédiatement Vincent courut chez lui pour aller quérir un objet mystérieux. Il le cacha dans sa musette en croisant les doigts. Sa vie éternelle était en balance : il fallait que son stratagème fonctionne ou il aurait l'éternité pour regretter son défi insensé. Mais ne dit-on pas que la chance sourit aux audacieux ?Vincent était de ceux-là : il allait jouer à quitte ou double.

Il assista, admiratif, au balai des diablotins. Il eut ce privilège incroyable de voir, l'espace d'une nuit, se construire son bateau :une flûte Berrichonne de 27 mètres de long qui devrait peser au bas mot ses 20 tonnes. Vincent n'en revenait pas ; elle serait à lui, qu'importe le prix qu'il faudrait la payer !

Aux premières lueurs du jour, les derniers ouvriers mettaient les dernières touches à leur ouvrage. Vincent en avait repéré un, plus habile que les autres qui, un ciseau dans la main, sculptait une tête cornue ,gargouille hideuse destinée à décorer la proue de sa péniche. Il avait son idée, il ne devait pas manquer son coup …

Quand tout fut prêt, que la « Tiaune » trônait à l'arrière de sa belle flûte, le sculpteur se leva pour mettre la dernière touche à la construction. Vincent se porta à sa rencontre et l'invita à se rendre à l'arrière de l'embarcation où il avait préparé une marmite de vin chaud pour remercier tous les ouvriers. Il savait que la tentation ne touche pas que les mortels …

Pour mauvais diable qu'il fût devenu, l'artiste n'en avait pas moins été un homme de goût avant que de se mettre au service du maître des ténèbres. Il ne vit pas malice dans cette invite et se précipita à l'arrière pour se remplir un peu la panse. Vincent n'avait que quelques instants devant lui, il sortit de sa musette une belle sculpture, un buste de femme qu'il fixa à la proue de sa péniche.

Quand le comparse du diable revint, il frémit d'horreur et comprit qu'il avait été grugé. Sa gargouille grimacière dans les mains, il constata que là où il devait la fixer, il y avait, mon Diable quelle horreur ! Sainte Catherine en personne, la patronne des bateliers. Le patron allait être furieux ; il avait été trompé une fois de plus dans cette maudite région.

Méphistophélès arriva à cet instant. Il se souvenait encore du chat qu'on lui avait livré à Jargeau pour remplacer l'âme qu'il espérait. Maintenant c'était Sainte Catherine qui le faisait cochon comme devant. Décidément les hommes de ce pays avaient plus d'un mauvais tour dans leur havresac ! Il partit d'un éclat de rire car contrairement à ce qu'on prétend, le diable est bon perdant quand il a trouvé plus malin que lui …

Vincent, des années durant, fut un batelier heureux sur sa péniche. Elle fut baptisée la « Belle de Grignon » car splendide était la Sainte Catherine qui annonçait fièrement la belle flûte de l'ancien charbonnier. Il se murmure aujourd'hui que d'autres rêveurs, des passionnés et des amoureux de leur joli village rêvent de construire une péniche comme au temps jadis. J'espère qu'ils n'ont pas tenté le diable et qu'ils mèneront à bout leur folle entreprise.

Croisons les doigts et souhaitons-leur bonne chance. Nous pourrions leur conseiller de se concilier les puissances occultes en choisissant, eux aussi, une tête de proue pour leur péniche. Je gage qu'ils y ont déjà songé et ne me permettrais pas d'interférer dans le pacte qu'ils ont signé avec les financeurs de leur projet. L'histoire ne se répète jamais exactement de la même façon et les diseurs d'histoires ne servent qu'à éveiller l'imagination mais certainement pas à donner le plus petit coup de main.

Conseilleusement vôtre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de « L’Internationale »
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les critiques envers Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens