Montebourg en filature !

De fil en aiguilles …  Arnaud Montebourg est un grand comédien. L'homme peut alterner les rôles et les masques. J'en avais décrit les grimaces le temps d'un meeting où il démontra son talent ! Cette fois, il a joué le grand jeu pour tromper son monde et gruger la presse dans son ensemble : «  Le Nucléaire est une filière d'avenir ! »
YouTube
YouTube


De fil en aiguilles …

 

Arnaud Montebourg est un grand comédien. L'homme peut alterner les rôles et les masques. J'en avais décrit les grimaces le temps d'un meeting où il démontra son talent ! Cette fois, il a joué le grand jeu pour tromper son monde et gruger la presse dans son ensemble : «  Le Nucléaire est une filière d'avenir ! »

 

Fermons le ban et laissons les écologistes s'étrangler d'indignation. Ils ont voulu épouser le Parti Socialiste pour sa dot en oubliant qu'il fallait se coucher ensuite. Jérémiades bien hypocrites maintenant, tant pis pour eux, ils seront éternellement les cocus de ce mariage contre nature. Nous n'allons pas pleurer sur leur sort maintenant que la liste de mariage a été copieusement garnie de sièges et de postes...

 

C'est au peuple de gauche, celui qui n'a rien demandé pour les beaux yeux d'une rose fanée que nous venons ici remonter le moral en décryptant la communication complexe et ambiguë de notre prêcheur bourguignon. Le sieur Arnaud est un roublard qui se joue des mots comme des principes. Il a roulé tout le monde dans la farine radioactive en prononçant cette magnifique déclaration.

 

Le Nucléaire serait une filière. Retour au lexique de la métallurgie pour enterrer ce qu'on fait semblant d'adorer. Nous avons pu apprécier par le passé ce que les différents gouvernements français ont fait de l'industrie métallurgique pour comprendre le sort qu'il réserve à cette industrie de l'énergie à très hauts risques !

 

Une filière, nous dit l'homme qui est chargé de donner quelques tours de vis à une économie nationale bien mal en point. Nous n'en attendions pas moins de lui qu'il mette la main dans le cambouis pour refaire les pas de vis. Le seul problème c'est qu'il pensait prendre une tourne à gauche et que le bonhomme, pour faire plaisir à son ami Vals, a choisi au final une tourne à droite.

 

Une filière pour un pays qui file un mauvais coton, voilà qui démontre un sens de l'humour et de la répartie dont il faut féliciter le ministre du redressement national. Faute de redresser l'économie, à chaque phrase nous dressons l'oreille pour comprendre son astuce, trouver le calembour qui nous fera passer des vieilles ganaches pour des pouliches à saillir !

 

Alors, filière d'avenir, voilà la formule qui habille l'énergie nucléaire pour le quinquennat en cours. Cette énergie qui se voulait la source essentielle, quasiment unique de notre alimentation énergétique passe dans la bouche de ce prestidigitateur pour une petite succursale dans un plus vaste ensemble. Bravo monsieur le beau parleur, en une phrase, applaudie de tous, vous renvoyez l'atome à la portion congrue !

 

En examinant toutes les acceptions de ce terme équivoque, un observateur attentif découvre alors que la filière est aussi un outil destiné (e) à réduire la section d'un fil (électrique dans le cas présent) lors d'une opération au doux nom de tréfilage. Ce terme doit s'entendre par le mot que nous espérions tous : démantèlement. Notre orateur expert annonce la fin prochaine de l'énergie nucléaire en France en se faisant applaudir par les thuriféraires de celle-ci, c'est du grand art !

 

À quelques jours de la rentrée scolaire, placer toute l'armada d'EDF dans une voie de garage, une filière technique pleine d'un avenir incertain, voilà le sens réel de la proposition de notre conseiller d'orientation productiviste. Le Nucléaire n'est plus une priorité nationale, on lui consent un avenir, ce qui dans le langage politique est un enterrement de première classe.

 

Merci monsieur Montebourg. Voilà enfin des mots qui redonnent confiance au peuple de gauche qui a pensé, le temps d'un ralliement de circonstance à la gauche molle, vous avoir perdu pour un beau portefeuille. Vous ne renoncez plus à votre sixième République, vous venez d'en établir une démonstration remarquable !

 

Astucieusement sien.

 

Reçu cet avis éclairé par l'expérience sur le terme employé par nos brillant ministre :

 

Pour moi, métallurgiste, une filière, c'est la réduction de la section d'un fil.

Une ligne de tréfilage, c'est moche, ça baigne dans des vapeurs nauséabondes, dans la fumée, dans l'eau et autres matières grasses brûlantes, bref, c'est réducteur !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.