C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3783 Billets

1 Éditions

Billet de blog 31 mars 2015

La commission parlementaire …

Effroi et indignation. Une commission parlementaire siège au Sénat pour examiner le fonctionnement du service public de l'éducation. Nos braves sénateurs et sénatrices reçoivent Loys Bonod qui a répondu au pied levé pour remplacer une défection. Le professeur n'a sans doute pas eu le temps de peaufiner une intervention qu'il va développer avec franchise, sincérité et vérité. 

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Effroi et indignation.

Une commission parlementaire siège au Sénat pour examiner le fonctionnement du service public de l'éducation. Nos braves sénateurs et sénatrices reçoivent Loys Bonod qui a répondu au pied levé pour remplacer une défection. Le professeur n'a sans doute pas eu le temps de peaufiner une intervention qu'il va développer avec franchise, sincérité et vérité.

© 

D'ailleurs, on lui demande de jurer avant de donner son témoignage. Jurer sur l'honneur sous les lustres de la République : la chose peut surprendre ceux qui sont habitués à voir les batailles de chiffonniers, les échanges d'amabilités et les chapelets de mensonges qu'on peut entendre en ces lieux. Le brave citoyen, celui qui n'a pas mandat pour la duperie institutionnalisée n'a donc pas droit aux libertés avec la vérité.

Monsieur Bonod, professeur certifié, évoque son parcours, rend compte de ce qu'il a vu au gré de ses postes et de ses expériences. Il est sans complaisance avec lui-même et avec la réalité d'un terrain qui n'est pas au mieux de sa forme. Il n'exagère en rien, il décrit une réalité qui n'est sans doute pas bonne à dire. La règle du jeu contraint pour l'instant les représentants du peuple au silence.

Je peux affirmer que tout ce qu'il dit, je l'ai moi aussi, constaté et développé dans de nombreux billets. Que l'on soit en maternelle, en primaire, au collège ou au lycée, chacun peut témoigner tout comme lui d'une dégradation dramatique du niveau réel des élèves et des relations qui régissent la vie dans les établissements d'enseignement.

Ses exemples, d'autres peuvent en donner d'analogues. Il parle en toute franchise, il n'esquive aucun aspect de cette lente et inexorable dégradation. L'école ne remplit plus ses missions, l'école est soumise à une pression des politiques successives qui l'a conduite à la catastrophe. Monsieur Bonod ne recule pas devant les sujets qui fâchent et n'esquive pas les postures idéologiques.

Dans la seconde partie, il doit répondre aux questions des sénateurs. C'est alors que le tir de barrage va être déclenché par ceux qui ne semblent pas soumis à la même exigence de vérité. Le témoin est tancé, critiqué, attaqué, vilipendé par ceux-là même qui sont censés n'être que les représentants du peuple. Grave erreur, les parlementaires se drapent dans une majesté qui n'a pas sa place en ce lieu.

C'est un conseil de discipline auquel nous assistons, sidérés. Ceux-là même qui sont responsables par leurs décisions, leurs lois et leurs falsifications agressent véritablement l'honnête témoin, le porte-parole du réel. Monsieur Bonod est un menteur ; Eux savent, Eux vont sur le terrain, Eux sont les seuls à détenir la vérité.

Que dire ? Manifestement, les étiquettes politiques n'ont aucune importance dans cet étalage d'indignité et de mauvaise foi. Il se peut même que la sénatrice socialiste soit la plus ignoble des quatre. Le pouvoir éloigne donc tant des idéaux de départ ? Pire encore : ces gens ne sont pas à la hauteur de celui qui se trouve sous le feu de leur tir de barrage. Je suis effaré par la médiocrité des arguments, la faiblesse du langage, la posture qui n'est pas celle du petit prof, traité désormais comme un vaurien.

Je vous laisse profiter de ce spectacle : celui de la décadence de notre République des élites. Ces gens-là ne représentent plus qu'eux-mêmes et le maintien coûte que coûte de leurs positions. Gloire à ce courageux citoyen d'avoir osé affronter un tel tribunal ! Je sais désormais que jamais je ne répondrai à l'éventuelle sollicitation d'une si « noble » institution. Les dés sont pipés : la vérité n'a pas sa place en ces lieux d'indignité.

Je tiens ici à dire toute mon estime à celui qui a dit vrai, qui n'a pas cillé devant ces pauvres pantins dérisoires. Il est l'honneur de notre profession et je le prie, en mon nom comme au nom de braves gens qui ont été étonnés de ce pitoyable spectacle, d'accepter nos excuses. Car, le plus incroyable c'est que ces gens honteux prétendent s'exprimer en notre nom !

Scandaleusement leur.

Je vous invite vivement à lire le blog de Loys Bonod : La vie moderne

Il est conseillé de regarder les vidéos pour voir que je n'invente rien, hélas ! 

Vidéo 1 : http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video27912.html

Vidéo 2 : http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video27913.html

Vidéo supplémentaire : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wR_0FliDtyc

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard
Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony