C Morel Darleux
Militante écosocialiste, Conseillère régionale Auvergne Rhône Alpes, Autrice de "Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce" (éditions Libertalia)
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2014

Soldes monstres sur l'énergie

Donc l’Américain General Electric veut se payer le Français Alstom Énergie. Face à ça, n’écoutant que son courage, le ministre Montebourg se pare de « vigilance patriotique » et dégaine une offre de rachat de l’Allemand Siemens... Une dystopie entre Rollerball et Grand marché transatlantique.

C Morel Darleux
Militante écosocialiste, Conseillère régionale Auvergne Rhône Alpes, Autrice de "Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce" (éditions Libertalia)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Donc l’Américain General Electric veut se payer le Français Alstom Énergie. Face à ça, n’écoutant que son courage, le ministre Montebourg se pare de « vigilance patriotique » et dégaine une offre de rachat de l’Allemand Siemens... Une dystopie entre Rollerball et Grand marché transatlantique.

Ah. Mais puisqu’il se pare lui-même de « vigilance patriotique »… Pardon mais on n’est pas en Allemagne ici, ou bien ? Décidément le gouvernement est fâché avec les mots.

La « vigilance patriotique » en matière d’énergie ne consisterait-elle pas plutôt à constituer enfin ce grand pôle public de l’énergie, placé sous contrôle citoyen, permettant d’engager vraiment la bifurcation écologique ? Avec cette fameuse grande loi de transition énergétique que la ministre Royal vient de réannoncer pour la nième fois pour juillet ? Ce nouveau marronnier de la vie politique sous le règne Hollande, sans cesse repoussée depuis 2012 ?

Bon. Mais alors on va inscrire quoi dans cette loi, du coup ? Qu’on ira demander à la multinationale allemande de bien vouloir nous aider à faire des économies d’énergie ? En réduisant ses profits ? Sérieusement…

La transition énergétique demande des investissements publics dans la recherche sur l’efficacité énergétique, elle impose d’avoir des outils forts de politiques publiques pour faire des économies d’énergie et réorienter la production vers les énergies renouvelables.

Et que fait le gouvernement ? Des coupes budgétaires en guise d’investissements, des offres de rachat allemandes en guise de « vigilance patriotique ». Coincé lui-même par ses propre reniements après s’être empressé de se plier aux injonctions d’austérité de Bruxelles. Occupé à aller chercher 50 milliards d’économies dans les protections sociales plutôt qu’à aller taxer le capital. Acculé à faire passer ses politiques publiques à coup d’offres de rachat privées.

Mais qui gouverne en France aujourd’hui ? Des représentants du peuple et de la République, ou des VRP ?

Au final, une fois la poussière des effets de manche retombée, l’énergie restera donc un bien privé, soumis à la concurrence et à des logiques de court terme et de gros sous, un secteur stratégique où les transnationales allemandes et Etats-uniennes continueront à se partager le marché avec la bénédiction des gouvernements.

Un joli cas d’école, qui sera peut être étudié dans quelques années dans les Business Schools européennes comme une préfiguration du traité transtatlantique de libre échange. Ce projet de « grand marché transatlantique » négocié au niveau européen en toute opacité, que Barack Obama et François Hollande veulent accélérer. Un traité qui permettrait aux lobbies de pouvoir officier en toute liberté sur un grand marché « intérieur » Europe – États-Unis en se moquant bien des législations nationales qui seront jugées par des tribunaux d’arbitrage privés, ne laissant aux peuples que leurs yeux pour pleurer.

C’est un très mauvais remake de Rollerball auquel on est en train d’assister.

Sauf si… Le peuple se réveille, sauf si on envoie au Parlement européen des députés qui refuseront ce GMT, sauf si la fonction publique se rebelle dans les rues le 15 mai, sauf si on fait du scrutin européen du 25 mai un jour de belle colère… Sauf si on est plus nombreux à s’indigner. Sauf si.

A nous de jouer.

Corinne Morel Darleux, secrétaire nationale PG à l'écosocialisme, tête de liste pour le FdG aux élections européennes dans la circonscription Centre 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin