A propos des smart cities

Un nouvel eldorado semble émerger pour de nombreux responsables locaux en même temps que pour les consommateurs frénétiques : la ville connectée, supposée intelligente et désirable.

À partir du cas de l’Observatoire de la tranquillité publique de la ville de Marseille, nous tentons d'examiner la question.
Notre étude est a priori accessible ici.
Le big data marseillais imaginé par quelques-uns est un système technique en devenir. Nous pouvons l’étudier en tant que système organologique, c’est-à-dire comme un réseau d’organes de différente nature qui se co-déterminent de manière continue (Stiegler, 2014, 2015). Nous savons que ces systèmes sont fragiles, nous savons que plus ils sont fermés plus ils sont condamnés à se bloquer et disparaître, et en tant que tels, nous savons décrire leurs conditions de fonctionnement.

En posant les termes de cette analyse, ce texte entend rendre compte de la fragilité d’un système technique ou plus précisément, de ses conditions d’usage au travers du concept d’indétermination hérité de Simondon. Une fois analysé en tant que tel, nous envisageons des voies politiques pour définir la fragilité que nous désirons dans une ville vivable.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.