Le numérique ne concerne pas que les livreurs à domicile !

Un certain lieu commun journalistique mais également parfois sociologique tend à faire admettre que les technologies numériques affectent principalement les livreurs de plat à domicile ou bien les chauffeurs de VTC. Rétablir la place de la technique dans nos vies professionnelles et intimes fait partie des priorités pour comprendre et mieux vivre le changement d'époque que nous vivons.

La révolution numérique impacte nombre d’activités économiques. Il ne s’agit pas d’un choc externe qui ferait évoluer les organisations en place mais plutôt de l'aboutissement - régulièrement remise en cause - d’une véritable technologie, à savoir une réflexion et une pratique en interaction permanente destinées à adapter le fonctionnement de ces organisations. Dans l’industrie, les activités de conception sont réorganisés autour d’une vision et d’une approche plus systémique et collaborative. Ceci conduit les ingénieurs de conception à questionner leur position au sein de systèmes de soutien à la création qui, comme les plateformes numériques de type PLM (Product Lifecycle Management), tendent vers un certain automatisme.
La conception consiste à mettre au point des produits, des services et des procédés qui présentent une utilité marchande pour des clients et des entreprises. Son activité s’intègre souvent dans des projets d’innovation, mais les actes de conception sont parfois destinés à reproduire ou prolonger des objets et services qui existent déjà.
La conception témoigne d’une capacité de création : elle se nourrit des avancées scientifiques et techniques tout en développant des concepts au contact des orientations commerciales d’une époque, et plus spécifiquement des orientations économiques définies dans des secteurs et organisations particuliers.
Son développement est inséparable de la compétitivité d’un secteur d’activité, d’un écosystème ou d’un territoire. Aussi les professionnels chargés de développer ces activités de conception, c’est-à-dire les ingénieurs, sont titulaires d’un diplôme préparé en école spécialisée. Comprendre l’activité de ces cadres de la conception dans la révolution numérique conduit à adopter une triple perspective. Il s’agit tout d’abord de ne pas dissocier l’étude des dynamiques professionnelles de celle des organisations économiques qui les encadrent. Il est par ailleurs nécessaire de conduire cette analyse en liant l’étude de la créativité à celle du contrôle économique exercé au sein des chaînes de valeur. Enfin, dans une troisième perspective, il est impératif d’intégrer le plus possible les enjeux et les effets des processus de numérisation des activités.
Dans ce contexte, quelle sera l’activité des futurs ingénieurs assistés dans leurs activités de nombreux outils numériques ? Cette question intéresse de nombreux acteurs économiques et sociaux impliqués dans le développement des activités d’innovation et la transformation des professions d’ingénierie.
Elle est au coeur de ce travail de recherche que l'on peut retrouver ici en intégralité, il peut s'accompagner d'une lecture complémentaire .

L'étude est commentée par la CFDT-Cadres, ici

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.