Hommage médiapartien à Ebru Timtik

Le 28 août, Ebru Timkit est morte dans les geôles d'Erdogan, après 238 jours de grève de la faim. Il est des silences plus éloquents que bien des hommages. Ceux du colonel Brambel sonnaient comme un clairon, ceux de la rédaction de Mediapart comme une marche funèbre et pudique.

Ebru Timkit était avocate et demandait un procès équitable. Elle est morte dans les geôles du Sultan. Bien sûr, Mediapart aurait pu lui rendre hommage,  par un article informé, car pour ce qui concerne le terrorisme en Turquie, on sait que la rédaction ne s'en laisse pas conter.

Mais l'actualité est chargée, un événement islamophobe d'une violence inouïe interpelle la  Vraie Gauche, qui risque de sombrer, si elle n'apporte son soutien à Aurélien Taché , dans les pires heures de notre histoire. Une famille bosniaque, forte de ses traditions, risque l'expulsion, sa demande d'asile rejetée. Il serait honteux qu'elle doive se tourner vers l'Arabie Séoudite pour obtenir la protection qu'elle réclame en vain à notre pays.

Cependant, si la rédaction se mobilise à raison face à cette situation d'urgence, nous savons qu'Edwy Plenel, qui ne recule devant aucune intimidation pour défendre l'humanité, a seul le talent pour fulminer l'un de ces anathèmes dont il a le secret.

Nul doute que celui-ci arrivera: Edwy , riche de son amour inconditionnel pour les musulmans en général , est par ailleurs l'un de ces ponts qui demeure, malgré les vents contraires, et les campagnes calomnieuses dont est victime le démocrate Erdogan, jeté par dessus le Bosphore. Cette courageuse position a d'ailleurs été  reconnue par la COJEP, association culturelle qui oeuvre en silence et dans l'adversité au rapprochement des peuples.

D'ailleurs, être décoré de la COJEP est un privilège réservé à quelques élus soigneusement choisis. Marwan Mohammed, ancien président du CCIF est également récipiendaire d'une des distinctions les plus courues des vrais démocrates.

Pour la démocratie contre le racisme Pour la démocratie contre le racisme
Evidemment, Ebru Timkit était accusée de terrorisme. Mais si la justice turque offre presque autant de garantie que la justice rwandaise, elle n'est pas à l'abri d'une erreur de jugement.

Pour ma part, je suis fermement convaincu que si Ebru Timkit avait été réellement terroriste, l'un des spécialistes de la Turquie qui honore le club de ses billets aurait certainement profité de ses connaissances pour alerter l'opinion. A ma connaissance, Romain Caillet n'est pas contributeur, mais François Burgat , spécialiste incontesté de l'Islam et de la Turquie nous éclaire, parfois des éclats de son savoir. Certes, il n'est pas spécialiste du terrorisme en Turquie, mais son ancien laboratoire du CNRS, dont il est chercheur, à juste titre honoraire, ne se laisse pas aveugler par les services : l'IREMAM avait réussi à recruter un étudiant spécialiste du terrorisme , qui malheureusement n'a pas été agrée par les autorités.

Aucune information fiable n'étant venu le contester, il est à craindre qu'Ebru Timkit ait été victime d'une erreur de jugement, je laisse au lecteur le soin de déterminer si cet accident judiciaire est de nature à donner corps aux calomnies accusant Erdogan de dérive autoritaire.

Pour ma part, j'espère que dès que Notre Dame sera rénovée, les Frères du Très Saint Ordre de la Perpétuelle Repentance rendront à Ebru Timkit l'hommage qu'elle méritait.

 PS : les éventuels commentaires devront impérativement respecter la charte, afin d'appuyer les efforts de la modération dans son soucis démocratique d'établir "des espaces de participation [qui] soient les plus inclusifs possibles."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.