Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

4 Éditions

Billet de blog 10 juil. 2014

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Un historien raconte l'Ukraine

J’aime bien prendre le temps. Quand un événement survient dans l’actualité et s’y installe durablement, mon premier réflexe est d’ordre généalogique. Je me demande comment et pourquoi on en est arrivé là. Je ne me contente pas de jeter un vague regard dans le rétroviseur mais je m’y plonge complètement. C’est le cas avec l’Ukraine.Quand les manifestations sur la place Maïdan de Kiev ont commencé à prendre de l’ampleur, comme n’importe quel autre consommateur d’information, j’ai saisi qu’il se passait quelque chose, mais quoi ? Je ne suis pas un reporter baroudeur indépendant au business plan asthmatique (hélas). J’ai un job, des gosses, un agenda et un frigidaire à remplir. Inutile de penser faire le voyage jusqu’en Ukraine. En plus il y a la barrière de la langue et puis bon… le conflit est super bien couvert par les médias. (Au point qu’on en oublie presque la Syrie). Chaque semaine amène son lot de news, de déclarations et de reportages sur l’Ukraine. Les manifestations qui se sont tenues entre novembre 2013 et février 2014 ont produit un flux d’images assez saisissantes et souvent très esthétiques (n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur l’excellent travail de Niels Ackermann par exemple).

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’aime bien prendre le temps. Quand un événement survient dans l’actualité et s’y installe durablement, mon premier réflexe est d’ordre généalogique. Je me demande comment et pourquoi on en est arrivé là. Je ne me contente pas de jeter un vague regard dans le rétroviseur mais je m’y plonge complètement. C’est le cas avec l’Ukraine.

Quand les manifestations sur la place Maïdan de Kiev ont commencé à prendre de l’ampleur, comme n’importe quel autre consommateur d’information, j’ai saisi qu’il se passait quelque chose, mais quoi ? Je ne suis pas un reporter baroudeur indépendant au business plan asthmatique (hélas). J’ai un job, des gosses, un agenda et un frigidaire à remplir. Inutile de penser faire le voyage jusqu’en Ukraine. En plus il y a la barrière de la langue et puis bon… le conflit est super bien couvert par les médias. (Au point qu’on en oublie presque la Syrie). Chaque semaine amène son lot de news, de déclarations et de reportages sur l’Ukraine. Les manifestations qui se sont tenues entre novembre 2013 et février 2014 ont produit un flux d’images assez saisissantes et souvent très esthétiques (n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur l’excellent travail de Niels Ackermann par exemple).

Malgré cette couverture journalistique quasi irréprochable, je trouve que les médias manquent souvent (mais pas toujours…) de place pour nous expliquer et situer ce qui arrive dans un temps plus long. J’ai un besoin viscéral de mettre en perspective les événements, de les appréhender en sachant comment (sinon même pourquoi) ils surviennent et s’imposent à mon attention. J’ai donc pris mon courage à deux mains, mon enregistreur pro que j’utilisais jusqu’ici pour saisir les propos de mes différents interlocuteurs afin de les retranscrire et suis parti à la rencontre d’Eric Aunoble, historien spécialisé sur la période révolutionnaire de l’Ukraine et bon connaisseur de l’histoire de ce pays. Le résultat est écoutable ci-dessous. L’entretien se décline en trois émissions qui couvrent trois périodes différentes. La qualité sonore est passable, j’en ai bien conscience. Je présente mes excuses à l’historien et à l’Ukraine qui m’ont servi de cobaye. Cet été j’achèterai un bon micro, j’apprendrai à faire des montages audio un peu plus propres et j’exercerai ma voix, promis. Pour les amateurs de podcasts et de flux RSS, les émissions sont désormais disponibles sur les plateformes soundcloud et podcloudBonne écoute !

Guillaume H.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement