Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

4 Éditions

Billet de blog 13 févr. 2009

Vaccinations : choisir de ne pas choisir

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une épidémie de rougeole sévit en Suisse romande depuis quelques jours. L'école anthroposophique Rudolf Steiner, située dans les environs de Lausanne, est pointée du doigt : plus d'une soixantaine de personnes ont été placées en quarantaine et le médecin de l'établissement est accusé de ne pas avoir communiqué l'existence de cas dans les délais impartis par la loi. A Genève, une gamine vient de décéder de la maladie.

Frais papa d'un nourrisson, j'observe attentivement le déferlement médiatique autour de l'affaire. La presse romande semble plutôt emboîter le pas des consignes politiques en matière de santé publique. Les parents n'ayant pas vacciné leurs enfants sont un peu trop facilement stigmatisé. Pour bien comprendre les enjeux, il faut savoir que l'obligation de vaccination n'est pas inscrite dans une quelconque loi. Si la Suisse, comme de nombreux autres pays, s'est engagée auprès de l'OMS à participer à l'éradication de la rougeole d'ici à 2010 (c'est mal parti...), elle ne s'est pas donnée pour autant la possibilité de contraindre ses citoyens à vacciner leurs progénitures. La plupart des enfants, sur le conseil des pédiatres, sont assez rapidement vaccinés contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et d'autres virus. Toutefois le pourcentage d'enfants vaccinés est l'un des plus bas d'Europe et l'option de la vaccination est présentée comme un choix effectués par les parents.
C'est précisément la responsabilité de ce choix qui fait problème à mes yeux de jeune parent. Sur quelle base suis-je compétent pour choisir de vacciner (ou non) mes enfants ... et contre quoi ? En fait, ce choix n'en est pas vraiment un : on attend des parents qu’ils agissent de manière rationnelle en décidant de vacciner leurs enfants. Mais cela ne fonctionne pas, car certains décident, pour différentes raisons, de ne pas procéder ainsi. Personnellement, ce qui me dépasse un peu, c'est l'ampleur des informations à réunir et à analyser avant de procéder à ce choix. En me renseignant auprès de connaissances, de médecins, de ma propre famille, en lisant des articles, en surfant sur le web, je trouve évidemment ... tout et n'importe quoi : Selon notre pédiatre, vacciner son gamin le plus tôt possible renforce ses capacités de résistance aux virus, mais d'après un homéopathe de ma connaissance, la vaccination a des conséquences sur les réactions des enfants à l'homéopathie et à certaines médecines naturelles. Dans le Temps du jeudi 12 février, on pouvait apprendre au détour d'un article que presque tous les vaccins délivrés en Suisse sont le fait de la même entreprise. Bref, choisir rationnellement ce qui nous paraît le plus adéquat pour notre nourrisson relève de la gageure. En résulte une sorte de vaccination à la carte au contours ma foi assez flous. Au vu du déferlement de rougeole, il serait malvenu de ne pas vacciner les bambins contre ce virus, mais que dire de l'hépatite b et de la varicelle. Pourquoi vacciner à tous prix des enfants contre des maladies sexuellement transmissibles ? Comment choisir ? Les parents sont au final forcés de faire leur supermarché parmi la grande quantité de vaccins proposés, d’en accepter certains et d’en refuser d’autres sur des motifs le plus souvent obscurs.

Et pourquoi choisir ? Le scandale me semble résider dans cette astreinte au choix. Nous sommes forcés d’effectuer un choix qui fera de nous des bons ou des mauvais parents selon l’ère du temps. En ce moment les parents décidant de ne pas vacciner leurs enfants sont sur la sellette. Comme le note l’édito de Thierry Meyer dans le 24h00 de ce vendredi 13 février 2009, Le libre choix des parents empiètent sur celui de leurs enfants. Le problème me semble en fait assez mal posé. On ne saurait reprocher à des personnes le fait de choisir de ne pas vacciner leur progéniture…puisque ce choix est rendu possible par le modèle politique de santé publique dans lequel nous nous inscrivons. Ce ne sont donc pas les comportements de certains parents qu’il faut stigmatiser mais plutôt l’absence d’une politique de santé publique claire en matière de vaccinations. La seule réponse « raisonnable » me semble pour l’instant venir du Conseiller d’Etat vaudois en charge de la santé publique, Pierre-Yves Maillard. Ce dernier préconise une intervention des pouvoirs publics qui prendraient la responsabilité de faire vacciner les enfants dès leur entrée en crèche ou à l’école publique.

Guillaume Henchoz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica