Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

4 Éditions

Billet de blog 15 mars 2012

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Les éditorialistes de droite tiennent le crachoir

Voici un nouveau venu dans la sphère numérique de Suisse romande. Le site lesobservateurs.chregroupe quelques signatures représentant la “libre pensée” face au courant dominant du “politiquement correct”.  Traduction: le site est une caisse de résonnance pour les idées de la droite conservatrice mais il n’est apparenté à aucun parti politique particulier.  On y trouve beaucoup de billets d’humeur et quelques analyses mais les reportages sont inexistants.  Dommage. 

Camille&Guillaume
Journaliste et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici un nouveau venu dans la sphère numérique de Suisse romande. Le site lesobservateurs.chregroupe quelques signatures représentant la “libre pensée” face au courant dominant du “politiquement correct”.  Traduction: le site est une caisse de résonnance pour les idées de la droite conservatrice mais il n’est apparenté à aucun parti politique particulier.  On y trouve beaucoup de billets d’humeur et quelques analyses mais les reportages sont inexistants.  Dommage. 

Les médias seraient vendus à la gauche. D’ailleurs, les journalistes placeraient presque tous leur coeur de ce côté de l’échiquier politique. Cela fait un moment qu’Uli Windisch fredonne ce refrain monotone dans différents médias (de gauche, donc…). Le sociologue, en charge du Master en sciences de la communication des médias et du journalisme de l’Université de Genève, avait pris son bâton de pèlerin et effectué un tour des différents groupes de presses présents en Suisse romande. Il était à la recherche de fonds pour lancer un média de droite. Douche froide. Chez Ringier, Tamedia ou Edipresse, personne ne s’est montré interressé. Du coup, les médias sont à gauche. CQFD.

Qu’à cela ne tienne, son site web voit tout de même le jour. Il est alimenté par différentes plumes romandes. Intellectuels, journalistes et politiques. Les sujets abordés sont évidemment énervants pour les sociaux-traîtres dans mon genre, mais force est de constater que le site internet est de bonne tenue, sans publicité (enfin dans la pratique, parce qu’en théorie …), que les débats y sont vifs, vivants, … et encore plus crispants que les billets qu’ils commentent. lesobservateurs.ch est donc un site animé et qui risque fort bien de se faire une jolie place bien méritée dans la blogosphère romande.

J’utilise ici le terme “blogosphère” à dessein. La première grosse critique que je ne peux pas m’empêcher de leur adresser concerne l’absence de véritable travail journalistique. Les éléments factuels sont rares et franchement inintéressants. On est dans le commentaire (tiens d’ailleurs Phillippe Barraud était à bord lorsque le site a été lancé), l’opinion, la chronique, le billet d’humeur, bref, ce qui fait la coloration politique et idéologique d’un média. Mais il manque l’ingrédient principal:  des informations, même orientées, même accrochées à droite.  On ne trouve donc aucun reportage digne de ce nom, aucune information originale qui n’aurait pas été publiée ailleurs, aucun travail de terrain et d’enquête. Juste des textes rédigés par des chroniqueurs les fesses bien callées dans leur fauteuil. Les billets qui relèvent de l’information sont torchés sous la forme de mauvaises brêves à la que je te trouve des chiffres sur internet et que je te décroche le bignou pour pécho une citation parce que quand même, hein. Même les articles plus longs, comme ce resaucé bourré de chiffres sur l’émergence des modèles verts au salon de l’auto, ne semblent pas avoir nécessité plus qu’un simple coup de téléphone et un bâtonnage de dépêche. En fait, le site ressemble un peu à une sorte d’Huffington Post romand en vachement plus conservateur: on y trouve des articles courts et ennuyeux, mais surtout des chroniques et des éditos bien balancés, rédigés par de personnalités romandes marquées à droite. Par contre, dès qu’il s’agit de creuser des faits, il n’y a plus grand monde.

Et c’est  fort dommage car les chroniqueurs peuvent parfois tomber sur des pépites. Ainsi, Philippe Barraud publie un long papier sur les tensions entre Jean Ziegler, alors ancien Rapporteur pour le droit à l’alimentation à l’ONU, et différents responsables du Programme d’Alimentation Mondiale (PAM). Ces informations, il les tire du “cablegate”, les courriers diplomatiques rendus accessibles par Wikileaks. Pas de coup de fil, pas de rencontre avec des responsables onusiens pour vérifier et actualiser les infos, pas de prise de contact avec le principal interressé non plus. Bref, du travail de bracaillon. Recallé au CRFJ.

Mais la plateforme des Observateurs ne se considère peut-être pas en premier lieu comme un site d’information. Il s’agit surtout de présenter et promouvoir des idées conservatrices, bien ancrées à droite. Je dois ici tresser encore quelques compliments, même si cela me fait un peu mal au sac. Le site semble s’affranchir de l’apolitisme de droite. Vous savez, cette sale manie de prétendre à l’objectivité et à la neutralité. De se situer au milieu. De prêcher le ni pour, ni contre, bien au contraire alors qu’on n’en pense pas moins. D’avancer masqué, quoi. Un truc assez fréquent à droite. Sur le site, les positions sont claires, affirmées, argumentées. On y adhère ou pas. Elles nous crispent ou pas. On les vomit ou pas. La ligne de front est proprement délimitée, Les Scuds sont clairement orientés.

Certains éléments de langage sont toutefois très marqués. Ainsi les Oberservateurs s’autoproclament “libres penseurs” et contre le “politiquement correct”. Parce qu’on ne peut pas penser librement à gauche et au centre et parce que défendre des idées humanistes (fuckin’ droit de l’hommisme…), c’est se situer dans le courant mainstream des idées du moment. Forcément.

Ah, les pourfendeurs de la Political Correctness! L’expression nous vient, on s’en doutait, de l’autre côté de l’Atlantique. Les conservateurs l’usent (dans tous les sens du terme) pour désigner ce qui relèverait selon eux de la bien-pensance des libéraux. Enfermés dans les règles du droit, ces derniers seraient incapables de penser en dehors du conformisme moral et des opinions dominantes. Au contraire des conservateurs dont les réflexions seraient “libres”, détachées des contingences qui obligent leurs adversaires à se doter d’ornières. Parce qu’eux, on l’avait bien compris, n’en n’ont pas. Pouf, pouf.

Sur le Vieux Continent, c’est un peu plus compliqué. J’ai parfois le sentiment que les souvent autoproclamés libre-penseurs font figure de snipers des médias. Ils poussent contre, tout contre ce qui semble commencer à faire consensus. Pris individuellement leurs chroniques, leurs humeurs sont parfois intéressantes et pertinentes. Elles n’en forment pas moins un bruit, une sorte de ronchonnement continu, un contre-pied systématique et franchement ni instructif, ni constructif.

En fait les pourfendeurs de la pensée unique ont souvent tendance à se dissoudre dans cette dernière. C’est un travers médiatique bien connu chez nos amis chroniqueurs (de droite du centre et d’ailleurs, hein). L’exercice relève souvent de la sophistique. Il s’agit de prendre le contrepied d’une tendance générale. Est qualifiée de tendance générale tout événement ou actualité relayé à plusieurs reprises dans différents médias. C’est souvent plutôt l’effet de manche que la critique de fond qui est recherché. Un documentaire fait l’unanimité auprès des critiques ? Tchah ! C’est de la sous-merde gauchiste payée avec nos impôts. DSK est un gros cochon ? Pan! Le féminisme et l’hygiénisme ont raison de la présomption d’innocence et la pruderie règne sur l’Occident (La faute aux musulmans, sans doute). L’initiative visant à ne pas pouvoir se faire rembourser une IVG est balayée ? Oh lala, Monde sécularisé et sans valeurs au bord du gouffre! Il faut trier ses déchets ? Argle, grâve atteinte aux libertés fondamentales, je mets ce que je veux dans ma poubelle, ma bonne dame. En France ils s’appellent Alain Finkelkraut, Eric Zemmour, Elisabeth Lévy. En Suisse, on ne va pas tarder à les découvrir sur lesobservateurs.ch. Affute tes armes, Camarade. Ou alors achète des boulquiès et répète avec moi comme un mantra cette délicieuse phrase de Michel Foucault: «une pensée politique ne peut être politiquement correcte que si elle est scientifiquement rigoureuse». Amen.

Guillaume Henchoz

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André