Candice FABRE
Agroécologie, alimentation & développement durable
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2021

Candice FABRE
Agroécologie, alimentation & développement durable
Abonné·e de Mediapart

L’Agroécologie, qu’est-ce que c’est?

Derrière le terme « agroécologie », encore majoritairement méconnu du grand public, se cache un modèle super-héros porteur de solutions durables et miraculeuses pour l’avenir de l’humanité. A l’heure où l’agriculture industrielle montre ses limites et ses revers destructeurs, l’agroécologie nous offre les solutions pour nous reconstruire et réinventer notre manière de nous alimenter.

Candice FABRE
Agroécologie, alimentation & développement durable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’agroécologie, l’antithèse de l’agriculture industrielle

Depuis l’industrialisation massive et généralisée de l’agriculture, la nature et les écosystèmes ont été ignorés et exclus de toutes pratiques agricoles conventionnelles. Pire encore, avant les prises de conscience écologique, l’être humain était persuadé que les ressources naturelles étaient disponibles en abondance et renouvelable à l’infinie. Evidemment, il n’en est rien.

Basée sur l’utilisation excessive d’engrais chimiques, de semences OGM et de pesticides ravageurs, l’agriculture industrielle est à l’origine de l’appauvrissement des sols, de la destruction de la biodiversité et de l’épuisement des ressources naturelles.

Ajoutons à cela que l’agriculture industrielle est un accélérateur du changement climatique, puisqu’elle est à l’origine de 14% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Pétrole et gaz étant les principaux composés des engrais et pesticides chimiques.

Le modèle agricole actuel est alors insoutenable sur le long terme et met à mal notre capacité future à nourrir la planète. Là où l’agriculture conventionnelle est synonyme de dégradation, l’agroécologie reconstruit et apporte une forme de pérennité au système alimentaire.

Agroécologie : définition

L’agroécologie, c’est la fusion de deux champs de connaissance : l’agriculture et la science de l’environnement. Elle propose de comprendre la nature pour en tirer les meilleurs bénéfices, sans la nuire. Dans l’agroécologie, les plantes adventices (plus connues sous le terme de « mauvaises » herbes) et les insectes ne sont plus un obstacle, mais une opportunité d’améliorer ses cultures. Ainsi, ce que l’agriculture industrielle s’efforce de détruire, l’agroécologie le valorise.

Ce que nous qualifions de mauvaises herbes, sont en fait des plantes aux multiples fonctions : certaines peuvent servir de nourriture aux animaux, d’autres de répulsif à insectes ou encore de fertilisant pour les sols.

L’agroécologie s’appuie alors sur ce que la nature a de meilleur à nous offrir pour rendre l’agriculture plus saine et plus respectueuse de l’environnement. Elle permet de récréer des écosystèmes naturels, de réintroduire de la biodiversité au cœur des plantations et d’optimiser les cultures.

Cerise sur le gâteau, l’agroécologie est plus performante que l’agriculture industrielle, et serait en mesure de nourrir l’humanité. C’est prouvé, avec l’agroécologie, les rendements agricoles sont multipliés par 2 voir 3 en fonction des parcelles. Selon une étude menée par l’Université d’Essex au Royaume-Uni, les méthodes agro-écologiques ont montré une augmentation de 80% des rendements dans 57 pays par rapport à l’agriculture industrielle. L’agroécologie permettrait alors de produire plus tout en produisant mieux.

Comment ça fonctionne ?

L’agroécologie propose un ensemble de méthodes agricoles respectueuses de l’environnement. A l’inverse de l’agriculture industrielle qui se base sur la monoculture, l’agroécologie prône la polyculture : le fait d’associer plusieurs espèces végétales, voir animales, au sein d’une même parcelle agricole. Cette diversification des espèces permet une forme de solidarité naturelle, s’inspirant du principe même d’écosystème.

Cette association d’espèces est propre à chaque territoire, nous ne pouvons pas imposer le même modèle agricole partout car les caractéristiques d’un écosystème varient d’un lieu à l’autre. Ainsi, il existe une multitude de combinaison agro-écologique bénéfique à chaque terre.

Pour donner quelques exemples concrets, les plantations de carottes permettent de repousser les moucherons et les insectes destructeurs du poireau. Tandis que l’odeur des poireaux et des oignons font fuir les ravageurs de la carotte. D’un autre côté le basilic et le persil permettent de protéger les plantations de tomates. Et le fenouil, quant à lui, protège la salade des limaces.

L’autre méthode emblématique de l’agroécologie est l’agro-foresterie. L’association de certaines variétés d’arbres sur une plantation agricole permet d’apporter des nutriments aux plantes et de mieux conserver l’humidité des sols grâce à l’ombre procurée par le feuillage. Par ailleurs, les feuilles d’arbres font un excellent engrais qui améliore la fertilité des sols, et de manière générale les arbres permettent d’absorber le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Lorsque nous adoptons ce type d’agriculture, un cercle vertueux se créer autour de l’exploitation agricole. Les producteurs deviennent autonomes et ne vivent plus sous le joug des multinationales vendeuses d’engrais, pesticides chimiques et semences OGM. La ferme se suffit à elle-même, les coûts de production baissent et le rôle de l’agriculteur est revalorisé.

L’agroécologie nécessite un véritable savoir-faire de la part des agriculteurs. Une véritable ingénierie du végétal qui a été oubliée jusqu’ici. Avec l’agroécologie, tout est une question d’équilibre. Cette nouvelle forme d’agriculture nous prouve que la nature est bien faite, et que toutes les solutions aux problèmes agricoles existent déjà dans le monde végétal.

C’est pourquoi il est désormais nécessaire de réapprendre à travailler avec la terre, afin de la soigner, de l’optimiser et de collaborer respectueusement avec elle, pour réinventer l’agriculture et s’offrir un monde meilleur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère