Candice FABRE
Agroécologie, alimentation & développement durable
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2021

L’Agroécologie, qu’est-ce que c’est?

Derrière le terme « agroécologie », encore majoritairement méconnu du grand public, se cache un modèle super-héros porteur de solutions durables et miraculeuses pour l’avenir de l’humanité. A l’heure où l’agriculture industrielle montre ses limites et ses revers destructeurs, l’agroécologie nous offre les solutions pour nous reconstruire et réinventer notre manière de nous alimenter.

Candice FABRE
Agroécologie, alimentation & développement durable
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’agroécologie, l’antithèse de l’agriculture industrielle

Depuis l’industrialisation massive et généralisée de l’agriculture, la nature et les écosystèmes ont été ignorés et exclus de toutes pratiques agricoles conventionnelles. Pire encore, avant les prises de conscience écologique, l’être humain était persuadé que les ressources naturelles étaient disponibles en abondance et renouvelable à l’infinie. Evidemment, il n’en est rien.

Basée sur l’utilisation excessive d’engrais chimiques, de semences OGM et de pesticides ravageurs, l’agriculture industrielle est à l’origine de l’appauvrissement des sols, de la destruction de la biodiversité et de l’épuisement des ressources naturelles.

Ajoutons à cela que l’agriculture industrielle est un accélérateur du changement climatique, puisqu’elle est à l’origine de 14% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Pétrole et gaz étant les principaux composés des engrais et pesticides chimiques.

Le modèle agricole actuel est alors insoutenable sur le long terme et met à mal notre capacité future à nourrir la planète. Là où l’agriculture conventionnelle est synonyme de dégradation, l’agroécologie reconstruit et apporte une forme de pérennité au système alimentaire.

Agroécologie : définition

L’agroécologie, c’est la fusion de deux champs de connaissance : l’agriculture et la science de l’environnement. Elle propose de comprendre la nature pour en tirer les meilleurs bénéfices, sans la nuire. Dans l’agroécologie, les plantes adventices (plus connues sous le terme de « mauvaises » herbes) et les insectes ne sont plus un obstacle, mais une opportunité d’améliorer ses cultures. Ainsi, ce que l’agriculture industrielle s’efforce de détruire, l’agroécologie le valorise.

Ce que nous qualifions de mauvaises herbes, sont en fait des plantes aux multiples fonctions : certaines peuvent servir de nourriture aux animaux, d’autres de répulsif à insectes ou encore de fertilisant pour les sols.

L’agroécologie s’appuie alors sur ce que la nature a de meilleur à nous offrir pour rendre l’agriculture plus saine et plus respectueuse de l’environnement. Elle permet de récréer des écosystèmes naturels, de réintroduire de la biodiversité au cœur des plantations et d’optimiser les cultures.

Cerise sur le gâteau, l’agroécologie est plus performante que l’agriculture industrielle, et serait en mesure de nourrir l’humanité. C’est prouvé, avec l’agroécologie, les rendements agricoles sont multipliés par 2 voir 3 en fonction des parcelles. Selon une étude menée par l’Université d’Essex au Royaume-Uni, les méthodes agro-écologiques ont montré une augmentation de 80% des rendements dans 57 pays par rapport à l’agriculture industrielle. L’agroécologie permettrait alors de produire plus tout en produisant mieux.

Comment ça fonctionne ?

L’agroécologie propose un ensemble de méthodes agricoles respectueuses de l’environnement. A l’inverse de l’agriculture industrielle qui se base sur la monoculture, l’agroécologie prône la polyculture : le fait d’associer plusieurs espèces végétales, voir animales, au sein d’une même parcelle agricole. Cette diversification des espèces permet une forme de solidarité naturelle, s’inspirant du principe même d’écosystème.

Cette association d’espèces est propre à chaque territoire, nous ne pouvons pas imposer le même modèle agricole partout car les caractéristiques d’un écosystème varient d’un lieu à l’autre. Ainsi, il existe une multitude de combinaison agro-écologique bénéfique à chaque terre.

Pour donner quelques exemples concrets, les plantations de carottes permettent de repousser les moucherons et les insectes destructeurs du poireau. Tandis que l’odeur des poireaux et des oignons font fuir les ravageurs de la carotte. D’un autre côté le basilic et le persil permettent de protéger les plantations de tomates. Et le fenouil, quant à lui, protège la salade des limaces.

L’autre méthode emblématique de l’agroécologie est l’agro-foresterie. L’association de certaines variétés d’arbres sur une plantation agricole permet d’apporter des nutriments aux plantes et de mieux conserver l’humidité des sols grâce à l’ombre procurée par le feuillage. Par ailleurs, les feuilles d’arbres font un excellent engrais qui améliore la fertilité des sols, et de manière générale les arbres permettent d’absorber le dioxyde de carbone de l’atmosphère.

Lorsque nous adoptons ce type d’agriculture, un cercle vertueux se créer autour de l’exploitation agricole. Les producteurs deviennent autonomes et ne vivent plus sous le joug des multinationales vendeuses d’engrais, pesticides chimiques et semences OGM. La ferme se suffit à elle-même, les coûts de production baissent et le rôle de l’agriculteur est revalorisé.

L’agroécologie nécessite un véritable savoir-faire de la part des agriculteurs. Une véritable ingénierie du végétal qui a été oubliée jusqu’ici. Avec l’agroécologie, tout est une question d’équilibre. Cette nouvelle forme d’agriculture nous prouve que la nature est bien faite, et que toutes les solutions aux problèmes agricoles existent déjà dans le monde végétal.

C’est pourquoi il est désormais nécessaire de réapprendre à travailler avec la terre, afin de la soigner, de l’optimiser et de collaborer respectueusement avec elle, pour réinventer l’agriculture et s’offrir un monde meilleur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier