Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 mai 2012

Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

Outreau / Myriam Badoui défie Chérif Delay, celui qui ne veut plus être son fils

Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Outreau / Myriam Badoui défie Chérif Delay, celui qui ne veut plus être son fils: elle lui a donné 24h pour la retrouver et la tuer.

Passé ce délai, elle prétend qu'elle le retrouvera.

Qui n'a jamais entendu parler de Myriam Badaoui, appelée « la mythomane » d'Outreau ?

Outreau : c'est avant tout 12 enfants reconnus victimes par la justice, de viols en réunion, prostitution, actes de barbarie et autres monstruosités criminelles. http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

Ces enfants victimes atteignant les uns après les autres la majorité, ont pour certains un besoin légitime de s'exprimer, d'autant plus que cela leur a été difficile , voire impossible, lors des procès à Saint Omer et en appel à Paris.

Chérif Delay, fils de Myriam Badaoui est l'aîné de ces enfants. Il a ouvert la voie en publiant son livre co-écrit par Serge Garde « Je suis debout » http://www.cherche-midi.com/theme/detail-Je_suis_debout-9782749121239.html

 Myriam Badaoui, avait créé la stupeur par ses accusations puis ses rétractations, avant de redonner rapidement la version initiale corroborée par les témoignages des enfants victimes que de nombreuses expertises et aveux accréditaient.

Elle avait écopé de 15 ans de réclusion criminelle pour viols, agressions sexuelles, proxénétisme et corruption de mineurs .

Sortie de prison en septembre 2011 , après avoir purgé 2 tiers de sa peine, elle réclame selon Me Crépin son avocat, un droit à l'oubli.

L'OUBLI?

C'est ce qu'aimeraient connaître ses enfants. Mais ils ne le peuvent pas.

L'horreur des abominations subies ne les quitte pas.

Nuit et jour, cauchemars, flashs, angoisses viennent les perturber.

Ils aimeraient tourner la page, aller de l'avant, vivre comme la plupart des jeunes de leur âge avec l’insouciance relative à leur jeunesse : mais sera-ce possible tant qu'il n'y aura pas eu entière réparation ?

 La plupart des médias complices de quelques avocats de la défense ont contribué à cette non réparation. Bien que la justice les ait reconnus officiellement victimes, la négation de leur calvaire imposée au pays entier par voie de presse maintient ces enfants victimes en enfer.

 Myriam Badaoui quant à elle ne comprend pas le mal qu'elle a fait à ses propres fils.

Est-il possible qu'un être humain soit dépourvu à ce point-là de toute once de conscience ?

 Comment ne réalise-t-elle pas qu'elle a détruit la vie de ses enfants sans évoquer les dizaines d'enfants victimes supplémentaires ?

 J'ose espérer une action protectionniste tacite de la part de justice car plus grave encore, Myriam Badaoui a proposé à un de ses fils , le 3ème de la fratrie, de l'héberger alors qu'elle a l'interdiction d'être en contact avec lui, d'autant plus qu'il est mineur et quelle a été déchue de ses droits parentaux.

 Apprenant cela, Chérif, décidé à protéger son jeune frère, a téléphoné à Myriam Badaoui pour lui rappeler son interdiction judiciaire d'être en contact avec ses enfants mineurs, qui, officiellement ne le sont plus.

 Celle-ci n'a manifesté aucune prise de conscience, aucun regret , aucune repentance vis à vis de ce que ses enfants endurent depuis si longtemps. Elle a rappelé son enfance difficile pour justifier ses actes et, comme si tant d'horreurs pouvaient être effacées en un seul clic, a osé demander une seconde chance à Chérif.

Pour couronner le pathétisme de sa légèreté, elle lui dit avec un cynisme sidérant :

 « Je suis à Montpellier, à l'Amiral. Je te donne 24 heures pour venir me tuer. Passé ce délai, c'est moi qui irai jusqu'à toi »

 Il est à espérer qu'elle s'empêchera de mettre à exécution cette immonde provocation lancée à Chérif car l'entourage du jeune homme est bien décidé à ne pas la laisser l'approcher.

 Chérif qui est actuellement en phase de reconstruction, s'est choisi une nouvelle famille, de nouveaux parents aimants et fiers de lui, dont ils portera bientôt le nom , souhaitant laisser définitivement l'affaire d'Outreau et tous ses démons loin derrière lui, les yeux fixés sur sa nouvelle destinée.

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'autre vérité de l'affaire d'Outreau :

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/03/24/23841625.html

http://dondevamos.canalblog.com/archives/2012/04/30/24013499.html

http://www.jacquesthomet.com/category/outreau/

http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78

http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques-cuvillier

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES