Carine Fouteau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

16 Billets

6 Éditions

Billet de blog 10 juil. 2013

Le pape à Lampedusa: retour sur la «mondialisation de l’indifférence»

En visite à Lampedusa, le pape a dénoncé la «mondialisation de l'indifférence» à l'égard des migrants. Cela fait écho aux propos de l'un d'entre eux, filmé aux abords de Melilla, fustigeant le silence de l'Europe et des médias, alors qu'il porte sur son dos un ami en train de mourir.

Carine Fouteau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

En visite à Lampedusa, le pape a dénoncé la «mondialisation de l'indifférence» à l'égard des migrants. Cela fait écho aux propos de l'un d'entre eux, filmé aux abords de Melilla, fustigeant le silence de l'Europe et des médias, alors qu'il porte sur son dos un ami en train de mourir.

Face caméra, il dit: «Nos frères meurent chaque jour qui passe, le Maroc garde le silence, l’Europe garde le silence, l’Espagne garde le silence, chaque jour qui passe on tue nos frères (…). Personne ne fait un signe, les journalistes viennent ici prendre les photos comme vous prenez les photos, mais rien, ça n’aboutit à rien». Ces paroles ont été enregistrées ce printemps dans une forêt à proximité de l'enclave espagnole au Maroc, porte d’entrée dans l’Union européenne. Clément, un Camerounais qui comme lui a tenté de franchir les clôtures barbelées, décèdera quelques heures plus tard.

© Sara Creta

Ce silence mortel dont il est question semble avoir inspiré le nouveau pape. Lors de sa première visite hors de Rome, ce dernier s’est rendu à Lampedusa, petite île italienne de 6.000 habitants située à quelques kilomètres des côtes tunisiennes, sur laquelle accostent chaque année des milliers d’exilés africains. Depuis 1999, ils seraient environ 200.000 à avoir transité par ce bout de terre, avant d’être rapatriés sur le continent où leur statut est examiné par les autorités. Le matin même de sa venue, une embarcation transportant 166 personnes était arrivée au port.

Dans un discours politique, prononcé le 8 juillet 2013, le premier pape du Sud s’est aventuré au-delà des pleurs et de l’indignation. Rappelant les drames répétés en mer Méditerranée, il a évoqué le sort de ces «immigrés morts en mer, dans ces bateaux, qui au lieu d’être un chemin d’espérance ont été un chemin de mort». Il n’a certes pas parlé de droits, mais il a cherché des responsabilités. «Qui est responsable de ce sang?», a-t-il lancé, pointant la «cruauté» de «ceux qui dans l’anonymat prennent les décisions socio-économiques qui ouvrent la voie à des drames comme celui-ci». En Italie, plusieurs représentants politiques se sont sentis visés. À l’inverse, le pape a salué la «solidarité» des habitants de l’île – et notamment de la maire Giusi Nicolini – pour lesquels l’accueil des migrants, réalité quotidienne, n’est pas un vain mot (lire notre reportage réalisé à l'été 2012).

Mais ces gestes de soutien sont l’exception. «Aujourd’hui, personne dans le monde ne se sent responsable de cela (…); nous regardons le frère à demi mort sur le bord de la route, peut-être pensons-nous “le pauvre”, et continuons notre route», a-t-il regretté. «Dans ce monde de la mondialisation, nous sommes tombés dans la mondialisation de l’indifférence. Nous sommes habitués à la souffrance de l’autre, cela ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire», a-t-il insisté, appelant de ses vœux un «réveil des consciences» et des «changements concrets».

Cette «indifférence» généralisée se traduit aussi par de l’invisibilité. C’est ce qu’a récemment décrit un conseiller d’État français, Thierry Tuot, auquel le premier ministre avait demandé de dresser le bilan de trente années de politique d’intégration des immigrés dans l’Hexagone. Dans son rapport au vitriol, il a fustigé l’oscillation des pouvoirs publics entre stigmatisation et inaction. «On peut mesurer la conspiration du silence en observant le nombre de débats parlementaires consacrés à l’intégration depuis 1945 (zéro) ou le grand texte de loi auquel un ministre attaché son nom en la matière (zéro)», tonne-t-il. Ce silence «assourdissant» a pour conséquence, selon lui, l’«effondrement» et le «repli». «Échec scolaire, chômage, insalubrité du logement, ségrégation spatiale, fermeture de l’accès à la culture, déstructuration familiale, atteinte aux libertés, notamment de conscience, santé chancelante, espérance de vie moindre, discours violent et accusatoire des pouvoirs publics: alors on se tait, on souffre entre soi, on attend», observe-t-il avant de s’interroger: «Il est permis de se demander si le projet n’est pas, ici ou là, de faire que les indésirables deviennent aussi des invisibles.»

Ces propos sont d’autant plus dérangeants qu’ils sont issus du cœur de l’institution (Vatican, conseil d’État). Mais il n’est pas certain qu’ils soient audibles par des gouvernants pour lesquels la frontière entre respect des droits et «angélisme» est flou, ou plutôt utilitaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua