À Lampedusa, les policiers se protègent des migrants comme de pestiférés

Pour documenter ce qu'elle a vu à Lampedusa, l'île italienne sur laquelle quelques milliers de Tunisiens viennent de débarquer, Sara Prestianni a réalisé un reportage-photos très instructif sur la «gestion» des migrants.

 © Sara Prestianni © Sara Prestianni
Pour documenter ce qu'elle a vu à Lampedusa, l'île italienne sur laquelle quelques milliers de Tunisiens viennent de débarquer, Sara Prestianni a réalisé un reportage-photos très instructif sur la «gestion» des migrants. Un exemple de technique avancée de contrôle des étrangers.

 

Membre du réseau Migreurop, elle s'est rendue sur place du18 au 21 février 2011. Sur place: dans et autour du «centre d'accueil», fermé depuis plusieurs mois, faute d'exilés, rouvert pour l'occasion. Port et aéroport, tout proches. Sur ses photos, on voit des hommes parqués derrière desgrilles, en attente d'un transfert vers la Sicile ou les Pouilles dans d'autres centres, plus ou moins fermés, des hommes en file indienne sac plastique à la main, dehors sans blouson frigorifiés, cigarettes, téléphones portables, ticket à la main, chacun son tour,

À ce stade, ces hommes n'ont pas de statut. On ne sait s'ils sont réfugiés politiques, en quête d'un travail, d'une famille, d'une vie meilleure, un peu tout à la fois,

Ils sont face à d'autres hommes en uniforme ceux-là, sur-veste bleueciglée OIM, pour Organisation internationale pour les migrations, mais comment savoir?, ou tenue réglementaire force de l'ordre, «Polizia» dans le dos, plus explicite. Les premiers informent et orientent, les seconds contrôlent et ordonnent. Mais la vocation humanitaire des uns ne se confond-elle pas avec lavisée sécuritaire des autres? Les uns comme les autres représentent l'État ou des États, l'OIM étant une structure intergouvernementale.

Des policiers portant béret, rangers, arme, mais aussi masque et gants blancs, comme pour se protéger d'une éventuelle maladie contagieuse,

On voit d'autres objets, comme des systèmes de surveillance apparemment perfectionnés, radars, écrans de contrôle, sur des navires des garde-côtes,

Des bateaux de pêche, flottant drapeau tunisien, échoués sur la rive,

Un avion de l'aéropostale italienne, dans lequel embarquent des migrants, tels des colis.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.