"la médiocrité prétentieuse de certaines élites (...) qui entretient le peuple dans la peur de s'exprimer"

Je me suis abonné hier à Mediapart suite à la lecture du billet d'une intermittente de D8 qui a eu gain de cause en appel contre le groupe Canal+. Et ce matin, en recherchant simplement le lien vers Mediapart je tombe sur cette fameuse polémique entre « Pierru et Perraud » qui remonte à nov. 2014... D'où ce petit coup de gueule : l'essentiel est ailleurs, de grâce ne le perdons pas de vue !!

Je me suis abonné hier à Mediapart suite à la lecture de ce billet d'une intermittente de D8 qui a eu gain de cause en appel contre le groupe Canal+ et qui expliquait pourquoi elle allait manifester le 09 mars dernier :

https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/070316/intermittente-de-d8-comment-j-ai-fait-plier-canal-et-pourquoi-je-serai-dans 

Ce matin, en recherchant simplement le lien vers Mediapart  (je ne l'avais pas mis en favori) je tombe sur cette fameuse polémique entre « Pierru et Perraud » qui ressort bizarrement en tête des liens sur YAHOO! (ce n'est pas le cas sur Google...) : https://blogs.mediapart.fr/pierru/blog/141114/pourquoi-je-quitte-mediapart 

Et là je PERDS 45 minutes à lire des échanges les plus hallucinants les uns que les autres et je me dis sincèrement : mais qu'est-ce que je suis venu f..... dans cette galère ??!

Cet échange est pour moi l'illustration parfaite de "la médiocrité prétentieuse de certaines élites qui entretient le peuple dans la peur de s'exprimer" et j'emprunte là des mots à E. Plenel tirés de son billet du 11.08.12 : https://blogs.mediapart.fr/poj/blog/110812/pseudo-procedure qui traitait d'un tout autre sujet, quoique prémonitoire quelque part au vu de cet échange hallucinant qui allait se produire deux ans plus tard !

Bref, le fil en question a été clôturé et s'est tant mieux. N'entendant pas la relancer je précise d'emblée que la suite de mon propos ne concerne ni de près ni de loin les parties prenantes de cette polémique que je ne connais ni d'Adam ni d'Eve !

Après réflexion donc et passée la déception, il me semble que l'âpreté de l'échange et les passions qu'il a déchaînées, sont révélatrices d'une vraie cassure de "classe" dans la France d'aujourd'hui, entre une élite intellectuelle bien pensante - de "droite" ou de "gauche" - et dispensatrice de leçons  au "petit peuple" qui vote de plus en plus FN par dépit et désenchantement envers une classe politique qui piétine sans vergogne les valeurs d'honnêteté, et de fidélité à ses engagements électoraux, qui sont la base d'une société authentiquement démocratique.

La réforme de l'Education nationale ou encore le fumeux CPA relèvent de cette même logique : il ne s'agit plus de qualifier les forces vives de la nation via l’obtention de diplômes nationaux mais de "former" des "ressources humaines" adaptées aux besoins des entreprises de leur territoire de résidence. En d'autres termes, il s'agit de remplir les quelques trous laissés vacants dans "la matrice" - en référence au film culte éponyme - par les ordinateurs toujours plus puissants et plus que jamais voués à remplacer l'être humain. En effet, ce dernier - cultivé ou pas - et contrairement à l'ordinateur, a le pouvoir d'exercer son esprit critique et de "renverser la table" quand à force de ne pas être écouté (et encore moins entendu) décide de « tout faire péter » pour le meilleur et pour le pire…

Avec le projet de loi El Khomri, c’est cela qui va se jouer dans les prochaines semaines si le mouvement de la jeunesse monte en puissance et entraine avec lui celui des « sans dents » et des « sans voix » bien plus nombreux que les révolutionnaires de salon donneurs de leçon enorgueillis de leur bagage académique. Et les "élites" qui risquent d’être balayées seront d'ailleurs autant syndicales que politiques !

En conclusion, malgré cette douche froide en guise de bienvenue, je maintiens mon soutien à Mediapart, comme je soutiens aussi BASTA ! ou  toutes les initiatives qui me semblent utiles à la désintoxication médiatique des masses laborieuses en quête de repères et de sens. Mais la vigilance et la maîtrise de soi doivent guider tous les contributeurs à cette aventure journalistique qui se veut émancipatrice : que leur savoir, éminemment appréciable par ailleurs, soit réellement mis au service de l’émancipation du commun des mortels qui ne sait plus où donner de la tête avec la surabondance d’informations destinées à enfumer et à tromper. L’ultra libéralisme ne craint pas le fascisme il prospère sur ce terreau-là ! Par conséquent, de grâce ne bridez pas la parole du "peuple", parfois confuse et/ou maladroite, mais ô combien nécessaire, car l'essentiel est ailleurs : comprendre ses préoccupations et lui donner les clés de compréhension d'un monde complexifié à l'extrême dans le but inavoué de le rendre incontrôlable démocratiquement ! On a vu par exemple lors de la crise des subprimes de 2007-2008 ces cracks de l'informatique et des mathématiques incapables de décoder leurs propres algorithmes devant les juges... aujourd'hui on parle de "trading automatique" : le pire est à venir (http://www.lemagit.fr/actualites/2240196913/Panique-a-Wall-Street-le-6-mai-dernier-le-trading-automatique-a-propage-la-panique)...

En résumé, il s'agit aujourd'hui de dénoncer clairement et intelligiblement - plutôt que savamment - la terrible inversion des finalités qui se tapit au coeur du projet Valls-El Khomri-Macron : mettre l'Homme au service des intérêts de l'entreprise capitaliste (47 milliards de dividendes versés aux actionnaires en France en 2015 au lieu d'être réinvestis dans le développement de l'entreprise et dans les salaires de ceux qui la font prospérer par leur travail !) et non plus utiliser les gains de productivité au bénéfice du développement du bien-être humain (sens du projet social né des luttes ouvrières de la première moitié du XXe siècle).

En tout cas, n'oublions pas qu'au final, vollens nollens, c'est bien "le peuple" qui aura le dernier mot car le rapport de forces dans la "vraie vie" se mesurera encore et toujours dans la rue et pas derrière un clavier d'ordinateur !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.