Le tirage au sort des rédacteurs des lois

Comment écrire les lois ?

La réflexion s'articule ainsi:

On est trop nombreux pour que l'on puisse écrire les lois tous ensemble en même temps.

Ils faut donc désigner des membres de notre groupe ("français" ou "vivant en France" je ne sais pas si le projet définit déjà cela) pour le faire.

Ils faut qu'ils produisent des lois qui soient bénéfiques pour la communauté entière.

Il faut donc qu'une fois désigné que l'on puisse les controler et les révoquer si l'on considère qu'ils ne produisent pas ce que l'on souhaite.

On votera pour les règles et lois qui auront été écrites.

il nous faut un processus de désignation qui empêche les plus puissants individus de s'accaparer ce pouvoir législatif car il est dans la nature humaine que de s'avantager soi-même même de façon "inconsciente", ceci est d'autant plus vrai que l'on est sûr de sa valeur et puissant (la puissance renforçant la haute estime de sa propre personne).

Or les élections implique des campagnes électorales pour se faire connaitre et faire connaitre ses idées. Il faut alors séduire l'électorat. Ces campagnes coutent de plus en plus chère car il faut toucher un maximum de personnes. Les médias, les plus riches (qui possèdent les médias), les industriels, les chefs d'états étrangers ! (Russie-FN !)...ont tout intérêt à influencer les élections pour y placer des personnes, soit de leur groupe social privilégié soient acquis à la cause. Ce n'est pas très dur puisque le candididat a tout intérêt lui aussi à se faire le maximum "d'amis" puissants qui vont financer sa campagne et le soutenir (voir même l'enrichir personellement).

On voit bien en quoi il est difficile d'imaginer une élection sans campagne électorale. Les électeurs ont besoin de connaitre les candididats et leurs idées. En France pour se prémunir de la dérive (paragraphe précédant), le financement des campagnes électorales est réalisé par l'état (nos impôts pas ceux des niches ficales (passes droits) des plus riches évidement !) et sont très encadrés en ce qui concerne les possibilité de donts. 

Malheureusement (affaire Bigmalion) le financement réel des campagnes électorales des partis, (je crois principalement PS UMP et FN) ressemble beaucoup plus à ce que j'ai indiqué deux paragraphes au dessus que dans le paragraphe du dessus. Les ""irrégularités"" qui sont en vérité des fraudes sont nombreuses et de l'avis des élus, inévitables pour accéder au pouvoir. Le simple fait qu'il faille payer si cher et tricher pour être élu est fondamentalement immoral et louche sur les intérêts à accepter un poste aussi difficile que d'agir pour le bien commun de la nation. C'est bien parce que se sont des places en or qu'ils se battent tellement pour les avoir. Elles ne devraient pas être en or mais en bois travaillé main. 

Le mode de désignation des rédacteurs des lois, si l'on veux écarter les intérêts des plus puissants, ne doit pas comporter de campagne électorale et doit représenter au plus près l'ensemble des individus de la nation et leurs intérêts. La seule solution est le tirage au sort d'un échantillon suffisament grand pour qu'il soit représentatif. Ce n'est pas la perfection, dans la réalité rien n'est parfait il faut s'y faire. L'on pourrait arguer qu'il suffiraient de choisir un échantillon représentatif, mais comment avoir une "classification" des groupes sociaux qui ne soient pas artificielle ? Toute classification est artificielle et faite selon des critères et pas d'autres car si l'on prend tous les critères il n'y a plus d'entités classables mais un continum appelé univers !

En ce qui concerne la désignation des rédacteurs des lois, le tirage au sort apparait donc comme la solution qui nous approcherait le plus de la possibilité de rédiger des lois équitables pour les citoyens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.