De la gauche ou de la droite ? Peut nous importe on veut du mieux.

Examinez les effets des lois et déterminons si elles sont bonnes ou si elles sont mauvaises par leur capacité à rendre le réel meilleur pour le plus grand nombre. Le rangement de telle ou telle mesures à droite ou à gauche nous importe peu. C'est ce que Tatiana Ventôse argumente dans cette vidéo de réponse à Usul. https://www.youtube.com/watch?v=O9j68RDjtHo Une morale écologique en question.

Je partage ton analyse finale qui est basique et assez juste. On s'en fout de savoir si c'est la gauche ou la droite qui parle on examine les effets et on tranche en fonction; et à chaque moment de décision. Car une décision bonne aujourd'hui peut être mauvaise demain. Mais il y a un moment dans l'histoire où le mieux pour tous est l'ennemi du mieux pour tous ! et là ça se complique et ce moment dans l'histoire nous y sommes !

Le mieux pour tous c'est à dire d'avoir des enfants en bonne santé (qui ne meurent pas), avoir chacun de quoi manger se vêtir, des distractions, des vacances, de la mobilité, de l'espoir dans un avenir meilleur pour soi et ses enfants... tout cela nous a mené droit dans le mur de l'apocalypse écologique (voir Pablo Sevigne), dans le vortex de la 6ème grande crise géologique d'extinction massive (voir Clive Hamilton) ! Ce qui était bon pour tous s'est révélé être la fin pour tous où presque. Et nous sommes encore hébétés de ce bouleversement de notre morale qui s'est retournée comme la sélection naturelle s'était retournée. La civilisation qui sélectionnait des comportements anti-sélectif individuels d'entraide. (voir Patrick Tort sur ce sujet).

La fondation d'une nouvelle morale est en cours et elle tâtonne ce qui nous donne ces 3 différents mouvements sociaux: Tentative d'atterrir sur le sol de la nation d’antan avec LR et FN et autres nationalismes traditionnels mais la nation d'antan n'existe plus ! (voir Bruno Latour) , néolibérale libérons les énergies de la sphère entrepreneuriale qui nous trouvera les solutions comme elles ont été trouvés jusque là avec PS, LREM et autres néolibéraux. Sauf que nous n'avons jamais été confronté à ce nouveau problème (sauf sur l’île de pâque !) et c'est ce même raisonnement qui nous a conduit à avoir ce problème aujourd'hui. Et enfin changeons radicalement notre modèle et misons sur la croissance "vertueuse" investissons massivement dans les énergies renouvelables, l'agriculture durable et écologique, nos formations repensons nos modes de déplacement et redonnons à l'état ses pouvoirs de choix stratégiques de gouvernance avec LFI. Sauf qu'il n'est pas sûr du tout que les solutions technologiques et sociales que nous développerions soient en mesure à la fois de satisfaire nos besoins même revu à la baisse ET de répondre au besoin de changement de nos modes de vie pour continuer de vivre.

En fait peut être que nous avons tous tort. Qu'aucunes mesures de gouvernance politique, ne soient en mesure de répondre à la sauvegarde de notre civilisation et donc de notre morale puisque c'est celle-ci, celles-ci qui sont la cause de notre problème à résoudre. De mon point de vue c'est du côté des cosmogonies des peuples premiers qu'il faut se tourner pour trouver une autre morale à même de préserver notre santé mentale et notre envie de vivre. Mais personne ou presque ne peut changer de point de vue sur soi et le monde aussi radicalement qu'il ne le faudrait et les peuples premiers disparaissent comme neige au soleil. Notre affirmation de notre puissance technologique est la preuve pour eux de notre meilleure compréhension du monde. C'est bien sûr face à ce changement dans les consciences que les peuples premiers disparaissent : La préférence des causes immédiates sur les causes ultimes. Mais si le monde finit par tourner rond alors les causes ultimes finissent par revenir et le monde des peuples premiers avec. Pour illustrer s'il est vrai que certains médicaments soignent le cancer, produire ces médicaments nécessite l'ensemble (ou presque) de notre civilisation et donc l'apocalypse qui va avec...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.