Carlos Schmerkin
Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2020

Carlos Schmerkin
Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Abonné·e de Mediapart

Chili : 2500 jeunes emprisonnés craignent pour leur vie

Incarcérés et sans procès lors de la révolte sociale entre octobre 2019 et mars 2020, les familles des 2500 jeunes décrivent une situation sanitaire désastreuse : surpeuplement, brimades, aucune mesure de prophylaxie, isolement des prisonniers par rapport à leurs proches. Elles alertent sur les risques qu’ils encourent dans cette conjoncture de pandémie du Covid-19.

Carlos Schmerkin
Conseil en édition, membre du comité éditorial du magazine "Books"
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prison à Santiago de Chili © Diario UChile

Le Chili compte 2 500 personnes en "détention préventive" dans le pays. Des hommes et des femmes dont la majorité sont actuellement incarcérés avec des prisonniers de droit commun. Parmi eux, de nombreux mineurs incarcérés dans les centres du Service national des mineurs (Sename). Dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus, ces personnes sont abandonnées par un État qui maintient des prisons surpeuplées et avec une totale manque d'hygiène, terreau propice à la propagation du virus. Il ne fait aucun doute que les personnes détenues dans les manifestations sont des prisonniers politiques; leur "faute": avoir participé à des manifestations pacifiques rejetant le modèle néolibéral hérité de la dictature de Pinochet.

Un bilan accablant

Le rapport de l'Institut national chilien des droits de l'homme (INDH), à trois mois de l'éclatement social du 18 octobre, a fait état de 27 morts et 3600 blessés, 405 personnes ont subi un traumatisme oculaire dont 33 avec perte de vision. 2 063 ont été blessés par balle. Au cours de la période,
L'INDH a réussi à enregistrer 9 129 détenus. Parmi eux, 1 445 ont accusé des agents de l'État de commettre des violences sexuelles (191), des actes de torture et des traitements cruels (412) et un recours excessif à la force (842). 770 plaintes ont été déposées pour torture et traitements cruels, 158 pour violences sexuelles (déshabillage, attouchements, menaces, insultes et quatre viols), 17 pour homicide infructueux et 5 pour homicide.

Les carabineros en pleine répression © Portal de noticias Nodal

La pandémie, le referendum et la Constituante

Après plusieurs jours de déni, le président chilien s’est vu obligé à décréter le 19 mars « l’état d'exception constitutionnelle et de catastrophe » et la mise en quarantaine totale de sept communes de la ville de Santiago le 25 mars. Un referendum accepté à contrecœur par le gouvernement et le Parlement, qui devait se tenir le 26 avril, a du être réporté au mois d’octobre, suite à la crise sanitaire. Les chiliens devaient se prononcer pour ou contre le changement de la Constitution de Pinochet de 1980. L’épidémie du coronavirus a permis à Sebastian Piñera, qui avait atteint le pire niveau de crédibilité, de respirer à nouveau. Une hausse du prix du ticket de métro à 30 pesos dans la capitale a été le détonateur de cette fronde sociale inédite contre le gouvernement. Le mot d’ordre de "ce n'est pas pour 30 pesos, mais pour 30 ans d'abus de pouvoir" scandé par de centaines des milliers de chiliens sur les places et rues du pays, exprime clairement la nécessité de liquider les derniers vestiges de l'héritage institutionnel de la dictature pinochetiste (1973-1990). La lutte pour une "Assemblée Constituante libre et souveraine" garantissant la voix et la participation des jeunes, des dirigeants sociaux et syndicaux, des peuples autochtones et des femmes, reprendra certainement lorsque la pandémie aura terminée.

Lettre ouverte du Collectif de Marraines et Parrains en France des prisonnièr-e-s

de la révolte sociale au Chili

« Chronique d’une mort annoncée » Urgence humanitaire au Chili : la situation des jeunes en détention provisoire


23 mars 2020

Le 18 octobre 2019, le peuple chilien s’est soulevé en une puissante vague de manifestations contre le gouvernement pour le contraindre à résoudre la situation économique et sociale catastrophique qui touche 95% de la population chilienne.
Au lieu d’écouter ses administrés et d’entamer des modifications au modèle économique, le gouvernement a répondu en augmentant les mesures d’ordre répressif.
Dans ce cadre, 2 500 jeunes (dont un nombre non précisé de mineurs) se trouvent aujourd’hui incarcérés en « prison préventive » (mesure punitive qui au Chili peut aller jusqu’à 2 ans) sans qu’il y ait eu de procès ni de condamnation à leur encontre, et pour des actes dont le caractère délictuel est, dans la plupart des cas, discutable voire inexistant.
À la suite d’un appel au parrainage de ces prisonniers de la révolte sociale au Chili lancé par l’Association des Ex prisonniers politiques chiliens en France, nous, citoyens chiliens et français habitant dans l’Hexagone, avons décidé de nous constituer en Collectif de Marraines et Parrains.
En tant que tels, aujourd’hui nous souhaitons alerter la communauté internationale sur la situation dramatique de ces jeunes prisonniers et sur les risques qu’ils encourent dans cette conjoncture de pandémie du Covid-19.
Les nombreux témoignages que nous recevons de la part des familles décrivent une situation sanitaire désastreuse : surpeuplement, brimades, aucune mesure de prophylaxie, et isolement des prisonniers par rapport à leurs proches. Par ailleurs, ces familles, désespérées par la restriction des visites, sont en train de mettre en péril leur propre sécurité pour tenter de faire parvenir à leurs proches des masques et du gel. À cela s’ajoute le fait que, tout comme dans de nombreuses prisons du monde – France, Colombie – , au Chili les cas de mutineries se multiplient, en fragilisant encore plus la situation de ces jeunes contre lesquels aucune charge documentée n’existe.
Les autorités chiliennes à ce jour sont restées sourdes aux appels humanitaires lancés par les familles, par leurs avocats et par les collectifs de soutien.
C’est pourquoi, en tant que porte-paroles de ces différentes instances face à l’opinion internationale, nous, Parrains et Marraines, demandons que, pour des raisons humanitaires, la « prison préventive » soit transformée en « assignation à résidence » afin que ces jeunes puissent être pris en charge par leurs proches, en évitant ainsi une hécatombe certaine.

Pourriez-vous appuyer cette demande en signant la lettre ouverte?
En cette période de pandémie, nous comptons sur vous, et sur votre solidarité.


Collectif de Marraines et Parrains en France
des prisonnièr-e-s de la révolte sociale au Chili

Lettre ouverte aux autorités politiques, judiciaires et sanitaires chiliennes :

Signer ici

4581 signatures ont été recueillies à ce jour.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy