Vera Jarach, Mère de la Place de Mai, interpelle Angela Merkel en Argentine

Hier, jeudi 8 mai, lors de sa visite au Parc de la Mémoire à Buenos Aires, Angela Merkel a dû écouter, non sans agacement, les vibrantes paroles de Vera Jarach, dont son grand père fut déporté à Auschwitz et sa fille Franca, séquestrée par les militaires en 1976, est toujours portée disparue.

 Vera Jarach a accueilli Angela Merkel et lui dit d'abord en anglais

Vera Jarach avec Angela Merkel © Agence EFE Vera Jarach avec Angela Merkel © Agence EFE
: « Je  vais vous dire quelque chose. Je suis juive italienne, nous avons  fui le  fascisme et nous nous  sommes installés en Argentine. Mais mon  grand-père est resté et a fini  à Auschwitz, pas de tombe. Plusieurs  années plus tard c’est ma fille de  18 ans qui est séquestrée et torturée  dans un camp de concentration  (ESMA). Nous savons par quelques  témoignages qu’elle a été jetée à la  mer lors des vols de la mort, pas  de tombe. Il y a des analogies où  l'histoire se répète, les tragédies se  répètent », a déclaré Jarach à  la chancelière allemande.

 « On constate la montée du négationnisme dans plusieurs pays  d'Europe. Ici, il en va de même avec ce gouvernement. Celui qui était  ministre de la culture, qui est aujourd’hui en Allemagne, a été l'un de  ceux qui ont commencé à nier, à dire qu'ils ne sont pas 30 mille disparus » (à propos de Darío Lopérfido, attaché culturel en Allemagne). C’est à ce moment que Vera Jarach montre la pancarte « Ils sont 30 000 » attachée à son cou.

« Nous voulons savoir, alors, combien sont-ils ? Les militaires le savent, où sont-ils, ils savent aussi ce qui est arrivé aux petits-enfants volés et livrés à d'autres familles, ce sont eux qui doivent parler. Mais on ne peut pas nier. En plus de mémoire, vérité et justice, j'ai une quatrième demande à l’humanité : plus jamais le silence, je vous le demande aussi à vous «, a terminé Vera Jarach avec un large sourire.

 (voir la vidéo mise en ligne par le CELS, une de principales organisations de defense de droit de l'homme en Argentine)

https://www.youtube.com/watch?v=ZrbQRC_PZFo

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.