Argentine: le ballotage du 22 novembre

Pour la première fois dans une élection présidentielle, les Argentins sont confrontés au ballotage. Pour la première fois, la droite conservatrice représentée par le candidat Mauricio Macri est à la porte du pouvoir sans faire appel aux militaires et dans un cadre démocratique exemplaire que personne ne conteste.

Depuis la crise de fin 2001, le redressement économique, les progrès en terme de Droits de l’Homme, d’inclusion sociale ainsi que les avancées éducatives, culturelles, sociétales, risquent d’être balayés si le candidat de la droite arrive au pouvoir. Mauricio Macri et ses conseillers parlent ouvertement d’une dévaluation brutale du peso, du paiement immédiat aux fonds « vautours », du gel des salaires et des retraites, d’en finir avec les procès des militaires coupables de crimes contre l’humanité.  Bref, de laisser libre cours aux lois du marché et d’éliminer la régulation de l’Etat.

Préoccupés par cette possibilité, un groupe d’Argentins résidant en France a pris l’initiative de lancer l’appel ci-dessous. Nous avons récolté en 24 heures plus de 160 signatures de compatriotes argentins résidant en France, contre l’alliance « Cambiemos » et pour le vote Scioli-Zannini.

 

"Communiqué des Argentins résidant en France face à l’échéance

de l’élection présidentielle du 22 Novembre

 

Le 22 novembre prochain à l’Ambassade de la République Argentine

Pour défendre nos conquêtes et pour un avenir meilleur

 

Nous, Argentins résidant en France, face à l’enjeu du deuxième tour de l’élection présidentielle en Argentine, nous nous prononçons pour la défense des progrès difficilement obtenus dans notre pays.

Nous soulignons que les conquêtes en matière de Droits de l’Homme ont inspiré une politique exemplaire qui a su gagner le respect et la reconnaissance en France et dans le monde. Nous qui avons subi la persécution et l’exil, nous sommes profondément choqués par les déclarations irresponsables du candidat conservateur Mauricio Macri qui affirme vouloir «en finir avec l’escroquerie des Droits de l’Homme».

Nous soutenons les politiques sociales d’insertion, certes perfectibles, développées par l’État et ayant entraîné une réduction mondialement reconnue de la pauvreté, auxquelles le parti du candidat conservateur s’est systématiquement opposé en votant contre. Aujourd’hui, avec un programme de politique revancharde, ses porte-parole espèrent mettre à bas le régime de retraite, les allocations familiales, les acquis en droits civiques, les emplois et le service public.

Nous saluons les politiques de démocratisation de l’enseignement ainsi que la mise en valeur de l’Université publique gratuite, garantes de l’accès de tous au savoir et à la culture. Nous tenons à souligner la politique exemplaire en matière de science et technologie qui a permis et permet à plusieurs d’entre nous, jeunes scientifiques expatriés, de réintégrer la recherche scientifique nationale dans le cadre d’une volonté de développement autonome.

Nous récusons la soumission du candidat conservateur face aux fonds vautours et son projet de revenir aux politiques ultralibérales d’austérité et d’endettement, éprouvées actuellement en Europe et qui ont déjà sévi en Argentine, générant misère et émigration économique en 2001 : c’est ainsi que nombre d’entre nous se retrouvent aujourd’hui en France.

Nous dénonçons la manipulation de l’information par les conglomérats médiatiques qui dissimulent, derrière des scénarios «apolitiques» et prônant le «changement», en apparence inoffensifs, la véritable intention de rétablir une politique au service des pouvoirs économiques dominants.

Par conséquent, au-delà de nos préférences idéologiques et partisanes, et même de notre choix au premier tour, nous appelons à faire barrage à la restauration conservatrice de Mauricio Macri qui tourne le dos à l’Argentine profonde et à l’intégration latino-américaine, en votant et en invitant à voter le binôme Scioli-Zannini.

(Pendant la signature de cette déclaration, des attentats sanglants ce sont produits à Paris ce vendredi 13. Nous répudions cette barbarie et nous exprimons toute notre solidarité envers les victimes et leurs familles.")

 

Pour voir la déclaration en espagnol et les signatures voici le lien : http://goo.gl/forms/leijoAABvw

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.